Publicités

Antarctica Anomalies…

Publicités

L’√®re des chasseurs de m√©t√©orites !

La Chine cherche à concevoir et à developper des bombardiers stratégiques pouvant évoluer en orbite très basse à une altitude comprise entre 70 et 150 kilomètres au dessus du niveau de la mer.

Beijing n’a jamais cach√© ses ambitions en mati√®re de cr√©ation d’une force a√©rospatiale et de capacit√©s d√©fensives dans l’espace.

Un programme de drones orbitaux r√©pondant au programme US ultrasecret  X-37B, est en phase de d√©veloppement avanc√©, provoquant la col√®re des officiels US qui estiment que les chinois ont vol√© les plans d’un des programmes les plus secrets de l’US Air Force.

Un autre programme chinois √©tudie la faisabilit√© d’un chasseur hybride √©quip√© de superstator√©acteurs bas√© sur une variante du DF-ZF (ce dernier a atteint Mach 10 en essai) susceptible d’√™tre emport√© dans un cocon a√©rodynamique fix√© √† un transporteur lourd avant d’√™tre lanc√© comme un missile de croisi√®re √† 10 000 m√®tres d’altitude. Ce chasseur sera capable d’atteindre des vitesses hypersoniques (plus de Mach 9 en vitesse de pointe) et peut manoeuvrer en orbite basse.

Ce projet baptis√© « Chasseur de m√©t√©ores » (śĶĀśėüśąėśĖóśúļ ou Liu Sing  Jandu zi) constitue l’un des plus grands d√©fis technologiques de la Chine dans les prochaines ann√©es.

√Čvidemment, la moindre m√©t√©orite entame sa rentr√©e dans l’atmosph√®re √† des vitesses d√©passant de loin l’objet le plus v√©loce jamais construit par l’homme.

L’id√©e de cr√©ation d’une force spatiale en tant que branche ind√©pendante des forces arm√©es am√©ricaines est tardive mais semble avoir non seulement cr√©√© une nouvelle course vers l’espace mais de cr√©er les conditions favorisant l’apparition de vaisseaux orbitaux arm√©s. Beijing et Moscou semblent avoir pris la mesure et sont d√©j√† lanc√©s dans la nouvelle course vers les tr√®s hautes couches de l’atmosph√®re.

C’est une v√©ritable r√©volution technique similaire √† l’invention des Trir√®mes antiques. 

GPS Signal was Badly Disrupted During Trident Juncture 2018 in Norway

La Grande Guerre, cent ans apr√®s, au milieu d’une autre guerre mondiale

La Grande guerre 1914-1918 fut l’un des pire d√©sastres humains de l’histoire moderne.

Sa fin, il y a un siècle fut encore plus chaotique et plus désastreuse que la guerre elle-même.

Il a √©t√© convenu stupidement que « la guerre qui mettrait fin √† toutes les guerres » prendrait fin √† la 11√®me heure du 11√®me jour du 11√®me mois de l’ann√©e 1918.

11 000 hommes furent tu√©s en ce 11/11/1918. La plupart bien apr√®s l’armistice. Leur date de d√©c√®s fut antidat√©e. Le mensonge les √† rattrap√© jusqu’√† leurs tombes.

Officiellement, le matin du fameux 11/11/1918, √† 5 heure du matin, l’empire allemand, √† court d’effectifs et d’approvisionnements et faisant face √† la double menace d’une r√©volution de type bolch√©vique √† l’int√©rieur et √† une invasion de ses territoire de l’ext√©rieur, a sign√© l’armistice avec les alli√©s pr√®s de Compi√®gne. Pourtant des repr√©sentants du second Reich attendaient depuis le 09/11/1918 pour le faire. Non il falait attendre le fameux 11/11.

On ne dispose d’aucun bilan pr√©cis ou definitif de cette Grande boucherie. 10 millions de morts et 22 millions de bless√©s ? 9 millions ? 30 millions ? On le saura jamais. C’est √† peine si on √©voque la mort de plus de 6 millions de civils de faim. Et les morts dues aux maladies de la mis√®re ? Le typhus ? √Čclips√©s par les dizaines de millions de la grippe espagnole apr√®s l’armistice. Combien de femmes ou de tr√®s jeunes filles sont mortes de fatigue dans les usines ?

Spengler avait raison. C’√©tait le d√©clin de la civilisation.

L’Allemagne, la France, la Russie, l’Autriche-Hongrie et le Royaume-Uni avaient subi les plus grosses pertes militaires sur le front. La France et le Royaume-Uni avaient mobilis√© des troupes coloniales qui n’avaient jamais entendu parler de l’Europe, du Kaiser ou du nationalisme. Ces troupes coloniales furent jet√©es sur le front et certaines, comme les alg√©riens, furent les premi√®res, avec les canadiens √† recevoir en pleine figure les gaz de combat des Allemands exc√©d√©s par un ennemi tr√®s mobile et impossible √† saisir. C’√©tait un autre monde. Les hommes mourraient par dizaines de milliers par kilom√®tre.

L’empire britannique, premi√®re puissance mondiale √† l’√©poque, empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais, avait perdu plus d’un million de soldats.

La France, grand empire colonial, vit ses campagnes et villages d√©peupl√©s d’hommes valides. Sur le front, des paysages lunaires gris et arides se sont substitu√©s aux for√™ts denses. C’√©tait l’enfer. Un enfer sorti tout droit des forges d’un Vulcain en col√®re contre le genre humain.

Tous ces morts dans les tranch√©es naus√©abondes, sanglantes et boueuses, sous une pluie d’acier et de feu, ils sont morts pour quelle cause ? Pour quel id√©al ? Pour quel objectif ? Pour quel but ? Pour quelle raison ? Pour rien ! Pour que la vermine prolif√©re. Pour que deux d√©cennies plus tard une autre guerre mondiale √©clate. Un immense g√Ęchis.

Le pire c’est que l’on conna√ģt toujours pas les raisons r√©elles ayant d√©clench√© la « Der des ders ».

Les historiens retiennent une cause directe et un peu superficielle dans le pur style juridique : le 28 juin 1914, l’Archiduc Franz Ferdinand, prince h√©ritier de l’empire austro-hongrois est assassin√© en compagnie de son √©pouse √† Sarajevo par Gavrilo Princip, un serbe de Bosnie.

L’empire austro-hongrois bl√Ęme le gouvernement serbe pour cet assassinat et √† partir de cet incident dans les Balkans, le jeu des alliances mena au massacre. L’empire russe alli√© de la Serbie et la France alli√©e de l’empire tsariste ; l’empire allemand alli√© de l’Autriche-Hongrie. Les dominos allaient tomber tr√®s vite.

Le 28 juillet 1914, soit un mois apr√®s l’assassinat de l’Archiduc d’Autriche, Vienne d√©clare la guerre √† la Serbie et le 29, les troupes imp√©riales commencent √† pilonner Belgrade. Tr√®s vite, l’empire tsariste de Russie, alli√© des serbes, mobilise ses troupes contre l’Autriche-Hongrie. La France, alli√©e de la Russie, mobilise ses troupes le 1er ao√Ľt 1914.

Le 03 ao√Ľt, la France et l’Allemagne se d√©clarent mutuellement la guerre. C’√©tait idiot mais c’√©tait la vie !

Les hommes ont toujours été cons. Mais en 1914, la connerie avait atteint des sommets inegalés.

Les britanniques, toujours plus malins que tous les autres, avaient attendu que les allemands fasse irruption en Belgique neutre via le Luxembourg dans la nuit du 03 au 04 ao√Ľt 1914 pour d√©clarer la guerre √† l’Allemagne.

La grande guerre de l’√®re industrielle commen√ßa.

Le plus ironique dans l’histoire est qu’√† l’√©poque, les populations, intoxiqu√©es par la propagande nationaliste (surtout en Allemagne et en France o√Ļ fut th√©oris√© le mythe de l’√Čtat-nation) √©taient pleines s’enthousiasme et jubilaient √† l’id√©e d’une guerre. Et de fait, beaucoup de personnes assumaient que leur pays respectif allait gagner la guerre en tr√®s peu de temps. Le patriotisme tue.

L’avenir allait les d√©cevoir. L’homme n’avait plus de place dans la guerre industrielle. Sauf peut-√™tre un r√īle de lapin terrifi√© et de chair √† canon. Le reste √©tait une affaire d’industrie lourde.

De tous les bellig√©rants, le Reich allemand √©tait le mieux pr√©par√© √† une guerre et ses chefs militaires disposaient d’un plan strat√©gique solide, le plan Schlieffen-Moltke, incluant la conqu√™te de la France √† travers une offensive en arc via la Belgique et le Nord de la France. La Russie tsariste, lente √† mobiliser ses troupes et ses ressources, serait tenue en garde par l’empire austro-hongrois. La strat√©gie est toujours splendide. Sur le papier. Sur le terrain, il en est tout √† fait autrement.

Le plan Schlieffen fut r√©ussi dans ses phases initiales. Mais en septembre les troupes fran√ßaises parvinrent √† arr√™ter les allemands pr√®s de Paris lors de la tr√®s sanglante bataille de la Marne. Cette guerre √©tait meurtri√®re comme ne fut aucune autre guerre. Les hommes tombaient par milliers. √Ä tel point que vers la fin du mois de d√©cembre 1914, plus d’un million de soldats de diff√©rentes nationalit√©s furent d√©j√† tu√©s.

Les combattants terrifi√©s par ce type de guerre s’enterrent dans des tranch√©es tout au long du front. C’est le blocage total. La guerre devient statique. C’est la guerre des tranch√©es. Une sanglante guerre d’usure et d’attrition.
Face √† cette situation les alli√©s tenteront en 1915 de briser le blocage en menant un tr√®s ambitieux assaut amphibie sur la Turquie ottomane, alli√©e de l’empire allemand mais ce fut le d√©sastre sanglant de Gallipoli. Ce qui restait de l’empire ottoman eut un dernier sursaut d’√©nergie et repoussa les alli√©s avec une extr√™me vigueur. En 1916, l’empire britannique et le second Reich tent√®rent de tr√®s grandes offensives sur le front occidental, sans r√©sultat d√©cisif. Lors de l’offensive de la Somme, les britannique firent litt√©ralement pleuvoir un deluge d’artillerie sur les lignes allemandes avant d’envoyer l’infanterie se faire massacrer par les mitrailleuses allemandes. En certains endroits du front, 12 000 soldats tombaient par kilom√®tre ! Un bilan impossible √† justifier de nos jours.

Sur le front de l’Est, les allemands eurent nettement plus de succ√®s face √† une arm√©e tsariste d√©sorganis√©e par les sabotages et les mutineries et subissant d’immenses pertes aggrav√©es par la R√©volution bolchevique de 1917 et vers la fin de cette ann√©e les bolch√©viques prenant le pouvoir n√©gocient imm√©diatement la paix avec l’Allemagne. Sur le front occidental, les diverses tentatives de plus en plus sanglantes et d√©sesp√©r√©es, m√™me apr√®s l’introduction d’innovations techniques comme le char d’assaut et le developpement du bombardement a√©rien, furent toutes vou√©es √† l’√©chec. Tous les bellig√©rants √©taient √† bout de ressources, d’id√©es et de plans. L’entr√©e en guerre des √Čtats-Unis d’Am√©rique et leurs ressources neuves changea la face de la guerre √† l’avantage des alli√©s. Les allemands √† bout et sur le point de perdre pied, signeront l’armistice en novembre 1918.

Cette guerre fut sanglante. Et ce terme est faible. Ce fut une succession interminable et quotidienne de massacres d’√™tres humains. Un immense abattoir. Les g√©n√©raux britanniques se distingueront par leur incomp√©tence et leur conservatisme criminel. Les g√©n√©raux fran√ßais par leur esprit criminel au service de leur ambitions personnelles souvent d√©mesur√©es et irr√©alistes. Les chefs militaires allemands n’h√©siteront devant aucun exp√©dient ni scrupule moral pour atteindre avec des moyens disproportionn√©s des objectifs tr√®s limit√©s. La plupart des soldats fran√ßais √©taient issus du monde rural et n’avaient qu’une culture politique tr√®s limit√©e, voire inexistante. En face, les soldats allemands √©taient surtout issus du prol√©tariat urbain et p√©ri-urbain et avaient un rudiment de conscience politique. C’est la raison pour laquelle l’Allemagne avait failli √™tre emport√©e par une r√©volution de type bolch√©vique vers la fin de la guerre tandis que les soldats fran√ßais mutins de l’offensive Nivellle, motiv√©s par le simple bon sens et la morale, ne parvinrent pas √† transformer leur mutinerie en r√©volution. La plupart furent fusill√©s sans aucune piti√© par une parodie de justice militaire aux ordres sans autre forme de proc√®s.

La propagande de l’apr√®s armistice fera tout pour cacher l’ampleur du massacre sous le culte nationaliste. Les fusill√©s de Nivelles furent class√©s comme des tra√ģtres et l’id√©ologie joua un r√īle dans l’oubli et la d√©formation de l’histoire. Plus grave, le Trait√© de Versailles de par ses clauses punitives abusives √† l’√©gard de l’Allemagne fera la lit d’une autre guerre mondiale. Les g√©n√©raux s’en tireront √† bon compte et certains d’entre-eux iront masssacrer du colonial √† coup d’armes chimiques.
La Grande guerre fait dispara√ģtre l’empire tsariste de Russie, l’empire Austro-Hongrois et l’empire Ottoman.
L’Allemagne entre dans une phase d’extr√™me instabilit√© et de d√©sordre. L’empire britannique plus rationnel et plus concentr√© sur ses int√©r√™ts d’outre-mer tentera d’oublier le continent. En France, le poids des destructions, les terribles pertes humaines et la rage des g√©n√©raux cr√©ent un culte des morts mais par dessus tout une autre obssession sur l’Allemagne qui s’av√©rera fatale en 1940.

La guerre est quelque chose de terrible.

En 1919, comme si les pertes humaines de la Grande guerre ne suffisaient pas, il y eut une terrible √©pid√©mie de grippe espagnole qui fit autant de victimes que la guerre de feu et d’acier.

Quelle le√ßons pouvons-nous tirer de ce terrible conflit, un si√®cle apr√®s ? Aucun. Nous sommes dans un √©tat d’esprit diff√©rent et en plein troisi√®me guerre mondiale, hybride cette fois. Car si la premi√®re guerre mondiale fut une guerre statique d’usure, la seconde guerre mondiale fut celle de la mobilit√© et du Blitzkrieg, la troisi√®me que les historiens refusent d’assumer, a une forme hybride avec un front virtuel et des points chauds pr√©cis.

L’homme n’apprend jamais de ses erreur.

1914-1918 plus jamais ça. Et pourtant nous sommes en situation de conflit mondial larvé.

Et tous ces morts ? Ces estropi√©s, defigur√©s ? Ils sont oubli√©s en dehors de leur descendants et de quelques folklores officiels pour ne pas dire l’exploitation politicienne la plus basse.

La Grande guerre intervint un an apr√®s la cr√©ation de la r√©serve f√©d√©rale US et deux ans apr√®s la disparition des grandes fortunes du capitalisme occidental dans le naufrage du Titanic. C’est dans le feu de la Grande guerre que fut r√©dig√©e la d√©claration de Lord Balfour et que fut scell√© le sort de l’Orient. Un Orient d√©stabilis√© jusqu’ √† aujourd’hui et qui constitue toujours un terreau propice au d√©clenchement d’une guerre mondiale plus violente et plus destructrice que celle de 1939-1945.

L’homme apprendra t-il un jour √† vouloir vivre en paix ?

 

Soldats australiens horrifiés dans les tranchées
Troupes US embarqu√©es √† destination de l’Europe 1917

Surr√©aliste ! Les Marines US en Syrie orientale se battent pour de vrai contre un ennemi imaginaire ! (√Ä voir absolument ! )

Entra√ģnement √† contrer le sable !

Henry Kissinger (Dr. Strangelove) en Chine ou le triomphe du surr√©alisme g√©ostrat√©gique

La mal√©diction des Bongo

O√Ļ est pass√© Ali Bongo Ondimba, pr√©sident du Gabon depuis 2009 ?  Myst√®re et boule de gomme ! 

Aux derni√®res nouvelles, le pr√©sident du Gabon est port√© disparu depuis le 24 octobre 2018 au royaume d’Arabie Saoudite o√Ļ il devait participer au Davos du d√©sert.

Il aurait √©t√© admis en urgence √† l’h√īpital du Roi Fay√ßal de Riyad √† la suite d’un AVC et depuis lors c’est le black-out total, qu’une communication officielle chaotique et tr√®s peu active a donn√© lieu √† toutes les sp√©culations. Certains m√©dias ont d√©j√† rapport√© le d√©c√®s de Ali Bongo.

M√™me si le tr√®s puissant royaume saoudien n’y est pour rien dans cette affaire, il n’en demeure pas moins que son image ne cesse de se ternir :  apr√®s la catastrophique affaire du journaliste et agent d’influence Jamal Khashoggi, √©trangl√© et demembr√© vivant avant d’√™tre dissous dans de l’acide √† l’int√©rieur du consulat saoudien √† Istanbul, et avant celle-ci, la s√©questration et la maltraitance du premier ministre libanais Saad Al-Hariri en plus de la campagne de bombardements forcen√©s avec l’aide active de pays occidentaux de ce qui reste du Y√©men, il est devenu √©vident que Ryad soit devenu une destination effrayante o√Ļ tout peut arriver, y compris √† un prince ou chef d’√Čtat en exercice.

C’est l’une des cons√©quences de la lutte acharn√©e d√©chirant la famille r√©gnante depuis l’√©chec du changement de r√©gime en Syrie et la stagnation du conflit au Y√©men.

Comme quoi avoir la capacité à acheter et à revendre plusieurs fois des pays de la taille de la France ne garantit rien en géopolitique.

Enfin pour revenir au Gabon, il semble qu’il existe bien une mal√©diction des Bongo. Le p√®re d’Ali, El Hadj Omar Bongo a myst√©rieusement disparu en 2009 apr√®s un r√®gne record de 42 ans sur le Gabon. Voila que son successeur de fils subit le m√™me sort pour le moins funeste. Le pouvoir rend ivre mais il finit toujours par d√©truire et tous les gris-gris du monde n’y peuvent rien face √† cela.

 

Le tireur de Thousand Oaks a servi en Afghanistan √† l’√Ęge de 18 ans…

image

Ian David Long, le tireur de la tuerie de One Thousand Oaks en Californie était un ancien Marine ayant servi en 2010 en Afghanistan.

Le tireur a utilis√© un pistolet Glock 21 de calibre 45. √† l’int√©rieur du bar le Borderline tuant 12 personnes. Selon la police locale, Long s’est donn√© la mort avec son arme. Vu le calibre utilis√©, cette arme de poing devait donc avoir un chargeur permettant de tirer 13 coups.

Long fut d√©ploy√© √† l’√Ęge de 18 ans en Afghanistan comme op√©rateur d’une arme semi-lourde au sein d’une unit√© de Marines.

Comme beaucoup de v√©t√©rans US de la tr√®s guerre longue guerre d’Afghanistan (octobre 2001-√† ce jour), Long d√©veloppa un m√©lange d’aversion et d’admiration √† l’√©gard des Talibans et de la tr√®s forte culture afghane. De retour aux √Čtats-Unis, il versa dans un anti-f√©minisme virulent avant de prendre conscience de certains enjeux politiques. Souffrant d’un syndrome post-traumatique il chercha des r√©ponses √† certains questionnements relatifs √† l’interventionnisme militaire US dans des pays tr√®s √©loign√©s et pauvres ne repr√©sentant aucune menace existentielle et il crut pouvoir y r√©pondre en versant d’abord dans un antis√©mitisme de base puis l’antisionisme. La remise en cause et le rejet des syst√®me socio-politique et √©conomique occidental en g√©n√©ral et US en particulier firent de Long un marginal.

Un marginal tranquille m√™me si les m√©dias US √©voquent des probl√®mes d’abus domestique, un ph√©nom√®ne auquel n’echappe aucun militaire ayant servi ou servant encore en Afghanistan.

Il y a eu des cas de Navy Seals, l’√©lite de l’√©lite des forces sp√©ciales am√©ricaines, qui ont fini par √©gorger au couteau de chasse leur campagne ou √©pouse apr√®s leur retour d’un deploiement.

