Analysis

Irak: le Kurdistan prêt à geler les résultats du référendum

Le Kurdistan irakien, en pleine crise politique et économique et acculé par Bagdad, a proposé mercredi de geler les résultats de son référendum d’indépendance pour tenter de sortir d’une crise dans laquelle il a déjà beaucoup perdu. Les autorités irakiennes n’ont pas immédiatement réagi à cette initiative.
Il y a un mois jour pour jour, cette région autonome dans le nord de l’Irak organisait en grandes pompes une consultation populaire et le « oui » l’emportait massivement. Aussitôt éclatait une crise d’une ampleur sans précédent avec Bagdad, soutenu par des voisins turc et iranien désireux de couper court aux velléités indépendantistes de leurs propres minorités kurdes.
Assuré de ces appuis –mais également des Etats-Unis et d’autres, soucieux de « l’unité de l’Irak », acteur majeur de la lutte contre les jihadistes–, et disant s’appuyer sur la Constitution, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a envoyé ses troupes.
Elles ont repris en quelques jours à peine la quasi-totalité des zones disputées à travers l’Irak aux combattants kurdes, les peshmergas, dans une démonstration de force –qui s’est en de rares endroits soldée par des combats ayant fait une trentaine de morts.
L’unique condition pour éviter ces mouvements militaires, avaient prévenu les responsables à Bagdad, jusqu’au président Fouad Massoum, lui-même kurde, était l’annulation pure et simple des résultats du référendum.
Jusqu’ici, Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, refusait en bloc toute condition préalable à l’ouverture d’un dialogue avec Bagdad. Mais mardi des affrontements ont éclaté entre forces kurdes et irakiennes dans le nord frontalier de la Turquie, et Bagdad se dit déterminé à reprendre l’ensemble des points de passage et autres terminaux à la région autonome, aux mains des peshmergas.
Pour éviter « la guerre » et « la destruction du tissu social », le Kurdistan irakien a proposé mercredi de « geler les résultats » de son référendum d’indépendance et d’entamer « un dialogue ouvert » avec Bagdad « sur la base de la Constitution ». Dans son communiqué publié tôt mercredi, la région autonome se dit aussi prête à « un cessez-le-feu immédiat ».
Erbil, en position de force depuis la débandade des forces fédérales en 2014 face à la percée jihadiste, a depuis perdu gros. Et après son référendum, elle n’a pas obtenu le soutien international qu’elle avait espéré.
Sur le terrain, elle a quasiment perdu tous les territoires où ses peshmergas s’étaient déployés au-delà des frontières administratives de la région autonome.
A l’issue des opérations de « restauration du pouvoir central » dans les zones disputées, notamment la riche province de Kirkouk, elle a perdu les immenses champs de pétrole qui aurait pu assurer la viabilité économique d’un hypothétique Etat kurde, assurent les experts.
L’ONU, qui jusqu’à la veille du référendum du 25 septembre plaidait pour un plan alternatif de négociations, a réitéré mardi sa proposition d’aider à des pourparlers entre Bagdad et Erbil pour faire cesser l’escalade.
Dans un communiqué, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Irak, Jan Kubis, « offre les bons offices de la mission de l’ONU en Irak pour faciliter les discussions si les deux parties le demandent ».
La proposition d’Erbil intervient au moment où M. Abadi, de retour d’une tournée régionale chez les poids lourds arabes du Moyen-Orient, notamment l’Arabie saoudite et l’Egypte, est attendu en Turquie.
Il a déjà annoncé qu’il évoquerait avec les responsables turcs la question du référendum kurde, de la gestion de la frontière entre son pays et la Turquie dont il entend reprendre le contrôle.
La veille, conséquence de la crise que traverse le Kurdistan dont la classe politique se déchire, le Parlement kurde a reporté les élections législatives et présidentielle, prévues le 1er novembre.
L’opposition kurde réclame la démission du président du Kurdistan Massoud Barzani et un « gouvernement de salut national » pour éviter à cette région, qui traverse une grave crise économique, plus de divisions et de déboires politiques face à Bagdad désormais en position de force.
Ces derniers jours, Erbil et Bagdad ont chacun émis des mandats d’arrêt visant de hautes personnalités politiques et militaires adverses.
Publié il y a 2 hours ago par Assawra
Libellés: Irak

https://assawra.blogspot.fr/2017/10/irak-le-kurdistan-pret-geler-les.html

 

Publicités

Catégories :Analysis

6 réponses »

  1. oui mais les kurdes ont volés quelques 60 milliards de monnaie wc de singe du au revenu du petroles et vendu en contre bande , comme le cimentier lafarde ! et avant cela le vol de mossoul et il y aussi le séparatisme des flandrais et fladraises !.

    Aimé par 1 personne

    • « …les kurdes ont volés …. »
      On dira les milices majoritairement kurdes. Le vol en Irak n’est hélas pas un exception de ces miliciens.
      « ….il y aussi le séparatisme des flandrais…. »
      C’est tous les séparatismes qui ont pris un coup. Les flamands comme les autres. On notera tout de meme un fait bien étrange concernant ces prétendus mouvements de separation en Europe. Ils veulent tous detacher les regions riches de leur pays respectifs, mais là où ça devient louche, ils veulent rester dans l’UE. Quand aux autres mouvements separatistes dans le monde veulent être membres de l’ONU, et traiter seul à seul avec les multinationales et l’armée US….le cas le plus emblematique étant le Kosovo, et cette mafia, appellée « UCK ».
      C’est ce qui me fait dire que la plupart de ces mouvements separatistes sont animés par des meneurs, souvent des ratés, des desparados qui ont tout echoué, mais qui à travers le separation tentent le tout pour le tout, au besoin détruire leur propre pays. Où alors à défaut négocier leur retour dans l’arene politique.
      A propos le « Bart De Weaver » on ne l’entend plus, qu’est il devenu ?

      J'aime

  2. Avant même le début du Referundum kurde, il apparassait évident pour tout le monde que cette entreprise ne pouvait pas marcher. On en a déja parlé. Les américains n’ont plus les moyens d’intervenir de façon massive comme ils l’avaient fait en 2003.
    Et même s’ils décident à intervenir au coté d’alliés européens, l’issue du conflit ne fera aucun doute, il se soldera encore par une humiliante retraite, et donc une défaite.
    Cet echec est de bonne augure pour tout le monde, et est un message fort adressé à tous les mouvements séparatistes qui voient le jour partout dans le monde, en foction des interets des multinationales. Bonne nouvelle pour l’Espagne, qui pourra en finir pour de bon avec ce séparatisme catalan, bonne nouvelle pour l’union italienne, bonne nouvelle pour l’Allemagne avec sa Baviere rebelle, bonne nouvelle aussi et surtout pour la France, notamment le Pays Basque, mais aussi la Bretagne. Bonne nouvelle pour l’Algérie, et les velleités séparatistes de groupuscules infoéodés à des interets étrangers qui opérent en Kabylie.
    Il faut à présent que la Serbie récupére sa région du Kossovo qui lui a été arrachée de façon illégale pour la confier à une mafia, l’UCK.
    Le séparatisme n’a plus d’avenir, parce qu’il est par essence l’oeuvre d’opportunistes ratés pret à tout.

    J'aime

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.