En r√©alit√© la plupart des v√©t√©rans ayant √©t√© en contact assez prolong√© avec la culture afghane sont choqu√©s par ce qu’ils per√ßoivent comme un pouvoir pr√©pond√©rant et abusif des femmes dans leur soci√©t√© lib√©rale et finissent tous, sans exception aucune, par admirer le « mod√®le afghan » des relations homme-femme.

Des √©tudes r√©alis√©es sur ce ph√©nom√®ne ont amen√© le Pentagone √† restreindre au minimum les rapports entre les militaires US et leurs alli√©s afghans dans le sillage des incidents « Friendly fire ».

Ces mesures ne parviennent pas toujours pas √† limiter l’attrait d’une culture afghane profond√©ment guerri√®re, o√Ļ l’homme occupe une place de choix, pour un grand nombre de militaires US issus des milieux ruraux des √Čtats de la ceinture rouill√©e du Midwest ou des rivages du Mississippi ou encore des √Čtats pauvres de l’Union.

Le choc culturel a du être rude. Plus rude que le feu des embuscades et des bombes improvisées sur le bord des routes.

Fait significatif, la tuerie du bar le « Borderline » en Calidornie intervient presque une ann√©e apr√®s celle de Devin Kelley, un v√©t√©ran de l’US Air Force qui a ouvert le feu sur une √©glise au Texas, tuant 26 personnes.

Indubitablement, aucun média ne vas aborder cet aspect du problème car la réflexion sérieuse sur les motivations réelles ou profondes de ces tireurs forcenés amènerait inévitablement une critique cinglante du système politique et économique américain, voire une remise en cause du simulacre du rêve américain et la découverte de certaines réalités pas très politiquement correctes.

Le probl√®me r√©current des tueries par armes √† feu n’ont rien √† voir avec la circulation des armes ou le second amendement de la Constitution des √Čtats-Unis d’Am√©rique :  c’est un probl√®me de fond dont les v√©ritables causes sont √† chercher dans le syst√®me politique et √©conomique US.

Les v√©t√©rans US sont marginalis√©s par calcul m√™me s’ils b√©n√©ficient de nombreux avantages sociaux. Il suffit que l’un d’eux commence √† remettre en cause les guerres auxquelles il a particip√© pour qu’il se retrouve de l’autre c√īt√© de la barri√®re. Certains sombrent dans la drogue et l’alcoolisme ;  la plupart entretiennent une rage int√©rieure souvent extr√™me. Quelques uns sont pris par l’Amok comme ce fut le cas √† Thousand Oaks.

Le probl√®me est profond.  

   

Yak-41M/Yak-141

The Tale of the Flogger

R.I.P Fishes !

Du coup de gueule en ces temps incertains

Quand on a commenc√© √† nous int√©resser √† la guerre en Syrie, d√©clench√©e un certain 15 mars 2011 dans le sillage de ce que l’on a appel√© le « printemps Arabe »,  on √©tait loin, tr√®s loin de nous imaginer qu’un jour, on serait en contact direct avec des acteurs directs du chaos strat√©gique qu’est devenu le Levant.

En 2003, l’administrateur de ce blog avait publi√© un article de fond sur la Syrie intitul√© « Sur le chemin de Damas :  la prochaine guerre de cent ans », censur√©, cela va de soi, car il d√©gageait d√©j√† l’investissement de certains gouvernements dans l’accroissement des clivages et  de ce que l’on peut identifier comme les principales lignes de fracture mena√ßant la coh√©sion soci√©tale et les dissensions au sein d’un r√©gime syrien r√©put√© solide et implacable. L’une des conclusions de cet article perdu est que la Syrie risquait de faire face √† une nouvelle forme de guerre hybride via une r√©volte pseudo-islamiste comme celle ayant √©branl√© Hama en 1982 et qu’au pr√©alable, on ferait en sorte de mettre fin √† la pr√©sence militaire et s√©curitaire au Liban voisin. Ce qui fut accompli apr√®s le tr√®s √©trange attentat ayant co√Ľt√© la vie au premier ministre libanais Rafik Al-Hariri le 14 f√©vrier 2005.

Pourquoi √©voquer cela maintenant. La raison est en relation avec le r√©el. Un r√©el qui vient de d√©passer la fiction la plus folle, la plus d√©brid√©e quant il s’agit de g√©ostrat√©gie.

Nous avons longtemps √©t√© accus√©s de tremper dans le conspirationnisme ou d’√©crire sur des faits sans √©voquer la moindre r√©f√©rence ou source, accusation qui nous faisait sourire car nos critiques oublient toujours que nous ne sommes pas journalistes mais des individus ayant connu le terrain.
A la lumi√®re de ce que l’on vient de savoir, de la bouche m√™me de ceux qui ont mont√© l’immense √©chafaudage logistique derri√®re l’√©mergence et lq mont√©e en puissance des organisations arm√©es rebelles en Syrie et ailleurs, Strategika 51 est une curiosit√© absolue de type 1 puisque il est le seul blog, francophone qui plus est (facteur aggravant), √† avoir eu une image pr√©cise de ce qui se passait r√©ellement dans ce vieux pays du Levant.
On croyait avoir un taux d’erreur avoisinant les 30 %. Au final il n’y a eu aucune erreur d’√©valuation et notre vrai faux blogueur √† l’allure samaritaine qui veut mettre la main sur la d√©nomination de ce blog, pourtant disponible pour la modique somme de 18  $  USD nous le confirme.

Pourquoi est-ce important ?  Pour la raison d√©mentielle que notre touriste b√©n√©vole toujours souriant et fort poli a fait partie de l’√©quipe initiale ayant transform√© le r√©seau du terroriste jordabien Al-Zarquaoui en Irak en un proto-√Čtat Islamique dont l’encre t√©n√©breuse s’est d√©vers√©e tr√®s vite d’Al-Anbar d’Irak sur le Nord et l’Est de la Syrie d√®s que les forces gouvernementales syriennes, prises dans la tourmente, se virent oblig√©es de se replier sur Damas et le littoral en  abandonnant des milliers de km carr√©s. Ce m√™me type, repreneur de ce petit blog, est revenu en Syrie en compagnie des Marines et a jou√© un r√īle appr√©ciable √† Al-Tanf, le premier camp delta US en Syrie, lequel a connu ses heures de gloire face aux iraniens et aux Russes du groupe Wagner.

Des informations restreintes, que notre blog √©voquait au d√©tour de quelques phrases selon l’humeur de l’admin. Raison suffisante pour offrir sous le couvert d’une mission des vacances bien m√©rit√©es √† un guerrier de l’ombre et lui permettre de souffler loin de la rocaille des confins syro-irakiens. La cible apr√®s tout est ais√©e √† atteindre mais difficile √† appr√©hender.
Il y a une force inh√©rente √† nos convictions que l’argent ne peux mettre en sourdine. L’id√©ologie n’y est pour rien ;  c’est un principe premier, pre-√©xistant et concomitant √† une certaine notion d’une v√©rit√© fuyante mais perceptible.
Ce qui vient de se passer soulève nombre de considérations morales sur la vie.
Les deux extrêmes finissent toujours par se joindre.
Le plus remarquable est que ces gens la, dont l’existence est ni√©e par les m√©dias, ont exprim√© en apart√© leur admiration, d’autant plus qu’ils viennent de constater les difficult√©s dans lesquelles nous sommes emp√™tr√©s et par dessus tout conclu que nous √©tions li√©s √† aucune entit√© adverse.
Nous avons une seule chose en commun et c’est la connaissance et, parfois quand les circonstances le permettent, la pratique des armes. Hormis cela √† chacun sa chapelle.
Nous opposons un refus √† leur offre plus que g√©n√©reuse, laquelle aurait du nous alerter plut√īt.

Nous sommes libres. Pas comme ceux qui pr√©tendent √™tre des pays des droits de l’homme apr√®s avoir fait massacr√© par des l√©gionnaires Allemands criminels  sans retenue aucune et indistinctement des dizaines de milliers de pauvres civils et amnisti√© les auteurs de ces crimes pour toujours. Philippeville ou My Lai, la v√©rit√© finit toujours par se faire conna√ģtre par bribes malgr√© la chappe de plomb et l’omerta.

D√©sol√© mon ami samaritain, la libert√© n’a pas de prix.
L’admin n’a jamais pris partie pour les protagonistes mais suit son instinct. Et il est libre de dire merde quand il faut dire merde ou d’aller √† contre-courant.

L’anticonformisme devrait √™tre de rigueur dans une soci√©t√© lib√©rale qui est susceptible de se transformer √† tout moment en une r√©publique √† la Batista avec les caricatures d’usage.

Que nos lecteurs nous pardonnent cette digression. Le message est adressé à qui de droit.

R√©voltez-vous bon sang !  Ils se foutent de nos gueules en permanence ! 

On devrait avoir notre quart d’heure de libert√© √† nous aussi.

Merci √† nos lecteurs et fans ! 

 

       

   

A chacun son « Daech »

Selon des informations concordantes mais non confirm√©es, sept marines US aurait √©t√© kidnapp√©s en septembre dernier en Syrie et plus pr√©cis√©ment pr√®s de Al-Azraq non loin de l’Euphrate (Est de la Syrie).

Le Centcom d√©ment que des interm√©diaires des YPG kurdes, une milice arm√©e soutenue par Washington, aient jou√© un quelconque r√īle de mediation aupr√®s d’un groupe de l’EI pour obtenir la lib√©ration de militaires US. 

Daech est en pleine expansion dans la zone sous contr√īle US mais depuis peu de temps d’autres groupes arm√©s se r√©clamant de Daech ont fait leur apparition et ne cachent pas leur hostilit√© au Daech √©voluant sous la protection a√©rienne de Washington.

A ce jeu d’ombres et de pions, la vall√©e de l’Euphrate pourrait bient√īt devenir le th√©√Ętre de multiples conflits par procuration rendant intenable la pr√©sence US dans cette r√©gion, une pr√©sence qui alimente en premier lieu ce genre de propagation.
A force d’allumer le feu…

Le drone chinois de reconnaissance et de combat CH-5 promis √† un brillant avenir commercial

Le Cai Hong 5 ou CH-5 est l’un des derniers drones d’attaque chinois de la s√©rie CASC « arc-en-ciel » et il est d√©j√† promis √† un avenir fort prometteur √† l’export, notamment vers les pays √† qui les √Čtats-Unis ont refus√© ou refusent de vendre des drones d’attaque comme le Reaper MQ-9 « Reaper » ou le Predator.

image

Pour un co√Ľt n’atteignant m√™me pas la moiti√© de celui du MQ-9 Reaper, le CH-5 peut emporter 1000 kg de bombes ou 16 missiles sur une distance de plus de 10 000 kilometres. Certaines versions disposent d’une port√©e de 20 000 km et une endurance variant entre 55 et 120 heures. Son turbopropulseur non identifi√© est moins puissant que le Garrett du Reaper d’o√Ļ certaines limitations touchant l’altitude (9000 m√®tres pour le Cai Hong contre 15 000 pour le Reaper mais dans l’ensemble, le CH-5 chinois est bien plus endurant (60 heures contre 14 pour le Reaper) et surtout super modulable.
Ce drones peut communiquer avec des modèles antérieurs comme le CH-4 ou le CH-3.

Le CH-5, d√©j√† surnomm√© le camion √† bombes, peut √™tre consid√©r√© √† juste titre comme l’ultime Kalachnikov des drones de reconnaissance et de combat.
Un prix abordable, aucune restriction d’usage dans le contrat de vente, pas de conditions politiques ou de chantages et une efficacit√© √† toutes √©preuves.

Il n’est donc pas √©tonnant de voir une cinquantaine de pays se bousculer pour l’acqu√©rir.

La Chine est en passe de devenir le véritable Eldorado des drones de combat.
image

New Norinco Armoured Vehicles 2018 (CCTV)

Forget the F-35A and B, this is the best US Air Superiority Aircraft ever built (Top Speed: Classified)

A Forgotten Legend: the Su-15 Flagon

Chengdu J-20 Fighters formation at the 12th China International Aviation and Aerospace Exhibition (Zhuhai/Guangdong)

L’√Čtat du Monde 2018 : G√©ostrat√©gies (Michel Collon)

Le module central de la station chinoise Tian He (Paix du Ciel) en live (CGTN)

Tribute to the Mig-25 Foxbat

Apr√®s les USA, la Chine veut installer des bases en Antarctique

Les multiples incursions am√©ricaines en mer de Chine orientale au nom de la libert√© de la navigation maritime en haute mer sont non seulement tr√®s mal per√ßues par Beijing mais engagent ce dernier √† explorer une r√©ponse asym√©trique et alternative en …Antarctique orientale !

La Chine oeuvre s√©rieusement √† √©tablir une pr√©sence permanente en Antarctique. Le lancement en ce 2 novembre 2018 de la 35√®me exp√©dition chinoise en Antarctique a co√Įncid√© avec la mise en place d’un a√©rodrome, dot√© d’une piste de 1600 m√®tres, situ√© √† 28 kilom√®tres de l’une des deux bases scientifiques chinoises √† l’est de l’Antarctique.

Officiellement Beijing entend renforcer sa pr√©sence en Antarctique pour « avoir son mot √† dire sur le trafic a√©rien au dessus de ce continent encore inconnu » et de « revendiquer un territoire que d’autres nations revendiquent injustement ».

Il semblerait que les chinois soient au courant des activités secrètes US en Antarctique.

L’installation de centaines de balises GPS en Antarctique orientale par les chinois inqui√®tent au plus haut point l’Australie, un pays qui revendique 42 %¬† de l’Antarctique, et la Norv√®ge, pays qui revendique la totalit√© de ce continent. Au total 14 pays revendiquent un lopin de terre en Antarctique mais dans les faits, il n’y a qu’un seul pays, les √Čtats-Unis qui y dispose d’une pr√©sence permanente et de bases secr√®tes en d√©pit des clauses du Trait√© de l’Antarctique et de la m√©saventure de l’op√©ration « High Jump » (1946-1947) organis√©e par l’amiral Richard E. Byrd et men√©e par le contre-amiral Cruzen au lendemain de la chute du III√®me Reich en Europe et de la capitulation de l’empire japonais et dont les objectifs ultra-secrets n’ont jamais √©t√© r√©v√©l√©s √† ce jour.

L’un des objectifs de cette op√©ration militaire en Antarctique √©tait de rechercher et d’an√©antir un √©ventuel abri pour les submersibles allemands dont des dizaines ont myst√©rieusement disparu apr√®s la guerre. Quelques uns de ces U-Boats ont √©t√© saisis en Argentine tandis que d’autres n’ont jamais √©t√© retrouv√©s.

Ces submersibles ont servi √† exfiltrer des responsables nazis, de l’or mais √©galement des milliers de documents secrets dont certains relatifs √† des prototypes d’armements secrets et r√©volutionnaires¬† que l’Allemagne hitl√©rienne n’avait pu d√©velopper √† temps faute de ressources et de financement. Les nazis avaient une certaine admiration pour les travaux de Tesla et ils avaient tent√© des travaux pr√©liminaires sur la transmission de l’√©nergie √©lectrique √† distance, de nouvelles formes de propulsion, des fus√©es et √©tudi√© des disques volants. L’Allemagne hitl√©rienne avait revendiqu√© un territoire en Antarctique en 1938 d√©nomm√© Neuschwabenland et l’OSS, l’anc√™tre de la CIA suspectait Berlin d’y avoir am√©nag√© un abri naturel pour ses submersibles sur la base de renseignements fournis par l’agence juive mondiale.

On ne sait pas ce qui a amen√© la flotte militaire US √† quitter pr√©cipitamment et dans l’urgence l’Antarctique. Plusieurs hypoth√®ses ont √©t√© √©mises sur la base d’une d√©claration fort √©trange de l’amiral Byrd concernant un « ennemi inconnu » . Ce qui est certain est que quelques ann√©es apr√®s l’op√©ration High Jump, les √Čtats-Unis firent exploser des bombes atomiques dans l’atmosph√®re et sur le littoral de l’Antarctique occidentale avant d’y √©tablir des bases a√©riennes secr√®tes apr√®s 2001.

Naturellement, les balises GPS chinoises peuvent être utilisées pour diriger des missiles ou des drones. Or la Chine est en train de construire des milliers de drones et a lancé en grande pompe son premier briseur de glaces. Fait notable, la Chine a réactivé une division de troupes de montagne et de lutte en terrain hostile dont les membres sont tous originaires du Nord de la Chine et habitués aux grands froids.

Il est certain que les am√©ricains ne vont pas rester les bras crois√©s en Antarctique, un continent totalement inhabit√© et vierge et dont les richesses mini√®res et naturelle echappent jusqu’ici √† l’avidit√© des hommes.

 

2001

Photographie prise par le British Antarctic Survey montrant la v√©g√©tation d’une partie d√©termin√©e de l’Antarctique (G√©orgie du Sud): Parodiochloa flabellata en vert sombre et Deschampsia antarctica en vert plus clair. Cr√©dit photo: British Antarctic Survey

 

La Belgique opte pour le F-35 ; l’Arabie Saoudite ma√ģtre du sort du futur avion de combat franco-allemand

La Belgique a choisi l’avion de combat US Lockheed Martin F-35 Lightning II pour renouveler sa flotte vieillissante d’appareils General Dynamics F-16 au d√©triment de l’Eurotyphoon et du Dassault Rafale.

Au del√† des consid√©rations politiques internes inh√©rentes √† la Belgique et d’autres, externes li√©es au jeu d’√©quilibre europ√©en et le poids de l’Alliance atlantique, le choix du F-35 parie sur l’avenir de cet plate-forme de combat¬† appel√©e √† √™tre d√©velopp√©e durant les quarante prochaines ann√©es.

Le Typhoon et le Rafale sont des avions de combat aux prestations √©quivalentes dont l’exportation fut quasiment soutenue par un seul pays fort influent :¬† l’Arabie Saoudite. C’est Ryad en effet qui a d√©termin√© et financ√© la vente de Rafales √† l’√Čgypte et p√®se de tout son poids sur ses partenaires du CCG et notamment les √Čmirats Arabes Unis pour faire de m√™me dans le cadre d’un lobbying contraignant. C’est encore Ryad qui a √©t√© derri√®re le succ√®s √† l’export du Typhoon que son arm√©e de l’air utilise dans la guerre insens√©e du Y√©men. Une guerre qui commence √† agacer Washington pour des raisons li√©s √† d’autres priorit√©s strategiques.¬†¬†
De ce fait, le simulacre de Paris sur d’√©ventuelles suspensions de ventes d’armes √† l’Arabie Saoudite, tel que pr√©conis√© par Berlin, fait sourire les puissants dirigeants saoudiens.
Ni le pr√©sident Macron pas plus ses pr√©d√©cesseurs n’ont les moyens d’imposer un embargo sur les armes sur le pays ayant propuls√© la France √† la troisi√®me place du podium mondial des principaux pays exportateurs dans le monde.
La ma√ģtrise saoudienne de ce segment vital de l’√©conomie europ√©enne est tellement absolue que Ryad a le pouvoir de faire √©chouer d√®s maintenant le projet futur d’un avion de combat conjoint franco-germanique.¬†
Berlin le sait et si ses exc√©dents commerciaux lui permettent de mettre la pression sur Ryad en suspendant de le lui livrer des armes, ce n’est nullement le cas de Paris dont c’est le seul d√©bouch√© possible.
Cette situation in√©dite s’explique par les politiques¬† de l’√Čtat fran√ßais durant ces vingt derni√®res ann√©es et qui ont transform√© la France en une sorte de VRP ne cherchant qu’√† rechercher des march√©s pour les quelques grands groupes priv√©s de France. Ryad a r√©pondu √† cette obsession non sans arri√®res pens√©es et de fait la France s’est retrouv√© de facto en position de vassal vis √† vis de pays comme l’Arabie Saoudite ou le Qatar.

Les belges ont donc opt√© pour l’avenir. Si le Typhoon et le Rafale restent de tr√®s bons appareils de combat, √©prouv√©s au combat (dans des conditions optimales de s√©curit√©, marketing de l’image oblige),¬† ils n’en demeurent pas moins les produits d’une √®re r√©volue o√Ļ les ing√©nieurs avaient leur mot √† dire dans la conception d’un a√©ronef et pour la France, une volont√© certaine d’une certaine autonomie dans ce domaine de pointe. Une Volont√© √©vapor√©e depuis le passage de Sarkozy √† l’Elys√©e et la transformation structurelle de la posture de l’√Čtat fran√ßais d’une forme traditionnelle √† une forme dilu√©e dans la globalisation et l’alignement total aux grands ensembles supranationaux.

Cela nous ram√®ne √† cette question simple en apparence :¬† si le projet du futur avion de combat franco-allemand, sens√©¬† remplacer √† moyen terme le Dassault Rafale en France et le Typhoon en Allemagne, tombe √† l’eau, quelle sera l’alternative ?¬† Le F-35 ?¬† C’est pas pour rien que les lobbyistes de Lockheed Martin intensifient leurs d√©marches en ce sens.

Donc les belges n’ont pas trop √† s’inqui√©ter pour l’avenir. Il leur faut juste surveiller quelques oiseaux migrateurs ayant une dr√īle de propension d’√™tre attir√©s par les entr√©es d’air du F-35…

 

Xi Jinping aux chefs militaires chinois de la province de Guandong:  » pr√©parez vous √† la guerre! « 

Le pr√©sident chinois Xi Jinping a exhort√© les responsables militaires chinois de la province du Guandong, celle qui abrite le commandement m√©ridional, √† √©valuer la situation strat√©gique en Mer de Chine m√©ridionale et Ta√Įwan et √† se pr√©parer √† toutes les √©ventualit√©s.

En termes un peu moins subtils, le pr√©sident de la deuxi√®me puissance √©conomique au monde vient d’ordonner √† ses forces arm√©es de se pr√©parer √† une guerre en mer de Chine orientale.

Beijing tient ainsi √† rappeler ses lignes rouge absolue et qu’il ne transigera jamais ni sur Ta√Įwan qu’il consid√®re comme une simple province chinoise ni sur sa zone √©conomique exclusive et encore moins sur ce qu’il consid√©re comme son espace vital en mer de Chine orientale.

Un √©ventuel conflit sur le d√©troit de Formose est consid√©r√© par la Chine comme gagnable suivant sa doctrine de saturation absolue du th√©√Ętre de la guerre.

  

Les banderoles « Make America Great Again » sont fabriqu√©es en Chine

Donald Trump ne cesse de pr√©coniser de consommer am√©ricain et de redorer les industries manufacturi√®res americaines mises √† mal ces derni√®res d√©cennies par les d√©localisations au profit de la Chine et d’autres pays √©mergents d’Asie.
Pourtant toutes les banderoles, les drapeaux et les accessoires de sa campagne dont celles faisant la promotion de son slogan  « Make America Great Again » sont fabriqu√©s par des petits ateliers situ√©s en R√©publique populaire de Chine.

Tout est fabriqu√© en Chine, m√™me le renouveau am√©ricain ! 

USA : plus de 5000 militaires d√©ploy√©s aux fronti√®res avec le Mexique

Plus de 5000 militaires am√©ricains, soit l’√©quivalent d’une division ancienne,  vont se d√©ployer aux fronti√®res avec le Mexique pour lutter plus efficacement contre le flux migratoire clandestin √©manant d’Am√©rique latine.

Le pr√©sident Donald Trump aura ainsi tenu une de ses promesses de campagne vis √† vis de sa base dure mais le d√©ploiement de troupes aux fronti√®res risque d’√™tre tr√®s mal per√ßu, aux √Čtats-Unis d’abord o√Ļ vit une tr√®s importante communaut√© d’origine hispanique, mais √©galement au Mexique voisin.

Il y a √©galement un risque accru de d√©rapages ou de bavures car les « happy triggers » et autres g√Ęchettes faciles ne sont pas moins nombreux au sein de la Garde Nationale qu’au sein des diff√©rentes polices locales et un incident pourrait affecter durablement le climat politique d√©j√† tr√®s ex√©crable aux √Čtats-Unis.

Des milices d’extr√™me-droite pourraient √©galement se sentir concern√©s par la protection des fronti√®res m√©ridionales am√©ricaines mais on imagine mal comment ces groupes volontaires vont r√©agir face √† une masse d’hommes et de femmes et d’enfants organis√©s en caravanes de marcheurs pacifiques hautement m√©diatis√©es (comme celle partie r√©cemment du Honduras),  et dont l’objectif est d’atteindre les √Čtats-Unis et d’obtenir l’asile.

Cette question pourrait se r√©v√©ler cruciale pour l’administration Trump dans un pays de migrants sur fond d’une lutte sans merci entre R√©publicains et D√©mocrates et dans l’ombre d’une gu√©guerre entre Trump et l’Establishment.

Des F-35B Lightning II au dessus de la mer de Chine orientale

Israel sous le charme des arabes

Le d√©mant√®lement de la cause palestinien a commenc√© avec la fameuse visite surprise de Sadate en 1977 pour Israel, suivie de la signature de l’accord d’Oslo par Yasser Arafat en 1993 qui a conduit √† la cessation de toute forme de r√©sistance par les palestiniens et √† la coop√©ration s√©curitaire avec les israeliens.

L’√©croulement du mur de Berlin et la disparition de l’Union Sovi√©tique ont fait le reste.

Venait ensuite l’√©v√©nement des Twin Towers et la guerre aux terroristes men√©e par Georges W Bush qui n’a laiss√© aux dirigeants aucune alternative de choix: « Qui n’est pas avec nous est contre nous »

Les pays Arabes, pris de panique, ont offert toutes les facilit√©s exig√©es par les am√©ricains. Certains, reconnaissants ont estim√© que le contentement de Washington serait plus compl√®te s’il est encens√© par les pri√©res des rabbins

C’est √† partir de ce moment, que des liens officieux se sont dirig√©s subrepticement vers Israel. Le Maestro de cette migration est le r√©gime √©gyptien sous ses dirigeants successifs, dont la hardiesse est couronn√©e par le pr√©sident Sissi.

De sa part, Tel Aviv ne demandait que de petits pas. Mais voici que soudainement, les arabes lui offrent plus ce dont il r√©vait…gratuitement et sans concession aucune. Cela ressemble √©trangement √† l’offre de la paix propos√©e par Sadate.

Mais aujourd’hui les donnes ont chang√©, mais graduellement jusqu’√† l’arriv√©e de M. Trump qui en a donn√© un s√©v√®re coup de fouet aux r√©calcitrants.

Sa d√©votion envers l’Etat h√©breu est manifeste plus que ses pr√©decesseurs et son engagement en est plus profond car son gendre est juif et sa fille convertie au juda√Įsme.

Pour lui la s√©curit√© d’Isra√ęl d’abord juste apres celle des USA. Il a commenc√© par extorquer l’Arabie Saoudite, puis les autres Etats du Golfe, tout en intimidant le reste avec son projet du contrat du si√®cle.

Le paratonnerre r√©gional est devenu le seul refuge dans un ciel charg√© de lourds nuages. C’est Isra√ęl qui a jou√© un r√īle dans l’√©chec des vrais printemps arabes et le d√©clenchement de quelques autres en particulier celui de la Syrie.

Dans ce panorama stressant, M. Trump en a ajout√© un autre  » Vous √™tes riches, vous devez payer pour votre protection » Et de surench√©rir  » Sans notre protection, vous ne pouvez tenir plus de deux semaines » (Dr√īle de d√©mocratie qui s’appuie sur l’aide ext√©rieure plutot que sur les assises populaires)

Or dans cette région, presque tout le monde est riche, et tout le monde tient à son fauteuil. Donc, chacun doit payer, soit au protecteur direct en espèce, soit à son sous traiteur en services immatériels éventuellement en numéraire.

D’un seul coup, Isra√ęl est devenu ami. L’ennemi c’est l’autre, l’Iran, les fr√®res musulmans¬† le Hezbollah et Hamas. Contre un ennemi commun, on fera front commun. Devant ces menaces, la question palestinienne ne constitue plus une priorit√©.  » Et les palestiniens doivent accepter ce qu’on leur propose et d’√©couter »

Et le statut d’Isra√ęl dans cette m√©tamorphose? Il est d√©fini magistralement par le Sultan Quabous  » Israel est un pays du Moyen Orient. Et je ne vois pas pourquoi il lui est interdit de visiter ses voisins »

Cette d√©claration servira de r√©f√©rence dans le futur pour une probable int√©gration d’Israel dans le CCG et m√©me au sein la Ligue Arabe.

« Nagu√©re, nous avions refus√© l’hospitalit√© pour l’√Čtat juif, actuellement, on ne doit pas lui refuser le droit de visiter l’un de ses voisins, ou de devenir membre dans nos organisations √©tatiques »

 

 

 

 

 

Deux saoudiennes d√©couvertes mortes √† New York

Apr√®s le journaliste Jamal Khashoggi, d√©coup√© vivant en petits morceaux sous les rires hilares d’un commando de tueurs drogu√©s dans le bureau du consul d’Arabie Saoudite √† Istanbul, les nervis du service action du puissant prince h√©ritier Mohamed Ben Salman (MBS) ne ch√īment gu√®re.

Un ressortissant saoudien √©tabli √† Londre est pass√© √† tabac par d’autres saoudiens portant des cagoules tandis que des dizaines d’autres saoudiens r√©sidant √† l’√©tranger ont re√ßu d’etranges lettres d’intimidation.

Pour couronner le tout, les corps sans vie de deux adolescentes saoudiennes viennent d’√™tre d√©couverts par la police new yorkaise.

image

A priori les deux adolescentes ligotés sont des soeurs portées disparues.
   

Pays du Golfe-Isra√ęl : un grand partenariat strat√©gique et un avenir prometteur en perspective

La ministre isra√©lienne de la culture et des sports, Miri Reguev,  a visit√© la grande mosqu√©e d’Abou Dhabi lors de son s√©jour aux √Čmirats Arabes Unis.

image

image

image

image

image

image

La visite de cette ministre aux prises de position tranch√©es et souvent extr√™mes intervient dans le cadre d’une reconnaissance publique des pays arabes du Golfe de leurs liens avec Isra√ęl et d’une normalisation d√©finitive avec cet √Čtat.
Apr√®s une visite officielle au Sultanat d’Oman, le premier ministre isra√©lien Benjamin Netanyahou est attendu au royaume de Bahre√Įn et les √Čmirats Arabes Unis.
Des √©missaires du puissant prince h√©ritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane auraient remis une lettre √† Netanyahu √† J√©rusalem o√Ļ il est question d’un grand partenariat strat√©gique et d’un avenir brillant et prometteur entre les deux √Čtats influents. 

Un Bowers n’est pas Breivik

Il y a un nombre incalculable d’incoh√©rences dans la fusillade de la Synagogue de Pittsburgh ou Robert Bowers, un homme de 46 ans arm√© d’un fusil AR-15 et trois armes de poing s’est transform√© en « active shooter » et aurait abattu 11 personnes √† l’int√©rieur du lieu de culte.

Cette fusillade horrible ne diff√©re en rien des nombreuses fusillades affectant r√©guli√®rement les √Čtats-Unis sauf dans le fait que Bowers ne s’est pas suicid√© ou « fait suicid√© » (sp√©cialit√© franco-britannique au demeurant). Bless√© par balles par la police, son √©tat serait stable.

Vu la puissance et la virulence de l’Anti-Defamation League aux √Čtats-Unis, il aurait mieux valu √† Bowers d’y rester.

Il sera certainement condamn√© √† la peine capitale et ex√©cut√©. Car √† moins d’√™tre n√© norv√©gien comme Breivik, le massacreur d’une centaine de personnes innocentes et qui a √©t√© condamn√© √† une simple assignation √† r√©sidence dans un lieu cossu et confortable, aucune puissance au monde ne pourra sauver Bowers des griffes de la justice US, l’ADL et des puissantes organisations juives am√©ricaines. 

Il semble que Bowers, un am√©ricain moyen ayant des opinions tr√®s √† droite, ce qui n’est en rien r√©pr√©hensible en soi, s’est lev√© un beau matin et a d√©cid√© d’agir selon sa propre perception du monde, en s’en prenant √† des personnes innocentes.
A moins qu’il ait √©t√© influenc√© par le fameux personnage de Bowers dans 24 heures chrono…

Cette fusillade n’aura pas moins d’immenses r√©percussions sur la vie politique US √† la veille des √©lections de mi-mandat.

Le monde est un endroit √©trange :  les Arabes deviennent les meilleurs amis des juifs sionistes et c’est en Am√©rique que l’on retrouve les plus virulents antis√©mites de la plan√®te.
Les temps changent. 
C’est la fin du monde ! 

Les drones US survolent de plus en plus pr√®s les fronti√®res occidentales de la Russie

Depuis des mois, les vols de drones US de reconnaissance √† tr√®s long rayon d’action pr√®s des fronti√®res occidentales de la Russie se sont intensifi√©s. Derni√®rement certains de ces drones ont long√© les limites de l’espace a√©rien russe de l’enclave de Kaliningrad mais √©galement pr√®s de Saint-P√©tersbourg et toute l’Ukraine orientale.
La recrudescence spectaculaire de ces vols de reconnaissance est naturellement per√ßue comme un acte r√©solument hostile par Moscou. 
La Russie a demand√© aux √Čtats-Unis de cesser ces provocations mais Washington n’a jamais daign√© r√©pondre. Tout au plus, un officiel du Pentagone se contente de pr√©ciser que certains de ces drones partent de bases aussi √©loign√©es de la Russie que celle de Signonella en Sicile et que leurs missions sont class√©es secret d√©fense.
Cependant, les russes soup√ßonnent que sous couvert de ces missions de reconnaissance et de collecte du renseignement electronique se cache un autre programme secret dont les ant√©c√©dents ont √©t√© « noy√©s » par le ph√©nom√®ne OVNI au dessus de certaines regions en Europe. Il s’agit de la prochaine g√©n√©ration de drones furtifs √† tr√®s grande capacit√© de p√©n√©tration en territoire hostile et prot√©g√© par un syst√®me de d√©fense a√©rienne dense et avanc√©.
L’id√©e de base de ce nouveau programme est inspir√©e par l’atterrissage pr√®s de Moscou d’un Reims Cessna F-172P pilot√© par un jeune pilote amateur ouest-allemand inexp√©riment√© en mai 1987 peu avant la signature du Trait√© INF entre Moscou et Washington. Cet incident assez curieux permit √† l’√©poque √† Gorbatchev de se d√©barrasser des chefs militaires de valeur de l’Arm√©e rouge pour lui laisser les mains libres et achever l’Ex-Union Sovi√©tique.
Les russes en sont conscients et acc√©l√®rent la mise au point de nouveaux syst√®mes d’interception plus performants que les S-500 actuellement d√©ploy√©s autour de Moscou mais √©galement des syst√®mes d’interception de petits objets et leur destruction au moyens de laser ou de micro-ondes. 

Les pays du Golfe en voie de normaliser leurs relations avec Isra√ęl

La visite officielle du premier ministre isra√©lien au Sultanat d’Oman est loin d’√™tre fortuite. Elle marque le pr√©lude √† une normalisation publique des relations entre l’ensemble des pays du Golfe et Isra√ęl.
La ministre de la culture et des sports de l’√Čtat d’Isra√ęl, la tr√®s controvers√©e Miri Reguev, a √©t√© officiellement accueillie √† Abou Dhabi, au √Čmirats Arabes Unis dans le cadre d’un tournoi de judo ayant vu la participation d’athl√®tes isra√©liens.

image

Il semble qu’accul√© par l’affaire Khashoggi, le puissant prince h√©ritier Mohamed Ben Salman ou MBS ait r√©solument d√©cid√© de se tourner vers Isra√ęl et √† rendre public ce que bon nombre d’observateurs avertis savaient depuis longtemps. Une normalisation publique des relations entre l’Arabie Saoudite et Isra√ęl aura un impact majeur sur la g√©ostrat√©gie du Moyen-Orient et entra√ģnera syst√©matiquement la majorit√© des pays arabes dans cette voie, brisant ainsi l’isolement regional d’Isra√ęl et lui conf√©rant une grande victoire en termes d’image.

Miri Reguev est une personnalit√© populiste tr√®s controvers√©e en Isra√ęl o√Ļ elle ne cesse de choquer par son comportement ou ses d√©clarations incendiaires et tr√®s populistes. Elle semble √† l’avant-garde du mouvement de manipulation mondial  # metoo et n’h√©site point √† insulter les victimes des bombardements isra√©liens ou √† porter des accoutrements √† connotation politique peu respectueux √† l’√©gard des palestiniens qui r√©sistent encore √† la machine infernale de l’occupation.

image

Isra√ęl, un √Čtat membre de la Ligue arabe ? Une possibilit√© plausible

Apr√®s la visite officielle du premier ministre Benjamin Netanyahou au Sultanat d’Oman et l’√©tablissement de relations diplomatiques entre Isra√ęl et Oman, certains pays arabes ont exprim√© officieusement leur pr√©f√©rence pour une normalisation d√©finitive avec Isra√ęl.

Les √Čmirats Arabes Unis et le Bahre√Įn consid√®rent officieusement qu’ils n’ont jamais eu et n’ont pas de contentieux connus avec l’√Čtat d’Isra√ęl et que par cons√©quent ils n’ont aucune objection √† ce que Isra√ęl soit invit√© en tant que membre observateur dans les r√©unions du Conseil de Cooperation du Golfe (CCG) ou ceux de la Ligue arabe.

En Arabie Saoudite, des proches du puissant prince h√©ritier Mohamed Ben Salman estiment que d’un point de vue aussi bien historique que strat√©gique  il n’existe aucune sorte de diff√©rend ou de probl√®me opposant le royaume saoudien √† Isra√ęl et qu’√† priori, les deux √Čtats partagent plut√īt le m√™me ennemi √† condition que cet ennemi d√©sign√©, c’est-√†-dire l’Iran ne collabore pas en secret comme il l’a d√©j√† fait avec Isra√ęl. Hormis cette crainte, Ryad serait pr√™t √† une normalisation publique avec Isra√ęl. Ce qui signifierait dans ce cas la reconnaissance de la quasi-totalit√© des pays arabes o√Ļ l’influence saoudienne est importante.

L’√Čgypte, pays arabe le plus peupl√©, et le Royaume Hach√©mite de Jordanie sont pour l’instant les deux seuls pays arabes √† entretenir des relations diplomatiques officielles avec Isra√ęl.
D’autres pays arabes comme les √Čmirats, Qatar, le Kowe√Įt, Oman, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie ont entretenu un certain niveau de relations non officielles souvent symboliques avec Isra√ęl, le plus souvent √† travers des bureaux de repr√©sentation.

Seul six pays membres de la Ligue arabe avaient toujours refus√© de reconna√ģtre Isra√ęl (Alg√©rie, Libye, Irak, Soudan, Syrie, Y√©men) mais la plupart de ces pays sont en crise avanc√©e, ont subi un changement de r√©gime, en √©tat d’implosion ou d√©truits. L’√©tat de d√©labrement ou de destruction de ces pays est tel qu’ils ne p√®sent plus rien face √† l’influence de pays comme l’Arabie Saoudite et que ces pays, √† l’exception de la Syrie en guerre ouverte,  ne peuvent que suivre Ryad s’il d√©cide de normaliser les relations avec Isra√ęl et reconna√ģtre ses revendications territoriales.
La liquidation de la question palestinienne serait alors accomplie et sera consid√©r√©e comme une cause perdue semblable √† celle de la lutte arm√©e  des groupes d’extr√™me-gauche dans l’Europe des ann√©es 70.
  

Syrie : des forces soutenues par Washington subissent de lourdes pertes dans des combats avec Daech dans l’est du pays

Des centaines de combattants mercenaires d’un groupe soutenu directement par les √Čtats-Unis ont √©t√© tu√©s au combat avec des mercenaires de Daech dans l’est d√©sertique de la Syrie.
Un premier bilan officiel et minimaliste faisait √©tat de plus de 60 combattants tu√©s mais des observateurs de l’Arm√©e syrienne estiment que le bilan des pertes est nettement plus √©lev√©.
L’offensive de Daech contre le groupe suppl√©tif US n’a pas √©t√© contr√© par des h√©licopt√®res d’attaque US comme ce fut le cas lors des combats avec des milices iraniennes ou le groupe Wagner. Ce fait laisse supposer un pi√®ge ou une op√©ration sous faux drapeau visant √† contr√īler les forces suppl√©tives ou √† √©tablir une nouvelle situation favorisant la r√©apparition de Daech dans la r√©gion.
Une manipulation de pions visant √† pr√©parer la prochaine bataille de l’Euphrate, une des priorit√©s de Damas apr√®s celle, report√©e d’Idleb.

L’av√®nement d’une nouvelle √®re au Moyen-Orient : visite officielle du Premier ministre isra√©lien au Sultanat d’Oman (Tv Omanaise)

C-5M Super Galaxy

Alg√©rie : l’Arm√©e prendra t-elle d’assaut le Parlement ?

La situation semble avoir atteint un seuil critique en Alg√©rie o√Ļ un coup d’√Čtat vient d’√™tre op√©r√© en douceur. Les putschistes ne sont pas des militaires mais des membres de la mafia de l’argent sale. Ils commencent √† imposer la censure totale et la chasse √† l’homme contre les journalistes, hommes politiques et blogueurs un peu trop d√©pendants a commenc√©.
C’est le retour √† la dictature d’avant 1988.
Le putsch parlementaire, effectu√© par la violence physique et les menaces de guerre civile, ne passe pas au sein de l’Arm√©e r√©guli√®re au point ou le vice-ministre de la d√©fense le g√©n√©ral-major Gaid Salah envisage de prendre d’assaut le parlement ill√©gitime et ses occupants forcen√©s.
Il semble bien que 2019 soit une ann√©e plus qu’explosive pour l’Alg√©rie et par cons√©quent l’Europe.

La tr√™ve assassine d’Idleb ou la duperie des occidentaux

Comme l’histoire n’a cess√© de le d√©montrer, les tr√™ves sont toujours exploit√©s pour se r√©armer ou renforcer sa position sur le terrain. C’est ce qui vient de se passer √† Idleb, en Syrie.

Les pays occidentaux soutenant et prot√©geant le terrorisme en Syrie ont tout fait pour obtenir un accord avec Damas et Moscou. Accord que les pays occidentaux avaient l’intention de violer d√®s le d√©but.
Les groupes terroristes ont non seulement jamais c√©d√© la moindre pi√®ce d’arme lourde mais ont obtenu des renforts en hommes et en mat√©riel, tripl√© la quantit√© d’armes lourdes qu’ils poss√©daient et ont pu r√©organiser leurs unit√©s, d√©fenses et fortifications. Plus encore ils ont commenc√© √† se propager dans la province voisine d’Alep et le nombre de conseillers militaires √©trangers dans leurs rangs n’a jamais √©t√© aussi important.
Stefan di Mistura est tenu par Damas comme l’un des responsables de cette situation, laquelle va prolonger la guerre en Syrie jusqu’en 2020.

Encore une fois, l’ONU s’est r√©v√©l√© qu’un simple outil de destruction et de propagation des conflits entre les mains des grandes puissances.

A Damas et √† Moscou, on vient d’apprendre une autre le√ßon sur la tra√ģtrise et la duperie des occidentaux. Di Mistura est quasiment persona non grata √† Damas.

Alg√©rie : un parlement bic√©phale apr√®s un putsch parlementaire

Apr√®s la Libye, o√Ļ deux gouvernements rivaux se disputent la l√©gitimit√© de gouverner le pays aux yeux de l’opinion internationale, le bic√©phalisme institutionnel gagne d√©sormais l’Alg√©rie.

L’Alg√©rie dispose depuis le 23 octobre 2018 de deux pr√©sidents de parlement rivaux.

Le pr√©sident l√©gitime de la chambre basse du parlement alg√©rien, d√©nomm√© officiellement sous l’appellation d’Assembl√©e populaire nationale, est Said Bouhadja, un v√©ritable v√©t√©ran de la guerre d’ind√©pendance du front interne (1954-1962), un cas insolite au sein du personnel politique alg√©rien, lequel est domin√© dans sa majorit√© de personnes se revendiquant de cette qualit√© mais qui n’ont jamais particip√© ni de pr√®s ni de loin √† la guerre. Ce dernier est consid√©r√© comme le troisi√®me personnage de l’√Čtat mais comme la sant√© du pr√©sident du S√©nat est d√©sastreuse, il est pratiquement le second dans l’ordre de succession en cas de disparition soudaine du pr√©sident Bouteflika.
Bouhadja, jug√© peu mall√©able et un peu trop regardant sur la gestion des deniers publics, √©tait vis√© par la mafia de l’argent sale depuis pr√®s d’une ann√©e. Il √©tait surveill√© par son secr√©taire g√©n√©ral, un certain Slimani, une ancienne petite crapule du milieu qui est devenu indicateur de bas √©tage de la police politique avant d’√™tre promu par le g√©n√©ral Medi√®ne dit Toufik, un bureaucrate z√©l√© et effac√© excellant dans l’art du chantage, qui a dirig√© derri√®re un rideau de rumeurs les renseignements alg√©riens (l’ex-DRS ou D√©partement du Renseignement et de la S√©curit√©) durant l’ensemble de ce que l’on appelle la d√©cennie noire (1992-2002) et bien au del√†. Une fois Toufik limog√© en 2015, Slimani √† continu√© √† servir son successeur avec un z√®le redoubl√©.
Ce Secr√©taire g√©n√©ral d√©lateur √©tait aussi l’homme de la majorit√© dite pr√©sidentielle et regroupant essentiellement des d√©put√©es du FLN (Front de Lib√©ration National/parti majoritaire), ceux de son clone cr√©√© de toutes pi√®ces par les services et aliment√© par la corruption : le fameux RND (Rassemblement National D√©mocratique), mais √©galement d’autres petits avatars satellites aux acronymes divers et souvent exotiques (MPA, TaJ, etc.) Tous g√©r√©s par un obscur service des renseignements.
Slimani permettait √† certains deput√©s FLN et RND ayant achet√© avec de l’argent cash leurs si√®ges au parlement (les prix d’un si√®ge de d√©put√© sont variables et ob√©issent √† la loi du plus offrant) de piller et de d√©tourner les ressources de l’√Čtat, de proc√©der √† des transactions douteuses, de faux et usage de faux et de s’offrir des privil√®ges exorbitants et injustifi√©s. Or Bouhadja a os√© toucher √† cet indicateur peu scrupuleux et c’√©tait cet acte qui l’a condamn√©. Il fut imm√©diatement vilipend√© par les m√©dias aux ordres et qualifi√© par Djamel Ould Abb√©s, le patron Caviar Whisky du FLN de « rebelle » contre l’√Čtat. Ironie du sort, Djamel Ould-Abb√©s qualifiait les combattants de l’ALN durant la guerre d’ind√©pendance de « terroristes » et n’a jamais √©t√© impliqu√© de quelque fa√ßon que ce soit avec les graves « √©v√©nements » qui secou√®rent l’Alg√©rie entre la Toussaint de 1954 et juillet 1962. Nonobstant cela il se forgera bien plus tard une fausse affiliation au FLN et pr√©tendra m√™me avoir √©t√© condamn√© √† mort par le pouvoir colonial fran√ßais entre deux verres de Whisky lors d’une r√©ception mondaine en l’honneur de sa fortune (il fut en 1975 l’un des rares et premiers milliardaires d’Alg√©rie).
Le patron du FLN caviar fut naturellement rejoint par Ahmed Ouyahia, accumulant simultan√©ment les casquettes de patron du RND, Chef de gouvernement et directeur de Cabinet √† la pr√©sidence et consid√©r√© √† juste titre comme l’homme politique le plus d√©test√© d’Alg√©rie. Il est surtout un corrompu et l’homme de la France.
D’origine kabyle, Ouyahia est connu pour son cynisme √† toutes √©preuves, son a plat-ventrisme et sa pauvret√© intellectuelle. Il √† √©t√© recrut√© par les renseignements lors de son service militaire effectu√© √† la pr√©sidence pour son extraordinaire servilit√© et sa capacit√© √† ex√©cuter n’importe quelle directive et son contraire sans √©tat d’√Ęme particulier. Il est vu par certains comme le fossoyeur de l’industrie alg√©rienne et le protecteur des oligarques civils proches des militaires ayant fait fortune du jour au lendemain dans un pays ou l’√©conomie est le monopole total d’un groupe de privil√©gi√© ayant le soutien des d√©cideurs du moment.
Le paisible Bouhadja tente de r√©sister mais le FLN/RND perd vite patience et utilise la violence physique. Des d√©put√©s, second√©s par des voyous pay√©s √† la journ√©e bloquent l’acc√®s au bureau du pr√©sident de l’Assembl√©e avec des cha√ģnes metalliques et des cadenas. Les services de s√©curit√© ont disparu. Menac√© dans son int√©grit√© physique, le vieux Bouhadja ne peut plus acc√©der au parlement et c’est √† ce moment pr√©cis que les frondeurs en service command√© r√©unissent ill√©galement une commission des affaires juridiques dont les membres re√ßoivent un petit backchich et ils d√©clarent officiellement le poste de pr√©sident du parlement vacant. Un tour de passe passe que le pouvoir alg√©rien use et abuse depuis la grande d√©b√Ęcle de 1962. Le tour est jou√©. Son successeur √©tait pr√™t et d√©sign√© depuis six mois : Un certain Moad Bouchareb, un quadrag√©naire archi-corrompu du FLN proche d’un ancien g√©n√©ral ayant dirig√© le Commissariat politique et l’orientation id√©ologique de l’Arm√©e Nationale Populaire (ANP) et dont la famille originaire de S√©tif, aurait de tr√®s puissants appuis au sein des services.
Mais Bouhadja ne l√Ęche pas le morceau. D’habitude disciplin√© et peu enclin √† la r√©sistance, le vieux v√©t√©ran √©tait pr√™t √† d√©missionner mais n’arrive pas √† admettre l’humiliation. D’un point de vue juridique, il est toujours le pr√©sident du parlement algerien et Bouchareb un usurpateur d√©sign√©.

Comme le pr√©sident alg√©rien est en soins tr√®s intensifs depuis des ann√©es et que son √©tat de sant√© ne lui permet plus de gouverner, son entourage lui a subtilis√© toutes ses pr√©rogatives constitutionnelles et a commenc√© tant bien que mal √† s’essayer √† l’art difficile du gouvernement avec l’aide des r√©seaux souterrains de l’√Čtat profond fran√ßais, non sans d’√©normes bourdes et de d√©rapages.

L’Alg√©rie se retrouve en 2018 sans institutions politiques viables et en d√©pit des centaines de milliards engrang√©s depuis 2001 et les avertissements des √©v√©nements destructeurs ayant eu lieu en Libye et en Syrie, il semble que le groupe « anonyme » qui a pris en otage un pr√©sident malade et lui a vol√© ses pr√©rogatives n’a eu aucun autre int√©r√™t que de s’enrichir ill√©galement en ignorant superbement ce qui ce passe dans l’environnement g√©opolitique r√©gional et en s’inspirant fortement du Makhzen corrompu marocain dans la gestion en interne.
Un suicide stratégique.

Update26-10-2018 : le d√©nomm√© Slimani qui occupait le poste de Secr√©taire g√©n√©ral de l’Assembl√©e avant son limogeage par le pr√©sident Said Bouhadja, d√©clenchant toute l’affaire, a √©t√© r√©tabli dans son ancienne fonction deux heures √† peine apr√®s l’installation fantoche d’un nouveau pr√©sident de l’Assembl√©e.
Qui est donc ce Bachir Slimani pour que le pouvoir alg√©rien mette en danger l’ensemble de ses institutions √©cran pour le remettre en selle ?
Voilà une question de fond qui devrait intéresser les journalistes algériens.

Zorba Z

Special Warfare Combatant Craft (SWCC)

Les Casques Blancs en Europe

D’apr√®s des indications recueillies en Syrie et deux sources du renseignement europ√©en, un premier lot de 170 √©l√©ments de l’organisation terroriste « les casques blancs » ont √©t√© exfiltr√©s de la province rebelle d’Idlib en Syrie. Direction :¬† les Pays-Bas et la France.

Nos sources n’ont pas manqu√© d’exprimer leur grande preoccupation de voir ces √©l√©ments s’√©vanouir dans la nature en Europe et √™tre tent√©s par l’action violente une fois leurs ressources financi√®res √©puis√©es.

Les casques blancs syriens sont une organisation terroriste impliqu√©e dans la conception de films de propagande noire, des actes de kidnappings et assassinats de civils, des mises en sc√®ne de faux massacres et d’attaques au chlore, contrebande et faux et usage de faux, rackets, attaques √† main arm√©e, braquage d’√©tablissements bancaires, extorsion et fuite de capitaux, blanchiment d’argent, l’√©tablissement de check-points ill√©gaux, trafic de stup√©fiants et de substances hallucinog√®nes,¬† arrestations ill√©gales et ex√©cutions extrajudiciaires de civils et militaires syriens.

Devant les cam√©ras, les casques blancs se transforment en une force de d√©fense civile et humanitaire op√©rant en territoire rebelle sous la supervision directe des groupes rebelles et radicaux syriens, excellant dans l’art de la victimisation et de la mise en sc√®ne ;¬† hors cam√©ras, l’organisation se transforme en une v√©ritable p√®gre id√©ologiquement ferm√©e au comportement intraitable : ses membres n’h√©sitent devant rien pour parvenir √† leurs fins.

Les repr√©sentants des casques blancs auraient re√ßu un peu plus de 20 millions d’euros de la part du gouvernement britannique et un soutien multiformes de la part de huit pays de l’OTAN.

Hollywood a sanctionn√©e les basses oeuvres de cette organisation criminelle d’un Oscar.

Une seconde vague de casques blancs devraient se fondre en Europe occidentale les jours qui viennent.

Outre le fait de savoir comment vont r√©agir des individus habitu√©s √† l’impunit√© dans les villes polic√©s d’Europe, il est fort probable que ces √©l√©ments seront exploit√©s pour entretenir un climat de peur et de terreur au sein des opinions occidentales afin de les maintenir dans la soumission.

Un attentat est si vite arriv√©…

Il y a 57 ans, la crise des missiles a Cuba, ce qui a chang√© depuis ? Rien ou presque, il est minuit de l’Apocalypse

Il y a 57 ans, le pr√©sident am√©ricain John F. Kennedy d√©livrait un important discours sur la d√©couverte d’une base de missiles sovi√©tiques √† Cuba. C’√©tait un moment d’extr√™me tension¬† de guerre froide et la crise des missiles √† Cuba avait failli pr√©cipiter le monde dans un holocauste nucl√©aire. Il √©tait alors minuit moins cinq avant l’apocalypse.¬† ¬† Au m√©pris du temps, plus de cinq d√©cennies plus tard, la guerre froide est revenue en force. Les √Čtats-Unis et la Russie se battent en Syrie et en Ukraine, se d√©ploient en Arctique, se positionnent en Afrique australe, leurs satellites se croisent dangereusement en orbite basse et leurs submersibles nucl√©aires jouent √† une belle partie de cache-cache jusqu’en Antarctique.
Ce qui a chang√© par contre est qu’en 1961, la Chine √©tait une puissance de troisi√®me ordre, souffrant de la malnutrition et de la pauvret√© massive, voire une grande famine. En 2018, l’Empire du Milieu est la seconde puissance √©conomique mondiale, la troisi√®me puissance nucl√©aire (oubliez les statistiques bidons quantifiant les ogives op√©rationnelles par pays, il semble que personne n’est en mesure de conna√ģtre le nombre d’ogives √† la disposition de l’Arm√©e de Liberation Populaire de Chine), la manufacture du monde, dont l’impact sur les affaires de la plan√®te est croissant.
En 1961, les forces arm√©es US avaient song√© √† attaquer la Chine avec des armes nucl√©aires avant de se raviser en constatant les d√©g√Ęts caus√©s par la famine dans le pays.
En 2018, les forces arm√©es US continuent toujours √† encercler la Chine et des B-52 survolent la mer de Chine m√©ridionale mais la Chine dispose d’assez de ressources pour dissuader n’importe quelle attaque dans son environnement imm√©diat.
La guerre froide 2.0 est donc une guerre trilat√©rale et l’Europe est aujourd’hui comme en 1961 qu’un th√©√Ętre d’operations secondaire d’un √©ventuel accrochage entre l’aigle am√©ricain et l’ours russe.
A mesure que les forces de l’OTAN et leurs boucliers ABM se rapprochent des marches russes, Moscou d√©ploie de nouveaux types de missiles hypersoniques tr√®s difficiles √† intercepter.¬† Une arm√©e ou un Ost qui se rapproche des murailles est toujours le premier signe pr√©curseur d’une bataille. Le monde est en guerre.¬†¬†
Pour mieux illustrer cette situation, Donald Trump vient de d√©cider du retrait am√©ricain du Trait√© sur les armes nucl√©aires interm√©diaires (Intermediary Range Nuclear Forces Treaty) sign√© en 1987 par son pr√©d√©cesseur Ronald Reagan et le dernier pr√©sident de l’ex-Union Sovi√©tique Mikha√Įl Gorbatchev. Ce Trait√©, vestige d’une certaine √©poque o√Ļ le d√©sarmement et le contr√īle nucl√©aires avaient le vent en poupe, ne valait plus grand chose. Depuis 2010, la tendance est non seulement au r√©armement tous azimuts mais √† la course vers la miniaturisation et la simulation virtuelle des essais nucl√©aires. Loin du vacarme soulev√© par les essais nord-cor√©en pour l’acquisition de la bombe du pauvre, les puissances nucl√©aires d√©clar√©es et non d√©clar√©es rivalisaient en essais virtuels et en mati√®re de production de nouvelles armes nucl√©aires et d’autres vecteurs de destruction.¬†
Math√©matiquement,¬† la d√©flagration est in√©vitable.¬†¬†¬†¬† Nous sommes √† minuit de l’apocalypse.¬†
Le Pr√©sident John Fitzgerald Kennedy en 1961. Il sera l√Ęchement assassin√© en 1963.¬†

De la l√©g√®ret√© √† d√©pecer un opposant dans un consulat

Réfléchissez à deux fois avant de vous rendre dans un consulat saoudien. 
Un billet Aller simple au 7ème ciel
(En pièces détachées)

L’affaire du journaliste Jamal Khashoggi d√©montre l’incomp√©tence des services de renseignement saoudiens lorsqu’ils sont livr√©s √† eux-m√™mes.¬† Elle d√©montre √©galement l’impulsivit√©, la propension √† la violence et le manque de maturit√© strat√©gique du prince h√©ritier Mohamed Ben Salman ou MBS.¬† Le journaliste assassin√© √©tait loin d’√™tre un saint ;¬† c’√©tait l’une des boites noires de ce tr√®s riche royaume √† l’influence consid√©rable, il avait soutenu et applaudi la destruction des pays touch√©s par ce que l’on appelle le « printemps Arabe », il avait soutenu mordicus le terrorisme en Syrie et en Libye, il avait men√© pas mal de missions secr√®tes et de campagnes de propagande pour le compte des services saoudiens mais l’av√®nement de MBS et ses nouvelles m√©thodes tr√®s peu orthodoxes en interne, son humiliation d’une faction de tr√®s puissants princes et la quasi-incarc√©ration¬† d’un chef de l’ex√©cutif d’un gouvernement √©tranger (Liban) ont propuls√© Khashoggi dans une opposition d√©clar√©e et active. Le gars √©crivait dans les colonnes du Washington Post et avait un carnet d’adresses mondial pesant pr√®s d’une tonne !¬† ¬†¬† Trump avait acquis dans le temps un Yacht de luxe de 86 m√®tres de long ayant appartenu √† Adnan Khashoggi avant de le revendre √† Brunei. Les vieilles recettes n’ont jamais totalement disparu en politique. La proximit√© de Jared Kushner, le gendre peu aim√© de Donald Trump, avec le prince h√©ritier qui voit tout en grand et pour qui rien n’est impossible a √©t√© interpr√©t√©e de diverses fa√ßons dont une portant sur une concertation autour d’une liquidation d√©finitive de l’interminable question palestinienne. Peu importe, Kushner aurait remis √† MBS une liste √©manant de la CIA contenant les noms des personnalit√©s saoudiennes conspirant contre son intronisation. MBS r√©agit tr√®s vite et fort de l’appui d’une garde priv√©e aux m√©thodes tr√®s muscl√©es, d√©clenche le k√§rcher. C’est l’affaire des r√©sidences dor√©es forc√©es pour richissimes princes o√Ļ il leur fallait d√©bourser des dizaines de milliards de dollars pour √©chapper aux coups et aux injures de nervis entra√ģn√©s par √Čric Prince et dont les faits d’arme incluent des tueries en Syrie et au Y√©men. L’Occident n’a rien vu. Les grands m√©dias occidentaux adorent les p√©trodollars saoudiens.¬†¬† Dans le cas de Khashoggi, dont le nom √©tait sur la liste, la machine √† gripp√©. De un, l’op√©ration a √©t√© men√©e en territoire hostile, la Turquie des Fr√®res Musulmans alli√© du Qatar rival avec lesquels Ryad est en conflit larv√© ;¬† de deux, attirer un ressortissant dans un traquenard dans un consulat s’est av√©r√©e une tr√®s mauvaise id√©e antique et m√©di√©vale. Un commando de 15 √† 19 agents y a √©t√© d√©p√™ch√© sur place dont le docteur Al-Toba√Įgui, pr√©sident d’une instance saoudienne de m√©decine l√©gale. C’est ce dernier que les turcs accusent d’avoir d√©coup√© le corps encore vivant de Khashoggi en petits morceaux dans un remake du film gore « Massacre √† la Tron√ßonneuse » mais avec une touche toute moderne :¬† il aurait pr√©conis√© √† l’√©quipe de l’oeuvre macabre de mettre leurs √©couteurs « Bose » et √©couter leur musique pr√©f√©r√©e pendant qu’il charcutait Khashoggi encore fr√©missant et en convulsions avec un appareillage de pr√©cision « premium » !¬†¬†
Le corps de Khashoggi a disparu. Adel Al-Jubayr, le tr√®s inqui√©tant ministre des Affaires √©trang√®res du Royaume, conditionn√© √† r√©p√©ter √† tue-t√™te et sans discontinuer son « Bashar Al-Assad doit √™tre physiqument √©limin√© ! « , vient de d√©clarer que Ryad ne sait pas ce qui c’est pass√© √† l’int√©rieur et qu’il n’avait aucune id√©e du sort de la carcasse d√©pec√©e ou pas de Khashoggi.¬† ¬†C’est une erreur monumentale affirmait en √©cho le palais royal dont la communication de crise, g√©r√©e par une prestigieuse boite anglo-saxonne tente de contenir les d√©g√Ęts et sauver le prince h√©ritier.¬† La relation tr√®s privil√©gi√©e avec Washington et les immenses investissements saoudiens aux √Čtats-Unis (officiellement pr√®s de 450 milliards de dollars USD mais en r√©alit√© bien plus du double) ont permis √† Donald Trump de souffler le chaud et le froid. En affirmant d’un c√īt√© que les achats massifs d’armes du royaume permettaient de maintenir 600 000 emplois au sein du complexe militaro-industriel US et d’un autre, exer√ßant carr√©ment un chantage sur MBS (« plus tu payes et plus j’aurais tendance √† te sortir de cette merde »), il s’est retrouv√© dans la position id√©ale du courtier disposant d’un d√©lit d’initi√© et ayant toutes les cartes de son c√īt√©, y compris contre sa fille et son gendre. En homme d’affaires avis√© ayant senti l’odeur du filon, Trump accentue la pression sur la Maison des Saoud. Mais pas trop :¬† ils risquent de se jeter corps et √Ęmes dans le camp chinois ou, √† Dieu ne plaise dans celui de Moscou (c’est un peu la fin du monde) et on imagine sans mal une Chine dop√©e √† bloc avec le brut saoudien et un trillion de dollars d’investissements directs. C’est pour cela que Trump joue. Tente de manoeuvrer. L’Arabie Saoudite est, avec Isra√ęl, les deux piliers du temple du capitalisme plan√©taire. Une simple erreur de casting se paie avec un probable effondrement de l’ensemble du syst√®me √©conomique et de tr√®s graves r√©percussions √©conomiques aux √Čtats-Unis.¬† Le pr√©c√©dent du Roi Fay√ßal et le crash √©nerg√©tique mondial de 1973 ne sont pas loin dans les m√©moires des financiers. Un cauchemar absolu pour l’Occident d’autant plus qu’il n’y a plus de pays √† piller comme la Libye et ses 589 milliards de dollars (c’est gr√Ęce aux miettes libyennes que l’√©conomie fran√ßaise a surv√©cu). Les temps sont durs.¬† L’avenir politique du prince h√©ritier Mohamed Ben Salman est sur la sellette. Enfant g√Ęt√© rarement habitu√© √† ce que l’on refuse ce qu’il d√©sire, ce sera dur de lui faire entendre raison. Il dispose d’une milice sp√©ciale tr√®s high tech et multinationale dot√©e des meilleurs joujous (h√©licopt√®res Apache, syst√®me de communication du futur, des armes nec plus ultra, etc.). Donc la mieux arm√©e du royaume. Il faudra la sagesse des vieux de la Maison pour sauver la mise.¬† Avant de vous rendre dans un consulat saoudien, pour un visa ou si vous √™tes musulman, pour obtenir le fameux et tr√®s demand√© s√©same pour visiter les Lieux Saints de l’Islam (que Donald Trump a reconnu prot√©ger), un conseil :¬† r√©fl√©chissez bien √† deux fois avant d’y entrer. On ne sait trop, l’univers horrible et gore du film « Saw » existe bien quelque part.¬† ¬†¬†

Comment la Syrie est-elle parvenue √† abattre un F-16I isra√©lien (√©mission de la tv syrienne)

Les g√©n√©raux ouvrent la succession du pr√©sident Abdelaziz Bouteflika

https://wp.me/p4eqrX-ibE

Afghanistan : les ma√ģtres du chaos et de l’amalgame

Les premi√®res l√©gislatives afghanes depuis 2010 se transforment en kermesse sanglante. Et les commanditaires des nombreux attentats visant les candidats et les bureaux de vote ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Des candidats abattus ou mitraill√©s, des bureaux de vote qui sautent tr√®s haut dans les airs quand ils ne sont pas pulv√©ris√©s, des coupeurs de routes surgissant de nulle part et la terreur s’est empar√© de la minorit√© des minorit√©s qui sont concern√©s, liens tribaux et ethniques obliges, par ce vote √† tr√®s haut risque.

Tout le monde s’y est mis. Les Talibans mais aussi des spadassins priv√©s dirig√©s par √Čric Prince, le patron de ce qui fut Blackwater puis Academi et X et qui maintenant supervise l’implantation de Daech en Afghanistan en m√™me temps que la cr√©ation de la premi√®re force a√©rienne priv√©e au monde.

Les m√©dias dominants nous vendrons la concomitance des Talibans et de Daech, histoire de cr√©er un amalgame solide entre un vaste mouvement politique se battant pour une cause pr√©cise et une organisation terroriste exog√®ne semant le chaos √† des fins g√©opolitiques de tierces parties. Le jeu en vaut la chandelle. On se rappelle de l’impossible amalgame Saddam-Al-Qa√Įda ou encore l’Iran-Al-Qa√Įda.

Bref, ce pays n’est pas pr√™t de sortir du long tunnel de guerre dans lequel il est plong√© depuis 1979.

Le sort oubli√© des militaires √©trangers en Syrie

L’information concernant la capture de militaires fran√ßais en Syrie circule depuis la fin de l’ann√©e 2012 mais n’a jamais fait l’objet d’une confirmation, que ce soit par le gouvernement fran√ßais ou celui de la Syrie. De plus, Damas n’a jamais diffus√© des images de prisonniers de guerre fran√ßais captur√©s sur son territoire. La diffusion des images de prisonniers de guerre est une violation de la Convention de Gen√®ve.

Pire, les m√©dias de l’h√©xagone dans leur totalit√© n’√©voquent jamais ce sujet, jug√© tabou et relevant du « secret d√©fense » et les rares sites ind√©pendants qui osent √† peine l’√©voquer sont syst√©matiquement accus√©s de colporter de « fausses nouvelles » (Fake News), ou carr√©ment de conspirationnisme ou encore de reprendre la propagande russe ou syrienne.
Cependant, il aura fallu le remarquable travail effectu√© par des journalistes syriens, pas toujours affili√© au r√©gime, et qui sont parvenus contre vents et mar√©es √† retrouver la trace de pr√®s de 300 militaires fran√ßais, tous grades confondus,  dans les ge√īles des redoutables renseignements militaires syriens.
Le sort de ces prisonniers est √† l’origine des pics de tension entre Damas et Paris et c’est ce qui explique les d√©cisions fran√ßaises parfois h√Ętives de participer √† des operations militaires ouvertes contre des cibles militaires syriennes ou d’amorcer des n√©gociations secr√®tes avec Damas.
De leur c√īt√©, les syriens ont su marchander le sort de ces prisonniers clandestins avec Paris et les visites secr√®tes du chef des renseignements syriens en Europe pour y rencontrer ses homologues italien, fran√ßais et britannique, avaient pour objet la reprise d’une coop√©ration s√©curitaire concernant ces « brebis √©gar√©es » et leur suppl√©tifs islamistes que Paris a jur√© d’abjurer et de renier ad vitam aeternam durant les trois premi√®res ann√©es du conflit. 
Il est int√©ressant de rappeler que le president syrien Bashar Al-Assad avait confirm√© √† son homologue et alli√© russe Vladimir Poutine que son pays d√©tenait secr√®tement des centaines d’agents et de militaires britanniques, fran√ßais, √©mirats, isra√©liens, saoudiens et turcs et qu’il √©tait hors de question de lib√©rer certains d’entre-eux.
La Syrie a lib√©r√© des militaires britanniques et fran√ßais en 2013 et 2014 apr√®s des n√©gociations secr√®tes portant sur un deal non connu √† ce jour mais il semble que Damas s’est senti flou√© par la suite et du coup, plus aucun prisonnier britannique ou fran√ßais n’a √©t√© rel√Ęch√©. Une situation qui a abouti √† une agression tripartite directe contre la Syrie √† laquelle ont activement particip√© les britanniques et les fran√ßais sous le fallacieux pr√©texte « chimique ». L’√©chec de cette attaque a mis un frein aux tentatives clandestines de localiser et lib√©rer les prisonniers fant√īmes via les mercenaires d’Al-Nossra. Les unit√©s sp√©ciales russes ont jou√© un certain r√īle dans la mise en √©chec de ces op√©rations « humanitaires » secr√®tes d’un genre nouveau. Ce qui a fait dire au chef d’√©tat-major syrien en pleine r√©union cette phrase particuli√®re :  « Qu’ils [les alli√©s soutenant les terroristes]aillent rejouer leur [Sauvez le soldat Ryan] dans leurs studios pour clips musicaux de troisi√®me choix… »
Non reconnus par Damas qui les gardent dans des ge√īles destin√©es aux terroristes islamistes, et non reconnus officiellement par leurs gouvernements respectifs, en l’occurrence la France et le Royaume-Uni, une grande partie de ces agents de l’ombre se son laiss√© pousser une barbe et s’est converti √† l’islamisme radical en attendant des jours meilleurs.
Pour l’instant, Damas les consid√®re comme une monnaie d’√©change marginale mais √† fort potentiel dans toute future n√©gociation sous la table. Ce n’est pas pour rien que la Syrie d√©signe syst√©matiquement le gouvernement fran√ßais comme le premier soutien du terrorisme sur son territoire. Il y a des preuves vivantes pour √©tayer ces accusations. Un jour l’opinion publique fran√ßaise saura. A moins d’une amn√©sie collective impos√©e et officielle dans la pure tradition politique fran√ßaise et dans ce cas l√† il est fort parier que m√™me √† leur retour au bercail, personne ne croira ces militaires fant√īmes dop√©s aux benzadiaz√©pines.

L’Arabie Saoudite reconna√ģt officiellement la mort de Khashoggi dans une « bagarre » √† l’int√©rieur de son consulat √† Istanbul

Sous d’intenses pressions US, le royaume d’Arabie Saoudite vient d’admettre officiellement que le journaliste Jamel Khashoggi est mort…dans une bagarre √† l’int√©rieur des locaux de son consulat √† Istanbul (Turquie) et que 18 officiels ont √©t√© arr√™t√©s √† la suite de ce meurtre. 
L’existence d’enregistrements audio et leur remise par la Turquie √† Washington se confirme.
La thèse du commando de tueurs est désormais implicitement vérifiée.

Southfront : les otages de Daech

Afghanistan : le Commandant en chef des forces de l’OTAN √©chappe √† la mort, un g√©n√©ral afghan cl√© tu√©

Le commandant en chef des forces de l’OTAN en Afghanistan, le g√©n√©ral Scott Miller, a √©chapp√© de peu √† une mort certaine lors d’une attaque d’infiltr√©s Talibans √† l’int√©rieur du palais du gouverneur de la province de Kandahar, dans laquelle le principal homme fort des forces de s√©curit√© afghanes, le g√©n√©ral Abdul Razik a √©t√© tu√©.
Cette attaque spectaculaire visant les plus hauts chefs militaires de l’OTAN et les chefs des services de s√©curit√© en Afghanistan d√©montrent une nouvelle fois la capacit√© des Talibans √† non seulement frapper l√† o√Ļ ils veulent quand ils le veulent mais √† pouvoir mener des frappes de d√©capitation visant le commandement adverse en d√©pit de mesures de s√©curit√©s exceptionnelles et fort sophistiqu√©es.
Peu de d√©tails ont √©t√© r√©v√©l√©s sur cette attaque, qualifi√©e comme une « Inside attack » (attaque d’infiltr√©s) et la communication de l’op√©ration Resolute Support a tent√© tant bien que mal d’en att√©nuer la gravit√© exceptionnelle en soulignant que c’√©tait une attaque d’afghans contre d’autres afghans de mani√®re √† laisser croire que le g√©n√©ral Scott Miller, le commandant en chef des forces de l’OTAN n’√©tait qu’une cible d’opportunit√© et pas directement vis√©, il n’en demeure pas moins que d’autres officiers sup√©rieurs US et Otan ont √©t√© bless√©s dans le furieux √©change de feu √† l’int√©rieur du palais hyperfortifi√© et extr√™mement gard√© du gouverneur de la province fort turbulente de Kandahar (Sud).
Officiellement, deux militaires US ont √©t√© bless√© et un g√©n√©ral afghan tu√© dans l’attaque. Cependant, ce bilan aseptis√© ne trompe personne. La garde rapproch√©e du g√©n√©ral Abdul Razik, un chef militaire d’une extr√™me importance, comprenait une centaine de gardes tous issus de la m√™me tribu que la sienne et il para√ģt invraisemblable que la mort de leur chef en milieu clos n’ait pas entra√ģn√© une bataille rang√©e avec des assaillants kamikazes et pr√™ts √† tout.
Officiellement, l’OTAN a reconnu qu’un assaillant √† √©t√© tu√© dans l’attaque. Ce que les m√©dias afghans, m√™me ceux soutenant le r√©gime, consid√®rent comme un conte de f√©e en mati√®re de communication de crise.
Cot√© Talibans, qui ont revendiqu√© l’attaque, ils ont pr√©cis√© que la cible de l’attaque √©tait la d√©capitation des forces √©trang√®res et de leurs suppl√©tifs et f√©licit√© leur service de collecte et du suivi de l’intelligence humaine (Humint) pour la pr√©cision des informations collect√©es en soulignant que la victoire leur appartient.
L’interminable guerre d’Afghanistan est devenue le plus long conflit militaire dans lequel se sont englu√©s les √Čtats-Unis et l’OTAN. Plus de 17 ans apr√®s le d√©but de cette guerre et la chute du r√©gime Taliban en octobre 2001, la gu√©rilla Talibane contr√īle la majeure partie du pays et parvient jusqu’√† mener des attentats au sein des salles de r√©union des chefs supr√™mes des forces de l’OTAN stationn√©es dans ce pays montagneux, enclav√© et tr√®s pauvre qui a gagn√© haut la main sa r√©putation de « cimeti√®re des empires »   

Tunisie : crash d’un chasseur l√©ger F-5 en M√©diterran√©e

Un chasseur F-5 des forces a√©riennes tunisiennes participant √† des exercices conjoints s’est ab√ģm√© en mer M√©diterran√©e. Le pilote a pu s’ejecter et √™tre localis√© et¬† r√©cup√©r√© par la marine italienne et les gardes-c√ītes tunisiens.
Le Northrop F-5 est un chasseur l√©ger con√ßu vers la fin des ann√©es 1950 et dont la version initiale fut d√©velopp√©e √† partir du T-38 Talon. Il a connu un grand succ√®s commercial √† l’export en raison des co√Ľts peu √©lev√©s de son exploitation et sa maintenance. Les variantes du F-5 sont utilis√©es par des pays aussi divers que l’Arabie Saoudite, le Bahre√Įn, le Br√©sil, le Canada, l’√Čthiopie, le Honduras, l’Iran, le Kenya, le Maroc, le Soudan et la Turquie.
L’ex-Union Sovi√©tique avait r√©ussi √† mettre la main sur des chasseurs F-5 « Freedom Fighter » sud-vietnamiens captur√©s par les nord-vietnamiens lors de la guerre du Vietnam (1964-1975). 
L’Arm√©e de l’air tunisienne a re√ßu en 1989 cinq chasseurs l√©gers F-5 E declass√©s par l’US Air Force et utilise encore quatre appareils F-5E et huit autres F-5F  Tiger II acquis entre 1984 et 1987.

Southfront : les terroristes de Syrie et d’Irak d√©m√©nagent en Europe via l’Ukraine

Alg√©rie : le football jusqu’√† la naus√©e

Sur fond d’une tr√®s f√©roce guerre de succession, opposant publiquement la mafia de l’argent sale au pouvoir √† un dernier carr√© d’une faction irr√©ductible de l’Arm√©e, l’ensemble des m√©dias publics et para-publics (d√©guis√©s en m√©dias priv√©s) d’Alg√©rie passent en boucle les matchs du championnat local. Certains m√©dias en font plus que d’autres, parfois ad nauseam. Peu de personnes s’en offusquent ;¬† le football est le v√©ritable opium de la populace en Alg√©rie.¬†

La raison de cette frénésie ? 

Un reportage de la BBC sur la corruption au sein du football alg√©rien, jadis l’un des meilleurs au monde (lors du Mundial espagnol de 1982, la petite √©quipe nationale alg√©rienne avait battu contre toute attente la surpuissante Mannshaft de la R√©publique f√©d√©rale d’Allemagne 2 buts √† 1 et n’a √©t√© √©limin√©e que par un scandaleux coup bas mont√© par l’Allemagne et l’Autriche) et dont la gestion actuelle, fort d√©sastreuse et c’est le moins que l’on puisse dire, se caract√©rise par une corruption institutionnalis√©e √† tous les niveaux.

Depuis le reportage britannique, les cha√ģnes de t√©l√©vision et les tr√®s rares stations de la radios publiques, √©mettant sur la bande FM, battent tous les records en mati√®re de diffusion des matchs d’un championnat que tout le monde croyait au mieux moribond. Un championnat local qui ne produit aucun joueur destin√© √† un √©chelon sup√©rieur mais qui se permet le luxe d’importer des entra√ģneurs √©trangers tr√®s grassement pay√©s. Un paradoxe dans un pays o√Ļ les salaires sont artificiellement maintenus √† un niveau bas.¬†

La population, elle, n’a pas attendu l’avis de « l’organe de propagande du Mi6 britannique »¬† pour d√©couvrir la corruption. Tout le monde sait que depuis les ann√©es 1990, la quasi-totalit√© des matchs des diff√©rents championnats d’Alg√©rie sont plus ou moins truqu√©s et que l’argent sale y r√®gne en ma√ģtre absolu.¬†¬†

En r√©alit√©, le football alg√©rien est bien mort depuis que la mafia s’est accapar√©e de la f√©d√©ration, des clubs et de l’arrangement du jeu. Le trucage des matchs s’est banalis√© et le rachat de clubs sportifs par les nouveaux riches proches des cercles du pouvoir est devenu un moyen commode de blanchiment d’argent mal-acquis.¬†

Le football est non seulement le sport-roi en Alg√©rie mais est devenu depuis des ann√©es un moyen de contr√īle social et de soupape de s√Ľret√© face √† une jeunesse d√©soeuvr√©e et livr√©e √† elle-m√™me. Le secteur a toujours √©t√© g√©r√© par la police politique mais l’√©mergence de ce que l’on a appel√© les oligarques qui se sont enrichis gr√Ęce aux march√©s publics de gr√© √† gr√©, a quelque peu chang√© la donne :¬† c’est devenu un champ o√Ļ le blanchiment d’argent et la corruption ont cr√©√© une forme de comp√©tition ostentatoire et malsaine o√Ļ tous les abus sont possibles.¬†

 

 

  

Les √Čtats-Unis ont d√©pens√© 84 milliards USD pour l’Arm√©e Afghane

Les √Čtats-Unis ont d√©pens√© officiellement 84 milliards de dollars US pour mettre sur pied et √©quiper l’Arm√©e Nationale Afghane (ANA) mais ne peuvent √©valuer ou proc√©der √† un audit pour v√©rifier la destination finale des aides financi√®res octroy√©es ou le sort du mat√©riel fourni.
L’Arm√©e Nationale Afghane est l’une des rares arm√©es du tiers-monde disposant d’un tel budget s’assimilant √† un investissement direct √©tranger (IDE) sans le moindre rendement. Outre les pertes militaires subies sur le terrain (26 %  de pertes humaines en op√©ration, 58 %  en cantonnement), l’ANA semble souffrir d’un taux de d√©sertion ma√ģtris√© mais stagnant √† 18  %  de l’ensemble des effectifs pl√©thoriques, la perte des √©quipements par le feu adverse ou par la corruption (revente sur le march√© noir)et par dessus tout des infiltrations de Talibans jadis confin√©es au corps de troupe, au sein du renseignement militaire et depuis peu, au sein de l’√©tat-major et des structures de commandement.
Cela explique le peu d’efficience des unit√©s militaires afghanes en op√©ration et les pertes effroyables qu’elles ne cessent de subir sans l’appui feu am√©ricain et fort souvent l’intervention d’unit√©s US comme ce fut le cas derni√®rement avec l’intervention vigoureuse de la prestigieuse 101√©me division a√©roport√©e am√©ricaine pour sauver la capitale Kaboul d’une chute qui semblait imminente.
La corruption minant l’ensemble des structures du gouvernement afghan a d√©pass√© toute mesure. Les structures militaires n’y √©chappent pas non plus et un pot-de-vin ou un bakchich octroy√© √† un officier commandant d’un bataillon pour fermer les yeux et les oreilles sur le passage d’un convoi Taliban et ces derniers r√©clament souvent de l’argent aux militaires pour que leurs roquettes n’atterrissent pas par m√©garde sur leur baraquements.
La question du mat√©riel para√ģt bien plus complexe :  les √©quipements militaires octroy√©s aux militaires afghans finissent le plus souvent dans les bazars du Pakistan septentrional et quelque fois entre les mains du gouvernement iranien. Les restes des drones US abattus et dont le m√©canisme l’autodestruction n’a pas r√©ussi √† consumer l’ensemble de l’appareil, finissent g√©n√©ralement entre les mains de priv√©s chinois qui les revendent √† leur gouvernement. 
    

Erdogan et le nouveau schisme orthodoxe

La question du jour ne cessera de hanter les historiens les décennies à venir.
Quel r√īle a jou√© le pr√©sident turc Re√ßep Tayip Erdogan dans le schisme orthodoxe ou la rupture des liens eucharistiques entre l’√Čglise orthodoxe russe et le Patriarcat de Constantinople (Istanbul) ? 

Le conflit entre les deux patriarcats a atteint un point de non retour apr√®s la d√©cision du Patriarcat de Constantinople de reconna√ģtre la semaine derni√®re une √Čglise orthodoxe ind√©pendante en Ukraine mettant fin  √† plus de trois si√®cles de tutelle religieuse russe.

Il semble que le gouvernement turc ait jou√© un r√īle non n√©gligeable dans ce mini-schisme car le Patriarcat de Constantinople a √©galement d√©cid√© de r√©tablir « dans ses fonctions »  le patriarche autoproclam√© Filaret, un ancien hi√©rarque de l’√Čglise orthodoxe russe, excommuni√© par le Patriarcat de Moscou pour h√©r√©sie et s√©cession apr√®s la chute de l’ex-Union Sovi√©tique. C’est l’Eglise ind√©pendante instaur√©e par Filaret qui vient d’√™tre reconnu par le Patriarcat de Constantinople, au grand dam de Moscou.

Inutile de pr√©ciser que le si√®ge du Patriarcat de Constantinople est truff√© de micros et de dispositifs d’√©coute et d’enregistrement vid√©o et d’agents des Milli Istikhbarat Te√ßkilati (MIT), les renseignements turcs, lesquels sous-traitent rarement mais directement avec les grandes agences de l’Otan.
L’int√©r√™t √©trange du pr√©sident Erdogan pour le conflit au sein de l’√Čglise orthodoxe rel√®ve d’un imperatif de la g√©ostrat√©gie regionale en accord avec les int√©r√™ts strat√©giques turcs mais entrent dans un cadre plus grand, celui de l’endiguement de la Russie par l’OTAN.
Le fait qu’un partisan des Fr√®res Musulmans ait jou√© un r√īle primordial dans un nouveau schisme chr√©tien peut pr√™ter √† confusion mais cadre bien avec les v√©ritables tendances des pratiques d’un empire bas√© sur le diktat des march√©s et des taux d’int√©r√™t des banques centrales et pour qui toutes les religions ne sont au mieux que des outils √† exploiter √† des fins g√©ostrat√©giques. 

Jamal Khashoggi et le complot manqu√© contre MBS (Voltairenet)

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a disparu au consulat d’Arabie saoudite d’Istanbul, le 2 octobre 2018.

Selon la presse US, un piège lui aurait été tendu à l’occasion d’un rendez-vous pour lui délivrer de nouveaux papiers d’identité en vue de son remariage. Une quinzaine d’agent des services secrets saoudiens seraient venus l’interpeller, l’auraient torturé, tué, puis démembré. Ses restes auraient été rapatriés en Arabie saoudite.

Depuis lors, la Turquie et les √Čtats-Unis demandent des √©claircissements √† l‚ÄôArabie saoudite qui d√©ment les accusations de la presse US.

Jamal Khashoggi était le neveu du principal marchand d’armes de l’affaire Iran-Contras, Adnan Khashoggi (1935-2017), considéré comme l’homme le plus riche du monde au début des années 1980.

Adnan Khashoggi, grand negociant d’armes et un des acteurs cach√©s de l’Irangate et de la cr√©ation d’Al-Qa√Įda 1.0 en tant qu’outil g√©ostrat√©gique, en compagnie de Paris Hilton.¬†

Par la suite, Jamal devint le protégé de l’ancien chef des services secrets saoudiens devenu ambassadeur à Londres, le prince Turki ben Faiçal. Puis, il passa au service du prince Al-Waleed ben Talal qui fut longuement torturé au Ritz-Carlton lors du coup de palais de novembre 2017.

¬†Le prince Turki ben Fa√Į√ßal
Le prince Al-Walid Ben Talal

Au cours des derni√®res ann√©es, Jamal Khashoggi a d√©fendu les Fr√®res musulmans et Isra√ęl, raison pour laquelle il avait √©t√© engag√© par le Washington Post.¬†¬†

Selon nos informations, plusieurs membres de la famille royale dont les avoirs ont √©t√© totalement ou partiellement confisqu√©s lors du coup de palais de novembre 2017 pr√©paraient une op√©ration contre le prince h√©ritier, Mohammed ben Salmane (dit ¬ę¬†MBS¬†¬Ľ).

Le prince h√©ritier du Royaume d’Arabie Saoudite Mohamed Ben Salman (droite) avec Mark Zuckerberg, CEO de Facebook, inc.¬†

Jamal Khashoggi participait à ce complot.

La Turquie avait installé un système d’écoutes au sein du consulat saoudien d’Istanbul, en violation de la Convention de Vienne. Même s’ils ne peuvent être publiés, les enregistrements dont Ankara dispose comportent des informations, extirpées sous la torture, relatives au complot contre le prince héritier.

Source :  Voltairenet

Lien direct au contenu :¬†¬†Jamal Khashoggi et le complot manqu√© contre MBS √† l’URL :¬† http : //www.Voltairenet.org/article203484.html

USA : lancement d’une fus√©e SpaceX Falcon 9 de la base militaire de Vanderberg

Isra√ęl et l’obsession du z√©ro risque √† tout prix

Fait fort √©trange, les isra√©liens font profil bas et ne se risquent plus √† envoyer le moindre de leurs avions de combat voler pr√®s de l’espace a√©rien syrien depuis l’annonce par Moscou d’un don gratuit √† la Syrie de quelques batteries de missiles Sol-Air de la famille des S-300 que les russes ont eu le cran de connecter √† la bulle de d√©fense a√©rienne et balistique qu’ils ont √©tabli au Nord-Ouest de la Syrie.¬† Pas pour longtemps selon une source syrienne qui affirme que les isra√©liens ont ameut√© l’ensemble du complexe militaro-industriel des pays de l’OTAN pour trouver une « solution » technique conf√©rant √† l’aviation isra√©lienne √† nouveau la supr√©matie a√©rienne absolue en neutralisant par des moyens √©lectroniques la menace que fait peser le S-300 sur l’image de l’Arm√©e de l’air isra√©lienne.¬† A Tel-Aviv, on ne cesse plus de menacer de frapper les S-300 syriens aussit√īt qu’ils seront manipul√©s par les personnels du Commandement de la d√©fense a√©rienne du territoire syrien et non pas les conseillers russes.¬† Il semble que les russes aient form√© une centaine de militaires syriens au maniement du S-300 en…2013 !¬†¬† Les isra√©liens ne prennent jamais de risque,¬† fut-ce t-il minimal et cela semble √™tre l’une des constantes de leur doctrine strat√©gique. D’o√Ļ leur qu√™te de sup√©riorit√© technologique par tous les moyens possibles (vol, extorsion, chantage, espionnage industriel consentant, sabotage et pillage des infrastructures des pays amis, kidnappings, violation des brevets d’invention, etc.)

Le Message de Poutine au champion Khabib Nurmagomedov

L’incident houleux survenu √† la fin du match UFC 229 des arts martiaux mixtes (MMA), poids l√©gers,  qui s’est tenu le 06 octobre 2018 au T-Mobile Arena de Paradise, Nevada, USA et qui a oppos√© le champion russe Khabib Nurmagomedov √† son adversaire irlandais Connor McGregor a pris une tournure nettement politique puisque le pr√©sident russe Vladimir Poutine y a profit√© pour livrer un message gla√ßant aux ennemis de la Russie.

Le match s’est termin√© par une nette victoire du russe du Daghestan, face √† un irlandais fort imbu de sa personne et tr√®s grosse gueule (il n’a cess√© de r√©it√©rer des  provocations pu√©riles avant et pendant le match).

Khabib Nurmagomedov (Gauche) a répondu avec des arguments assez percutants aux provocations suffisantes de Conor McGregor (Droite) sur le ring

La victoire de Khabib Nurmagomedov a du passer au travers de la gorge de l’√©quipe adverse qui n’a rien trouv√© de mieux que d’insulter le russe, son pays, ses parents, son ethnie (Avare du Caucase) et -nettement plus facile de nos jours, sa religion, l’Islam et √† un certain moment Khabib perdit son sang-froid et bondit en dehors de l’octagone sur un des membres de l’√©quipe de McGregor tandis que ce dernier se chamaillait √† l’int√©rieur de l’octagone avec l’√©quipe russe et plus pr√©cis√©ment avec Aboubakar Nurmagomedov (cousin de Khabib) et Zubaira Tukhugov.

En raison ce cet incident, le russe s’est vu refuser temporairement la r√©compense pecuni√®re cons√©cutive √† sa victoire, mais des artistes US comme Curtis James Jackson III, plus connu sous le nom de sc√®ne de « 50 Cent » se sont montr√© solidaires du champion russe et affirm√© leur volont√© √† substituer √† la r√©compense des sommes nettement plus cons√©quentes.

Cependant, c’est le soutien affich√© du pr√©sident russe Valdimir Poutine √† Khabib qui a attir√© l’attention. Apr√®s une boutade avec le p√®re de l’athl√®te, qui a promis de discipliner son fils et un bref rappel de la n√©cessit√© de respecter les r√®gles du jeu sportif, Vladimir Poutine a d√©livr√© un message d√©passant de loin le cadre sportif en d√©clarant √† Khabib¬† :¬†  » C’est pas seulement vous mais nous tous les russes, qui sont pr√™ts √† bondir comme tu l’as fait quand nous sommes attaqu√©s de l’ext√©rieur…mais j’esp√®re que les choses n’arriveront jamais √† ce stade. »¬†¬†

Le message est donc en direction de qui de droit et sachant ce que signifie l’ennemi ext√©rieur agresseur dans l’imaginaire et l’histoire mouvement√©e de la Russie, il semble que Vladimir Poutine n’ait pas seulement le doigt sur la g√Ęchette mais que cette derni√®re est d√©j√† √† mi-chemin…

Les banquiers de Londres n’ont qu’√† bien se tenir.

Disparition de Khashoggi: Ryad d√©ment qu’un ordre ait √©t√© donn√© pour tuer le journaliste

Les faits parlent d’eux m√©mes et ne laissent aucun doute sur la liquidation du Feu Khashoggi: Le Monsieur est entr√© au consulat saoudien, mais n’est pas ressorti. La preuve doit √©tre apport√©e par le consul de l’Arabie Saoudite notamment par la fourniture de vid√©os attestant l’entr√©e et la sortie du disparu. Or le diplomate affirme que les cam√©ras install√©es filment….mais n’enregistrent pas. Pareille assertion est absurde; mais demeure la seule √©chappatoire pour cacher un crime commis √† l‚Äôint√©rieur du consulat.

L’absurdit√© de se cacher est t√©moign√©e par la diligence du consul √† faire visiter l’enceinte √† un journaliste, lui ouvrant tiroirs et placards pour t√©moigner de ses propres yeux que l’homme recherch√© ne s’y trouve pas cach√© ou s√©questr√©. Cette initiative n’est prise qu‚Äôapr√®s la d√©claration de sa disparition de quelques jours.

Et puis, il y a l’arriv√©e inexpliqu√©e √† l‚Äôa√©roport d’Istambul , de quinze saoudiens , identifi√©s comme des policiers, accompagn√© d’un m√©decin chef l√©giste. Ils sont repartis quelques heures plus tard, apr√©s une visite d’urgence au consulat, o√Ļ le d√©funt Khashoggi est suppos√© l’avoir quitt√© bien auparavant.

L’assassinait avait bien eu lieu sur ordre d’une haute hi√©rarchie. Mais la police turque finirait par trouver le cadavre ou ses parties. Sa tache serait exponentiellement facile si les autorit√©s saoudiennes consentent √† remettre l’enregistrement des cam√©ras (ce qui va bien montrer les activit√©s √† l‚Äôint√©rieur m√™me du b√Ętiment) ou bien la pr√©sentation des quinze pigeons voyageurs pour compl√©ment d‚Äôenqu√™te.

Deux pi√©ces ma√ģtresses que Riyad ne semblerait pas pr√©te √† partager.

Sur de sujet voir lamrani.over-blog.com (Arguments fréles du consulat et défaillances des services de sécurité turcs)

 

Le D√©clin de Facebook

Il est incompr√©hensible, voire contradictoire de se revendiquer d’une quelconque mouvance alternative ou d’opposition au syst√®me mis en place par la propagande universelle et utiliser Facebook comme vecteur ou plate-forme.
Les centaines de pages ou de comptes supprim√©es par Facebook ne constituent nullement une exeception :  Facebook est non seulement politis√© mais appartient √† une id√©ologie mortif√®re, anti-humaine, anti-spirituelle  connue pour son allergie √† toute forme de libert√© d’expression ou d’opinion.
Les détenteurs des pages supprimées aux USA ne semblent pas avoir saisi ce facteur.
Celles et ceux qui ne veulent pas encore admettre cela sont dans le déni de réalité ou en train de se leurrer en boucle.
Facebook n’est plus le premier r√©seau social qu’il pr√©tendait √™tre. Il n’a plus la c√īte aupr√®s des jeunes, qui lui pr√©f√®rent d’autres r√©seaux. De plus, sa r√©putation souffre de plus en plus de multiples scandales √† r√©p√©tition. Autre facteur aggravant :  le r√īle de Facebook dans le d√©clenchement de r√©volutions color√©es dans certains pays d’Eurasie ou dans la r√©gion du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord l’ont rendu le premier r√©seau social le plus surveill√© par les forces de s√©curit√© et les autres organismes charg√©s de la collecte du renseignement int√©rieur.
R√©sultat :  depuis 2015, plus de 300 millions de personnes ont d√©finitivement abandonn√© Facebook dans l’h√©misph√®re Nord.
Le r√©seau social aux couleurs officielles du drapeau isra√©lien ne reste utilis√© en masse que dans certains pays du Tiers-Monde o√Ļ la population demeure sous-d√©velopp√©e intellectuellement (ou maintenue d√©lib√©r√©ment dans un tel √©tat par les pouvoirs ayant l’autorit√© de l’√©tat). 
Certains √Čtats encouragent m√™me et se f√©licitent de l’utilisation massive ou intensive de Facebook par leurs ressortissants. Cela facilite au plus haut point le travail de leurs appareils s√©curitaires.
 

Tracer Fire

L’extraordinaire sauvetage de la capsule Soyouz MS-10

La f√©d√©ration de Russie est le seul pays au monde √† envoyer des humains en orbite ou dans l’espace proche de la terre de fa√ßon ininterrompue depuis 1961.¬†

C’est devenu le seul pays qui continue √† le faire depuis l’abandon par les am√©ricains des navettes spatiales (Space Shuttles) en 2011. Les √Čtats-Unis utilisent les vecteurs de lancement russes pour envoyer leurs astronautes dans l’espace en attendant le projet « Orion » (NASA) et ceux du consortium priv√© SpaceX.¬†

Les fus√©es Soyouz dont celle, Soyouz FG,¬† utilis√©e pour les missions d’acheminement de cosmonautes et d’equipements vers la Station Spatiale Internationale (ISS) ont largement gagn√© leur r√©putation en mati√®re de rusticit√©, de s√Ľret√© et de solidit√©.¬†

Le cosmonaute russe Alexey Ovchinin et l’astronaute US Nick Hague ont √©t√© sauv√©s par le m√©canisme de s√©curit√© de la capsule MS-10 √† plus de 6000 km/heure √† une altitude de 50 000 m√®tres lorsqu’un des quatre boosters de la fus√©e Soyouz a mal-fonctionn√©.¬†

La r√©action flegmatique du cosmonaute russe lors du dysfonctionnement de la fus√©e mais √©galement lors de la phase brutale de r√©-entr√©e en atmosph√®re nous renseigne sur l’√©tat d’esprit des pilotes de combat et des cosmonautes russes, plus habitu√©s √† l’extr√™me et au pilotage d’engins tr√®s difficiles √† manier dans les conditions les moins optimales que tous leurs homologues ailleurs dans le monde.¬†

L’absence de la croix de Korolev¬†

Atlas…Parkour !

Acc√®s difficile, pensez √† un VPN

L’acc√®s √† Strategika51 semble difficile sinon impossible √† certains de nos lecteurs dans certains pays.
L’usage d’un VPN gratuit, disponible sur Google Play ou Apple Store ou encore sur le net devrait pallier √† cet al√©a.
Bien qu’il n’ait pratiquement aucune application s√©curis√©e sur le net et que ce dernier n’offre aucune garantie quant √† la confidentialit√© ou au respect de la vie priv√©e ou des donn√©es utilisateurs, ne t√©l√©chargez que des applications connues d√©velopp√©es en Allemagne, en Chine, aux √Čtats-Unis, en Russie et au Japon.
Certaines applications d√©velopp√©es ou dont la domiciliation d√©clar√©e est √† Chypre ou en Asie du Sud-Est et surtout aux Philippines sont des applications directement d√©velopp√©s par les unit√©s 8001 et 8002 et servent uniquement aux besoins sp√©cifiques-et inconnus du grand public, de la guerre dans le cyber-espace.      

Syrie : ces « rebelles mod√©r√©s » que l’Occident prot√®ge et arme…

A quoi ressemblent les « rebelles mod√©r√©s » syriens que l’OTAN prot√®ge diplomatiquement et soutient militairement √† coups de missiles de croisi√®re EBDM-SCALP et Tomahawk ?¬† Pourquoi les m√©dias occidentaux hurlent-ils au massacre √† chaque avanc√©e de l’Arm√©e Arabe Syrienne et de ses alli√©s contre la myriade d’organisations arm√©es rebelles et radicales en Syrie en invoquant une tuerie ou un gazage de populations civiles ?¬† Pour se faire une id√©e de ces rebelles mod√©r√©s dixit nos hommes politiques, voici en exclusivit√© et sauf suppression par YouTube, une vid√©o de propagande de la L√©gion Al-Rahmane ou Al-Rahman Corps, une organisation arm√©e islamiste fort bien equip√©e en armes et en √©quipement, command√©e par un capitaine d√©serteur de l’Arm√©e de terre syrienne d√©nomm√© Abdelnassar Shamir, originaire d’un village perdu de la province centrale de Homs.¬† La l√©gion Al-Rahmane (la l√©gion du Mis√©ricordieux, un des attributs de Dieu, en Arabe classique) est l’une des forces arm√©es de l’Arm√©e Syrienne Libre (ASL) et est alli√©e √† Hayet Tahrir Al-Sham ou l’Instance de Lib√©ration du Levant et de ce fait elle est financ√©, soutenue et arm√©e par le Qatar, la Turquie, le Royaume-Uni et la France.¬† Un certain support isra√©lien fourni √† cette organisation fut plusieurs fois √©voqu√©, probablement du fait que le chef de la L√©gion soit issu de la tr√®s minoritaire communaut√© juive de Syrie mais cela n’a jamais pu √™tre confirm√© avec certitude.¬† Cette l√©gion islamiste a re√ßu un entra√ģnement de haut niveau assur√© par des SAS britanniques,¬† des forces sp√©ciales turques et fran√ßaises. Elle √©tait la principale force rebelle a opposer une tr√®s vive r√©sistance √† l’avanc√©e des troupes de l’Arm√©e Arabe Syrienne √† Jobar, ou se distingu√®rent les tankistes syriens face aux Snipers d’Al-Rahmane, puis dans le Qalamoun o√Ļ le Hezbollah libanais les en a chass√©.¬† Les terroristes de la l√©gion d’Al-Rahman furent les principaux pourvoyeurs de snipers embusqu√©s √† l’int√©rieur d’Alep et dans la Ghouta orientale avant d’en √™tre balay√©s par les forces sp√©ciales russes (dont les tr√®s redoutables commandos Tch√©tch√®nes du pr√©sident Kadyrov).¬† Cette organisation est maintement retranch√©e en compagnie de l’ensemble des autres groupes rebelles et radicaux √† l’int√©rieur de la province rebelle d’Idleb en d√©pit de ses combats sporadiques avec les groupes soutenus par l’Arabie Saoudite ou Daech, principalement pour le contr√īle des circuits √©conomiques parall√®les et la contrebande.¬†

Another Toxic Fairytale From the Mainstream Media Black Prop? (Southfront video)

Trump contre l’ordre mondial ancien

Le pr√©sident Donald Trump est d√©j√† rentr√© dans l’histoire quel que soit le sort des prochaines l√©gislatives am√©ricaines dont l’impact sera plan√©taire.

Entour√© par des ennemis de l’int√©rieur- jusqu’au sein de son propre cercle familial,¬† et devant faire face √† d’immenses d√©fis √† l’ext√©rieur, Donald Trump semble avoir surmont√© jusqu’ici des √©preuves que peu de ces pr√©d√©cesseurs auraient pu affronter sans mettre en p√©ril et leur s√©curit√© et leur pr√©sidence.

Donald Trump est le premier pr√©sident US √† non seulement affronter de front l’Etat profond et corrompu ayant pris en otage les Etats-Unis d’Am√©rique mais √† s’opposer √† la formidable capacit√© de nuisance absolue¬† des d√©cideurs r√©els du Royaume de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord.

A l’ext√©rieur, Trump a su faire d√©masquer aux yeux du monde musulman l’extr√™me nuisibilit√© et l’hypocrisie¬† de la Maison des Saoud, la famille r√©gnant sur la corporation priv√©e qu’est le Royaume d’Arabie Saoudite tout en maintenant la capacit√© de nuisance et l’influence isra√©lienne √† un niveau adapt√© aux besoins de sa survie politique.

A cet √©gard, Trump a tent√© de faire bouger les lignes sur le dossier palestinien en d√©masquant la supercherie de Mahmoud Abbas, pr√©sident archi-corrompu de l’Autorit√© palestinienne en le poussant carr√©ment vers un mur. Trump a reconnu J√©rusalem comme la capitale d’Isra√ęl en guise d’os √† ronger aux dirigeants isra√©liens pour gagner du temps et de se r√©server des marges de manŇďuvre. J√©rusalem est de facto non seulement sous occupation isra√©lienne mais les intenses efforts de « juda√Įsation » de la ville¬† par tous les moyens possibles entreprises par Tel-Aviv, aux antipodes des pr√©ceptes les plus √©l√©mentaires du Juda√Įsme l’ont totalement d√©figur√©. Revigor√© par la manŇďuvre US, le tr√®s corrompu premier ministre isra√©lien Benyamin Netanyahou a fait passer ce qui pourrait √™tre consid√©r√© comme l’arr√™t de mort en sursis de l’Etat d’Isra√ęl: la loi sur la jud√©it√© exclusive de l’Etat, excluant de facto les autres communaut√©s ayant fait la force de cette entit√© cr√©√©e de toutes pi√®ces en 1948.

Trump a √©galement¬† jet√© en p√Ęture les compromissions jadis secr√®tes entre la majorit√© de r√©gimes arabes tous aussi corrompus les uns que les autres avec Isra√ęl et l’exploitation honteuse et populiste de la cause palestinienne par une Ligue Arabe qui n’a plus aucun r√īle sur l’√©chiquier r√©gional que de valider les entreprises militaristes de l’Otan ou de tout autre puissance.

Tout en tentant de neutraliser les deux piliers de la corruption que sont l’Arabie Saoudite et Isra√ęl, deux pays dont l’influence sur la vie politique et la politique √©trang√®res aux USA sont pr√©pond√©rantes, Trump s’est attaqu√© √† la faction des bazaristes capitalistes extr√™mement corrompue ayant pris le pouvoir √† T√©h√©ran et poursuivant secr√®tement une alliance avec l’ordre ancien occidental. Le clan que repr√©sente le pr√©sident iranien Hassan Rouhani est l’un des plus corrompus de l’histoire contemporaine d’Iran, reposant sur les √©lites √©conomiques pro-lib√©rales profond√©ment hostiles aux v√©ritables r√©volutionnaires anti-imp√©ralistes comme l’ancien pr√©sident Mahmoud Ahmadinejad et des g√©n√©raux du Corps des Gardiens de la R√©volution. Paradoxalement, T√©h√©ran cherche maintenant √† adopter un profil bas √† travers ses √©lites pro-capitalistes alors que ses r√©volutionnaires se battent en Syrie contre l’ancien ordre mondial.

Donald Trump a eu le courage de rencontrer le dirigeant nord-cor√©en Kim Jong-Un et de mettre fin symboliquement √† l’un des plus anciens conflits de la guerre froide tout en tentant d’√©quilibrer les relations √©conomiques et financi√®res avec la Chine, seconde puissance mondiale qui a su profiter des br√®ches du syst√®me √©conomique mondial pour avancer.

Trump a su √©viter l’escalade en Syrie malgr√© l’opposition de l’Etat profond et de Londres et sa City de comploteurs et de bellicistes avides et cupides de pouvoir et d’or. A ce titre, cet homme est d√©j√† un cas d’√©cole.

A méditer.

 

Le Déluge

  1. Retour aux fondamentaux :
  • Qui a provoqu√© sciemment la plus grave crise migratoire de l’histoire contemporaine ?
  • Qui a transform√© la Libye en une sorte de zone grise sans gouvernement (s) r√©els et effectifs et¬† dans laquelle ont transit√© 2.2 millions de migrants tandis que plus de 900 000 autres y sont en attente ? *
  • Qui a contribu√© √† inonder l’Europe par des flux interminables de migrants √† la recherche d’un hypoth√©tique eldorado ?
  • Qui a transform√© la portion centrale de la mer M√©diterran√©e en un immense lac de boat-people se dirigeant vers les rivages de l’Europe du Sud en attendant la r√©apparition de la piraterie ?
  • Qu’avait affirm√©, narquois, le colonel Gaddafi sous les bombes de l’OTAN peu de temps avant la chute de son r√©gime concerant l’avenir de l’Europe?

Quelle que soit l’approche choisie pour aborder cette question (juridique, analytique, syst√©mique, structurelle, historique, etc.), il n’y a que deux coupables mais qui ne sont pas commanditaires :¬† les gouvernements pourris et corrompus de Londres et de Paris.

Les motivations de Londres et Paris rel√®vent de la psychanalyse du pouvoir et de l’obsession d’un empire d√©chu. C’est √† des psychiatres que revient la charge de cerner les politiques √©trang√®res tr√®s erratiques de ces deux capitales et pas √† des politologues et encore moins des analystes en g√©opolitique.

Si vous croisez de pauvres migrants clandestins en masse pr√©s de chez vous, il n’y a qu’√† envoyer un email d’insultes au gouvernement (via son site).
Vous pouvez √™tre s√Ľrs qu’ils ne vous r√©ponderont jamais et que vous serez toujours tranquille car Benalla et ses copains sont en vacances.

Enfin ce v√©ritable d√©luge auquel on assiste ne sera pas enray√© de sit√īt d’autant plus que les pays d’Europe ne d√©livrent plus de visas (la France toujours √† un cran au dessus comme de coutume) et le seul pays √† avoir pris les devants est l’Allemagne. En accueillant volontairement un million de r√©fugi√©s venant du Levant et du Moyen-Orient, Berlin veut exploiter Die Flut √† des fins de supr√©matie √©conomique future car aucune mesure ne pourra att√©nuer un tant soit peu les cons√©quences d’une strat√©gie erratique visant √† detruire des pays entiers et √† eparpiller leur populations aux quatre vents.


  • Les chiffres fournis par l’OIM sont erron√©s et tr√®s sous-√©valu√©s.

Lecons de guerre en Syrie : les robots de guerre int√©gr√©s au combat d’infanterie

La guerre en Syrie aura connu, entre autres, l’introduction effective de robots de combat op√©rant en coordination avec des fantassins en mouvement. L’usage de drones terrestres dans des op√©rations de combat remonte √† la contre-insurrection US en Irak mais une s√©rie d’incidents impliquant des tirs amis avait incit√© le commandement militaire US √† reporter l’int√©gration de syst√®mes d’armes autonomes et mobiles au sein d’unit√©s d’infanterie.

La nature de la guerre en Syrie a d√©cid√© le commandement russe √† utiliser de nouvelles tactiques incluant l’insertion de robots de combat au sein d’unit√©s sp√©ciales √©voluant en milieu urbain dense et hostile.

La bataille d’Alep fut la premi√®re grande bataille ou des robots de combat se sont illustr√©s aux c√īt√©s de combattants d’infanterie au point de forcer la main aux planificateurs militaires russes pour l’introduction de r√©formes que des milieux conservateurs consid√©raient jusque l√† comme une h√©r√©sie en sciences militaires :¬† l’√©laboration de nouvelles tactiques et nouvelles r√®gles d’engagement des robots terrestres dans le combat d’infanterie.

Ce changement subtil, pass√© quasiment inaper√ßu dans un monde o√Ļ chaque individu poss√®de son propre microprocesseur et sa cam√©ra, int√©gr√©s dans un smartphone, n’a pas encore √©t√© saisi √† sa propre valeur :¬† il induit pourtant une v√©ritable r√©volution dans les affaires militaires puisque d√©sormais, le fantassin humain √©volue derri√®re un combattant cybern√©tique, du moins pour l’instant- car la position et le r√īle tactique du cybercombattant est appel√©e √† √©voluer-, et n’est qu’un √©l√©ment biologique dans une guerre impliquant de plus en plus des machines en alliages composites et en mat√©riaux sp√©ciaux dot√©s d’une intelligence artificielle (AI) rudimentaire mais bient√īt capable d’apprendre comme le font les syst√®mes-experts √† partir des donn√©es intrantes de l’environnement de combat.

Lors des combats en Syrie, des Uran 9 ont réussi à contenir les attaques de flanc de combattants rebelles armés aguerris de fusils lire ailleurs PKM et de lance-roquettes RPG dans un environnement urbain et péri-urbain très propice aux embuscades,  aux prises de revers et aux pièges.

En 1916, les britanniques tent√®rent de briser le blocage de la guerre statique des tranch√©es en employant pour la premiere fois le Tank ou le char d’assaut, dont la premi√®re utilisation avait plus un impact psychologique que tactique. L’arme blind√©e √©tait n√©e.

En 2018, des robots de combat accompagnent des combattants humains dans les engagements en Syrie. Tous les plans militaires √©tablis par les √©tats-majors syrien et russe visant a reprendre la province rebelle d’Idleb verront une utilisation accrue de robots de combat dont le comportement et l’impact d√©termineront le futur du cyberguerrier.

Ci-dessous, une vidéo publiée sur YouTube montrant un exercice inhabituel des forces armées russes incluant le robot de combat Uran 9 dont des unités combattent en Syrie.

Y√©men : la guerre des riches

La meilleure d√©finition de la scandaleuse guerre au Y√©men serait celle-ci :¬† « conflit r√©gional et frontalier dans lequel un tr√®s riche royaume utilise le nec plus ultra des armements conventionnels occidentaux contre un l’un des pays les plus mis√©rables de la plan√®te sous couvert d’y r√©tablir un gouvernement l√©gitime qu’une partie de la population rejette au moyen d’une rebellion arm√©e ancr√©e dans des sp√©cificit√©s ethniques, culturelles et confessionnelles des rudes r√©gions montagneuses du Nord. Ce conflit a pour objet la lutte contre ce que Ryad per√ßoit comme une influence iranienne, l’archi-ennemi s√©culaire d√©sign√© comme tel par l’Arabie Saoudite, laquelle veut √©viter une prise en tenaille sur son flanc sud apr√®s la cr√©ation d’un axe T√©h√©ran-Damas au Nord, contrariant la grande strat√©gie de la r√©gion.  »¬† ¬† La r√©alit√© √©tant par nature bien plus complexe qu’une vue de l’esprit, il semble bien que des armes non-conventionnelles aient √©t√© utilis√©es au Y√©men au m√™me titre que des F-15 Eagle, des Eurofighters Typhoon, des bombes √† guidage laser de toutes sortes, des ABM Patriot, des mercenaires de plus de treize pays et notamment des pilotes issus de sept pays d’Europe de l’Ouest en plus d’une logistique et un soutien technique assur√© de gr√© ou de force par les moyens de l’OTAN.¬† C’est une guerre de d√©bauche de moyens mat√©riels contre un pays ou la population cr√®ve de faim et subit le chol√©ra.¬† L’image qui demeurera de ce conflit sera celle des F-15 et des Typhoon on√©reux larguant des munitions conventionnelles et non-conventionnelles sur la rocaille y√©m√©nite et les pauvres h√®res en guenilles qui peuplent encore l’ancienne Arabia Felix, une contr√©e fabuleuse du monde ancien.¬† Une guerre des riches, des tr√®s riches, offens√©s dans leur orgueil et qui tentent de le racheter avec des jouets high tech occidentaux qu’ils subventionnent indirectement par des acquisitions de gr√© √† gr√© conditionn√©es par la puissance des p√©trodollars. Donc tout le monde se tait ou fait semblant de ne rien voir. Tant que cela fera fonctionner les grosses firmes des industries de l’armement et les myriades d’interm√©diaires qui parasitent le circuit.¬† ¬†¬†

Revision

Nikki Haley d√©barrasse le plancher

La sorcière Nikki Haley vient juste de débarrasser le plancher et va certainement se retourner contre le president Donald Trump en rejoignant ses adversaires.
Pour celles et ceux qui ne connaissent pas cette vermine, c’√©tait l’ex-repr√©sentant permanent des √Čtats-Unis d’Am√©rique aux Nations Unis et elle avait le rang de ministre au sein de l’administration am√©ricaine.¬†

 


Trump vient de se d√©barrasser d’un manteau de poux.¬†

Nikki Haley, toujours obséquieuse vis à vis de la tribu sacrée. 

Des F-35 B Lightning 2 au dessus de l’Afghanistan (Septembre 2018)

Kim Jong Un souhaite recevoir le Pape Fran√ßois en Cor√©e du Nord

Selon S√©oul, le dirigeant nord-cor√©en Kim Jong-Un souhaiterait que le Pape Fran√ßois se rende en visite d’√Čtat en Cor√©e du Nord.

Les positions anticapitalistes et humaines du souverain pontife plaisent au plus haut point √† Kim Jong-Un et contrastent avec le « conformisme id√©ologique, la complicit√© ou l’aplat-ventrisme de ces pr√©d√©cesseurs donc un certain pape allemand peu recommandable » selon un √©ditorial paru r√©cemment dans le journal des travailleurs de Cor√©e.

Il faut souligner que le Pape Fran√ßois est l’un des premiers souverains pontifs √† critiquer ouvertement et sans ambage les d√©rives du syst√®me √©conomique mondial pr√©dateur ainsi que la d√©cadence culturelle impos√©e √† des populations pr√©caires et sans rep√®res au point de plaire en dehors de la Chr√©tient√© puisqu’il est aussi bien vu par une large portion de l’opinion dans le monde musulman mais √©galement en Chine, en d√©pit d’un s√©rieux contentieux politique autour de la nomination des √©v√™ques chinois.

Israeli Minister says IAF F-35 I to be used against Syrian S-300 (Southfront)

Mensonges hystériques

Les r√©actions hysteriques sur le sort pr√©tendu de la province syrienne rebelle d’Idleb ne sont que des manifestations sur commande de m√©dias pr√©bend√©es et de ce que l’on pourrait qualifier sans g√®ne de « pleureuses professionnelles » pay√©es sur prestation.
Dans les faits, les m√©dias dominants, tr√®s sensible √† l’attrait des p√©trodollars peuvent passer sous silence ou m√™me travestir les faits concernant quelques assassinats-horribles au demeurant-de journalistes en Bulgarie ou en Turquie mais sont toujours en train de hurler quand des terroristes radicaux √©gorgeurs d’enfants risquent de se faire rattraper par leurs mauvaises actions. Avez vous lu quelque part sur cette presse pr√©tendument libre une quelconque histoire relative aux paris et autres jeux d’argent que des snipers isra√©liens organisent sur les cadavres en sursis de quelques pauvres civils palestiniens d√©sign√©s au hasard et selon l’humeur du moment ?  Non et vous ne le lirez jamais car les chiens de garde veillent en amont.

Je ne me suis jamais encombr√© d’un quelconque conformisme, quel que soit le format. Dans un entretien r√©cent, une responsable de l’Union europ√©enne originaire d’un pays germanophone a os√© dire que ce qui ce passe en Syrie √©tait une guerre civile que l’Union europ√©enne a ignor√© jusqu’√† l’apparition de Daech avant de proclamer triomphalement que l’Union europ√©enne a combattu avec succ√®s Daech et que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Il ne manquait que Pangloss et tout est Perfekt.
Et √ßa ose critiquer la propagande de l’Ex-Union sovi√©tique des ann√©es 1955-1986 ? 
Cela devient burlesque et presque ubuesque.
Les m√©dias du Londonistan mangent tous entre les mains des √©mirs saoudiens. Le reste, c’est √† dire ceux du continent sont sous la gr√Ęce des financiers du sionisme international. L’√©tage d’√† c√īt√©.
La province rebelle d’Idleb est une zone de non-droit ou se sont barricad√©s des dizaines de groupes terroristes arm√©es et des agents des renseignement des puissances hostiles √† la Syrie. Les m√©dias de la propagande dominante veulent nous faire croire que ce sont en fait des clones hybrides de m√®re Teresa en version hollywoodienne (s√©rie Z, rubrique Navet kitsch) risquant √† tout moment de se faire √©craser le faci√®s par les bombes d’un r√©gime syrien vou√© aux g√©monies de l’enfer terrestre et qui ne veut pas dispara√ģtre.
Désolé de rompre avec le chorus mais aux dernières nouvelles, Damas est déterminé à reprendre Idleb par tous les moyens possibles.
Les parasites vont hurler au massacre et au g√©nocide comme d’habitude mais n’est-ce pas l√† leur habitude √©tablie depuis 1921 ou m√™me un peu plus ant√©rieurement avec les m√™mes chiffres par dessus le march√©. Sauf que cette fois-ci, il n’y a aucune possibilite de triche :  Idleb compte 2.8 millions d’habitants dont 65 000 combattants et 2200 « conseillers » itin√©rants anciens adeptes des « T√©moins de J√©hovah »…On est encore loin des « six millions de victimes » et en plus il n’est point certains que les d√©tenteurs de la patente commerciale originale iront jusqu’ √† tol√©rer une contre-fa√ßon susceptible de mettre √† mal leur fond de commerce miraculeux et quasi-√©ternel.
La messe est dite ! 

Liu Ji’s Forgotten Wisdom

“A Nation does not prosper itself;

If its people has enough, it is prosperous.

Rulers are not powerful themselves;

When they have many knights, they are strong.

So when those full in envy are in office,

Knights retire to private life,

And rulers just bleed them with taxes.

When bureaucrats advance , people get hurt,

And then the nation is wounded. “

Liu Ji

 

United States Navy, the Most Powerful Military Force on Earth- 243rd Navy Birthday !

La faillite des idoles de l’√Čtat-nation et l’in√©vitable d√©volution

Ce que l’on appelle commun√©ment la premi√®re guerre mondiale, un terrible conflit horriblement meurtrier, lequel ne fut nullement une sorte de guerre civile europ√©enne comme ont voulu le faire croire quelques apparatchiks europ√©ocentristes de l’Union europ√©enne (une sorte d’avatar abatardi de l’Union Sovi√©tique dans ses jours de d√©cadence et de censure), aurait du signer le glas du concept de l’√Čtat-Nation et cependant il n’en fut rien. La guerre 1914-1918 a profond√©ment √©branl√© l’id√©e m√™me d’humanit√©, de civilisation ou de progr√®s mais cela n’a pas √©t√© suffisant pour remettre en cause le parcage de populations humaines dans une sorte de territoires-enclos sur lesquelles on impose une conception rituelle , un service liturgique et une s√©rie de conditionnements pavloviens.
La mont√©e des nationalismes n’a pas √©t√© l’une des causes imm√©diates de la grande boucherie de  1914-1918 mais ce facteur est consid√©r√© comme l’une des causes aggravantes et √©loign√©es.
En 1919, certains esprits n’ayant adh√©r√© ni √† l’anarchisme ou au bolch√©visme √©taient d√©j√† persuad√©s que le nationalisme en tant que notion √©tait une abomination criminelle, une r√©ification intellectuelle et une sorte de carcan destin√© √† g√©rer des masses d’humains comme une sorte de b√©tail conditionn√© dans un espace ferm√©.
La terrible crise √©conomique et financi√®re ayant frapp√© le monde entre 1921 et 1931 avec le pic de 1929 avait exacerb√© le sentiment d’appartenance, ultime r√©flexe d√©fensif soci√©tal chez des individus en situation de perdition statutaire ou morale et par ricochet permis la mont√©e des nationalismes extr√©mistes en favorisant le fascisme et le nationa-socialisme ou en transformant le communisme en une sorte de totalitarisme autoritaire. C’√©tait avant 1945.
Soixante-treize ans apr√®s Yalta, le monde a bien chang√©. Deux tendances contradictoires ont fa√ßonn√© le monde post-1945 :  l’une centrifuge a tent√© d’imposer des alliances et des blocs supranationaux centr√©s sur les deux superpuissances mondiales sorties victorieuses du second grand conflit mondial de 1939-1945 ;  la seconde,  centrip√®te, a fait √©clater les anciens empires coloniaux et m√™me des √Čtats-Nation assez anciens en une multitude de nouveaux √Čtats-Nation plus ou moins viables. C’est la naissance du tiers-mondisme. Une multiplication du p√©ch√© originel.
Les humains naissent libres, proclame pompeusement la D√©claration universelle des droits de l’homme en prenant soin √† ne pas divulguer de quels humains il s’agit (ses r√©dacteurs originaux n’√©taient nullement d√©nu√©s d’arri√®res-pens√©es assez pr√©cises et encore moins id√©alistes). Dans les faits, la v√©n√©rable institution de l’esclavage antique, sous toutes ses formes, n’a jamais disparu m√™me si elle a √©volu√© vers des formes assez dilu√©es et invisibles. On est dans les non-dits. L’oppression s’est digitalis√©e :  on ne tue plus √† coups de Gladius mais avec quelques clics sur une console.
Le monde d’aujourd’hui a r√©ussi une mutation assez importante en transformant des l√©gions d’humains en veritables r√©cipients sans √Ęme ni conscience. Des zombies acceptant tout et rien en m√™me temps. Des √™tres incapables de se d√©tacher de certains r√©flexes pavloviens au d√©triment de leur esprit. Ces populations sont la ferme des grandes corporations ayant supplant√© les √Čtats-Nations. Ce sont des consommateurs sans aucun pouvoir possible autre que celui de s’auto-ha√Įr, s’auto-d√©grader et s’auto-d√©truire sous l’oeil ou plut√īt les cinq « oeils » des grands gestionnaires.
Le prochain conflit devrait r√©gler la probl√©matique de l’√Čtat-Nation, un concept en faillite flagrante. Le r√©sultat de la prochaine d√©flagration mondiale mettra en avant la horde sauvage. Ce sera alors un autre monde dont les pr√©misses apparaissent d√©j√† dans certains endroits.
Un monde de plus de sept milliards et demi d’individus  domin√© par des hordes sera t-il meilleur que celui des enclos nationaux ? 
C’est moins une question qu’un imp√©ratif de survie de Sapiens.  
    
   

CH-53E Super Stallion in flight Aerial Refueling

Premier bapt√™me du transporteur lourd chinois Xian Y-20

Damas accuse la coalition internationale d’h√©liporter les combattants de Daech vers des zones de combat en Syrie

Damas a accus√© une nouvelle fois, documents vid√©o √† l’appui, les forces de la coalition internationale d√©ploy√©es √† Al-Tanf dans la province de Deir -Ezzor, de transporter des combattants de l’organisation terroriste « Daech » √† bord d’h√©licopt√®res de transport de troupes en Syrie. CcuhoEWXEAAGr6v.jpg

La t√©l√©vision d’√Čtat syrienne a √©voqu√© aujourd’hui une¬†op√©ration sp√©cifique non dat√©e durant laquelle des centaines d’√©l√©ments de Daech ont √©t√© h√©liport√©s par la coalition internationale des rives de l’Euphrate dans l’Est de la Syrie vers une localit√© sise au sud de la localit√© tr√®s disput√©e de Hajin dans l’extr√™me nord syrien pour soutenir des combats contre des groupes kurdes pro-r√©gime.

Ce n’est pas la premi√®re fois que le gouvernement syrien accuse officiellement la coalition internationale d’offrir des facilites logistiques et op√©rationnelles √† l’organisation terroriste Daech tout en faisant semblant de la combattre pour justifier une pr√©sence militaire et des raids a√©riens visant in fine un changement de r√©gime en Syrie.

L’AfD, un parti de l’extr√™me-droite allemande cr√©e par l’ing√©nierie sociale isra√©lienne

La cr√©ation ou l’infiltration de mouvements et d’organisations d’extr√™me-droite en Europe par le Gladio ou les services d’action psychologique de certains gouvernements ne sont pas des nouveaut√©s. Cette tendance est m√™me devenue la norme dans certains pays comme l’Allemagne de l’Ouest puis en R√©publique f√©d√©rale d’Allemagne o√Ļ pr√®s de 90  %  des groupuscules pr√©tendant √™tre affili√©s √† la mouvance dite n√©onazie ou radicale sont sous le  contr√īle des services sp√©ciaux.
On observe le m√™me ph√©nom√®ne au sein des nouvelles mouvances faisant de l’islamophobie son fond de commerce et ce qui est paradoxal est que la plupart des personnalit√©s ou les mouvements militant ouvertement contre le flux migratoire ou ce qui est per√ßue comme une invasion de l’Islam sont cr√©√©s, soutenus, manipul√©s et financ√©s par le m√™me commanditaire derri√®re le d√©clenchement du d√©luge migratoire et la destruction des structures politique et socio-√©conomiques dans des pays de d√©part des migrants.
Au milieu de la manipulation politique, certains acteurs comme le Mossad isra√©lien oeuvrent pour la double strat√©gie de la peur :  promouvoir l’islamophobie au sein de soci√©t√©s occidentales d√©sempar√©es et d√©boussol√©es tout en utilisant l’islamisme radical en tant qu’outil de terreur g√©opolitique. Cette strat√©gie se montre extr√™mement efficace avec la poursuite des grandes vagues migratoires aggrav√©es par les consequences attendues des guerres hybrides et des revolutions color√©es en Afrique du Nord,  au Moyen-Orient et en Asie centrale ou encore l’instabilit√© et les op√©rations clandestines en Afrique subsaharienne. 

Rien de nouveau sous le soleil donc quand l’AfD, ou l’Alternative pour l’Allemagne, qui se pr√©sente comme un parti d’extr√™me-droite se dote d’une section « juive » et laquelle n’est en r√©alit√© pas juive allemande mais sioniste. D’o√Ļ son rejet par des juifs allemands non politis√©s et √©loign√©s de l’id√©ologie du sionisme international. 
L’AfD est un parti allemand cr√©√© de toutes pi√®ces dans les laboratoires de l’ing√©nierie sociale isra√©liens tout comme les Femen (groupuscule d√©mantel√© par une s√©rie d’assassinats d√©guis√©s en suicides),  Daech ou Al-Qa√Įda en Orient.
On se fait toujours avoir √† un moment ou un autre. Jamais tout le temps. C’est l’une des limites de la manipulation √† grande √©chelle.
 

MiG-31 : porteur du missile de croisi√®re √† propulsion nucl√©aire Burevestnik ? (Valentin Vasilescu)

Un pays qui dispose de missiles de croisi√®re √† propulsion nucl√©aire, peut faire pression sur les √Čtats qui ont l‚Äôintention de l‚Äôenvahir. Un tel drone peut patrouiller durant des jours au-dessus des zones peupl√©es d‚Äôun √Čtat ennemi sans que la d√©fense AA de celui-ci ne cherche √† tenter de l‚Äôabattre, et ce, pour la bonne raison que cela ne pourrait que g√©n√©rer une catastrophe nucl√©aire sur son territoire.

Lors du salon de l’aviation Berlin Air Show en Avril 2018, la France et l’Allemagne ont annoncé que Airbus (constructeur de l’Eurofighter qui équipe l’armée de l’air allemande) et Dassault Aviation (fabricant de l’avions Rafale qui équipe l’armée de l’air française) ont commencé à concevoir un nouveau chasseur de cinquième génération. En raison du Brexit, l’Angleterre n’a pas été coopté dans le projet. En juillet 2018, la société états-unienne Lockheed Martin a fait effectuer un vol à un F-35 portant le numéro 300. Le 2 juillet 2018, Yuri Borisov, vice-ministre de la défense de la Fédération de Russie, a déclaré que l’avion russe Su-57 n’était pas une priorité et que seulement 12 exemplaires avaient été commandés par l’armée russe. Par conséquent, l’entrée en production de masse de cet avion avait été retardée. Dans ce contexte, la question se pose : quelle est la priorité de l’aviation russe en matière d’équipement ?

PrototipodelVAE_wm.jpg

Au début de 2018, une des priorités de l’armée russe était devenue la modernisation de 10 avions supersoniques à long rayon d’action MiG-31 BM, transformés en MiG-31 BP pour lancer des missiles antinavires Kh-47M2 Kinzhal. Ce type de missiles a une portée de 2 000 km, et est destiné à frapper les porte-avions et les porte-hélicoptères. Cependant, le bouclier ABM états-unien en Roumanie, en Pologne, en Corée du Sud et en Alaska sont des cibles certaines pour les missiles Kh-47M2 Kinzhal (voir photo ci-dessous).

Tarasenko, directeur de la société MiG, avait déclaré en 2017 à Sputnik qu’ils prévoyaient le remplacement des MiG-3 par le nouveau projet MiG-41 de 5ème génération capable de voler à Mach 4.3.

1537018-672x372.jpg

Pourquoi la modernisation d‚Äôun avion qui n‚Äôest plus produit depuis 1994 est-elle soudain devenue une priorit√©¬†? Le MiG-31¬†BM a √©t√© con√ßu pour intercepter les avions d‚Äôalerte pr√©coce (AWACS), arm√©s de missiles R-37 (avec une port√©e plus √©lev√©e¬†: 384¬†km). Par la suite, l‚Äôavion a √©t√© adapt√© pour intercepter des missiles de croisi√®re volant √† basse altitude. Le radar √† bord du MiG-31¬†BM contient dans la m√©moire de la carte num√©rique du microprocesseur la topographie du terrain survol√©, ce qui lui permet de comparer et de distinguer la pr√©sence de missiles de croisi√®re. Le MiG-31 a quelques limites, car ce n‚Äôest pas un avion multi r√īle, capable d‚Äôeffectuer des manŇďuvres de combat a√©rien¬†; c‚Äôest un avion deux places (pilote et op√©rateur armes) pouvant patrouiller √† haute altitude pendant deux heures.

Mig-31.jpg

Le Mig-31 p√®se 46 tonnes au d√©collage, avec un r√©servoir interne de carburant avec une capacit√© de 12,8¬†t, une vitesse maximale de Mach¬†2,83 (3¬†000¬†km / h), pouvant voler √† une altitude de 20¬†600¬†m. L‚Äôavion a un rev√™tement en alliages contenant du titane r√©sistant √† la chaleur cin√©tique g√©n√©r√©e par le vol √† grande vitesse. Le MIG-31¬†BM dispose d‚Äôun syst√®me de ravitaillement en vol escamotable dans le fuselage. Au cours d‚Äôun exercice pendant l‚Äô√©t√© 2016, un MiG-31¬†BM a vol√© pendant 7¬†heures, de Krasno√Įarsk √† Astrakhan, sur une distance de 8¬†000¬†km avec trois ravitaillements en vol.

IL-78 refuel-Mig-31.jpeg

Rien que pour ces caractéristiques le Mig-31 BM est la plate-forme idéale pour augmenter la portée des missiles air-sol, en raison de la vitesse initiale et de la faible densité de l’air à l’altitude de lancement.

Cela a √©t√© une surprise pour tout le monde quand l‚Äôambassadrice US aupr√®s de l‚ÄôOTAN, Bailey Hutchison Kay, a exhort√©, le 2 octobre 2018, la Russie √† cesser le programme de missiles de croisi√®re, car il violait le Trait√© sur les forces nucl√©aires √† port√©e interm√©diaire (INF), faute de quoi les √Čtats-Unis et leurs alli√©s allaient intervenir militairement. En m√™me temps que cette d√©claration, les m√©dias occidentaux ont publi√© des photos d‚Äôun MiG-31¬†BM, immatricul√© ¬ę¬†81¬†Blue¬†¬Ľ, portant sous son fuselage un nouveau type de missile, dont on ne sait rien (voir photo ci-dessous).

20181004-Photo-1-1024x488.jpg

L’avion a été photographié à la base aérienne Joukovski et il est conçu pour tester de nouveaux types d’armes, et ne dispose pas de système d’accroche d’armes sous les ailes, comme dans la configuration du MiG-31 BP.

Russian MiG-31 Foxhound (1)

Si l’on se réfère au nouveau missile porté par le MiG-31, même si c’est un missile nucléaire de portée intermédiaire IRBM (3 000 à 5 500 km), il ne tombe pas dans le champ d’application du traité INF. Ce traité ne concerne que les missiles basés au sol. En raison de la vitesse initiale élevée et l’altitude du Mig-31, un missile nucléaire avec un rayon d’action à celui d’un missile de portée intermédiaire IRBM (8 000 km) ne doit pas avoir une masse supérieure à 7 à 9 t. À titre de comparaison un IRBM lancé à partir du sol, pèse plus de 25 t.

Il y a eu des sp√©culations selon lesquelles le myst√©rieux missile serait une version modernis√©e du missile antisatellite √† trois √©tages Kontakt 79M6 qui peut atteindre une altitude de 600¬†km. Le missile a √©galement des capacit√©s d‚Äôinterception de missiles balistiques en phase de croisi√®re. Kontakt a √©t√© test√© √† partir de 1987 sur deux MiG-31¬†D modifi√©s (dont un est immatricul√© ¬ę¬†072 Blue¬†¬Ľ). Le Kontakt a une longueur de 7,25¬†m, un poids de 7¬†t, et son lancement avait eu lieu √† une altitude de 15 √† 18¬†km, √† partir des Mig-31¬†D qui volaient √† une vitesse de 2¬†120 √† 2¬†230¬†km / h. Mais apr√®s l‚Äôeffondrement de l‚ÄôURSS, le programme a √©t√© abandonn√©, et les avions et les missiles dont il s‚Äôoccupait ont rejoint un mus√©e.

Mig-31.jpg

dau-la-vu-khi-khung-khiep-nhat-tren-tiem-kich-mig31.jpg

Donc, dans le cas du MiG-31¬†BM immatricul√© ¬ę¬†81 blue¬†¬Ľ, il peut s‚Äôagir de n‚Äôimporte quelle classe de missiles, y compris antisatellite. Dans son discours du 1er mars 2018, le pr√©sident Vladimir Poutine a annonc√© que la Russie avait test√© un missile de croisi√®re 9–ú729 / 9M730 Burevestnik avec des capacit√©s de manŇďuvre et port√©e illimit√©e, √©tant donn√© que celui-ci dispose d‚Äôune propulsion nucl√©aire¬†[1]. La port√©e de Burevestnik serait au moins 10¬†fois plus √©lev√©e que le missile de croisi√®re Tomahawk √©tats-unien. Cela permettrait √† la Russie de contourner les zones de d√©fense AA et de frapper n‚Äôimporte quelle cible dans le monde. Les √Čtats-Unis sont totalement d√©sarm√©s devant ce type d‚Äôarmes car ils n‚Äôont aucun moyen pour les contrer, et n‚Äôont aucun projet, dans un avenir proche, permettant de concevoir ce type de missile de croisi√®re.

922.png

Les tests de Burevestnik auraient lieu au polygone Nenoksa dans la r√©gion d‚ÄôArkhangelsk. Le lancement du missile 9–ú730 √† partir de la rampe s‚Äôest fait avec un moteur √† combustible solide, ensuite la propulsion du moteur est obtenue au cours du vol. En th√©orie, le moteur nucl√©aire est simple, √† proximit√© des stator√©acteurs, sans pi√®ces en mouvement, et sans besoin de grands r√©servoirs de carburant. L‚Äôair p√©n√®tre dans le dispositif d‚Äôadmission du missile de croisi√®re, arrive au r√©acteur nucl√©aire et est chauff√© √† une temp√©rature d‚Äôenviron 1¬†400 √† 1600¬įC, puis ressort par la buse et propulse le v√©hicule.

Les avantages de l’utilisation de ce type de missile sont cependant éclipsés par les risques qu’ils peuvent poser, car il y a une possibilité de fissuration en vol et de rupture de l’isolation du réacteur. Par conséquent, le missile de croisière a été accompagné durant les vols d’essai par deux avions cargo Il-76, convertis en laboratoires équipés de matériel de détection de radiations monté par la société Rosatom, et d’un équipement de télémétrie de la trajectoire du missile (SKIP) fonctionnant avec les canaux de communication par satellite. L’avion était un Il-976.

Citant des sources anonymes du Pentagone, les cha√ģnes de t√©l√©vision¬†Fox News¬†et¬†CNBC¬†ont d√©clar√© que le Renseignement US avait suivi les quatre essais russes avec des missiles de croisi√®re √† propulsion nucl√©aire, r√©alis√©s entre novembre 2017 et f√©vrier 2018. Et que tous les tests ont fini par s‚Äô√©craser dans l‚ÄôArctique.

Il y a un d√©calage entre les d√©clarations faites aux stations de t√©l√©vision par des sources du Renseignement √©tats-unien et la demande imp√©rative faite √† la Russie par Kay Bailey Hutchison. Ce n‚Äôest que si la Russie avait r√©ussi ses tests sur le missile Burevestnik que l‚Äôambassadrice des √Čtats-Unis √† l‚ÄôOtan pourrait communiquer que les √Čtats-Unis feront tout ce qui est en leur pouvoir pour emp√™cher le d√©veloppement ult√©rieur du programme. √Ä l‚Äôinverse, si les r√©sultats des tests Burevestnik n‚Äôavaient pas √©t√© concluants, quel est l‚Äôint√©r√™t pour la Russie de l‚Äôadapter au MiG-31¬†BM¬†? Parce que la fus√©e myst√©rieuse port√©e par le MiG-31 BM ne ressemble pas au Kinzhal, le profil de son nez n‚Äôest pas fait pour des vols √† des vitesses hypersoniques, mais plut√īt pour des vitesses subsoniques, comme tous les missiles de croisi√®re. √Ä l‚Äôextr√©mit√© oppos√©e on distingue clairement la buse d‚Äôun moteur √† combustible solide utilis√© dans l‚Äôacc√©l√©ration, imm√©diatement apr√®s la s√©paration d‚Äôavec le MiG-31 BM.

Valentin Vasilescu

Traduction :  AVIC РRéseau International