Analysis

Le retour des produits syriens au Qatar prélude à un rapprochement entre Damas et Ankara ?  

Le retour des produits syriens estampillés du drapeau officiel de la République Arabe de Syrie au Qatar, un des pays ayant le plus comploté contre la Syrie jusqu’à ce qu’un sérieux conflit l’oppose avec le reste des pays du Conseil de Coopération du Golfe dominé par l’Arabie Saoudite soulève bon nombre de conjectures. 

Certains analystes y voient déjà les prémisses d’un rapprochement entre Damas et Ankara dans le cadre d’un changement radical de la politique étrangère de l’Émirat du Qatar. 

A Afrin où les forces turques et leurs alliés regroupées sous la franchise de l’Armée Syrienne Libre (ASL) pataugent depuis 23 jours sans pouvoir achever le moindre objectif, on évoque l’arrivée de deux régiments blindés de l’Armée syrienne par l’Est en provenance d’Alep et ces unités auraient ciblé des unités YPG soutenues par les américains au moment où elles accrochaient durement l’armée turque au Nord et au Sud d’Afrin. Certains y voient la main du Qatar ; d’autres une simple coïncidence d’intérêts instantanées mais au fond tout le monde veut se débarrasser des américains et des israéliens au Kurdistan syrien et irakien. 

Ce qui est certain est que le président Assad a offert aux kurdes une autonomie élargie dans le cadre de l’État national syrien en échange d’un retournement de l’ensemble des kurdes contre « les agresseurs americains et israéliens » et le prouvent sur le terrain. 

Certaines factions kurdes ont répondu à l’appel de Damas mais les YPG et les SDF persistent à se battre sous parapluie US. 

Damas a donc ordonné à ces unités militaires de conjuguer leur puissance de feu avec celle du rival turc quand celui-ci tente de réduire les YPG et les SDF en territoire syrien en attendant de voir si les turcs sont vraiment sérieux lorsqu’ils menacent d’attaquer les forces US-en fait leurs allies ! , à Minbej. 

Ces bouleversements d’alliances peuvent paraître illogiques. Cependant, les syriens sont plus que jamais déterminés à neutraliser les États-Unis et Israël au Levant même aux prix d’alliances contre-nature. 

Damas a haussé samedi le ton avec Moscou en soulignant que désormais c’est la stratégie du coup pour coup qui prévaudra avec Israël et les États-Unis. 

De sources sûres, Erdogan qui poursuit ses propres ambitions néo-ottomanes mais qui veut par dessus tout anéantir les kurdes au nord de la Syrie et de l’Irak, aurait pris acte du sauvetage indirect d’unités turques par l’intervention d’une unité militaire syrienne contre les YPG à Afrin. 

En parallèle, l’Iran a convenu avec la Turquie d’envahir militairement toute éventuelle entité kurde susceptible d’être créée par Washington dans la région. 

Un rapprochement entre Damas et Ankara est-il possible après sept années de guerre meurtrière durant laquelle la Turquie a tenté de détruire la Syrie ?  

Publicités

Catégories :Analysis

13 réponses »

        • pour ce qui est des frontière des États certes mais pour ce qui est des frontière des alliances, des coalition . . .
          la Turquie est une pièce maitresse elle contrôle les détroit des Dardanelles et du Bosphore .
          la Turquie a toujours été une pièce centrale au moyen orient, sans doute du fait qu’elle a accès a deux mer et quelle ne manque jamais d’eau ce qui lui permet de se relever vite des crises du fait de sont indépendance alimentaire constante !

          Aimé par 2 personnes

        • non, rien ne revient jamais au point de départ. la situation se clarifie, des alliances se renforcent. le rapport de force n’est plus le même.
          est-ce que la Syrie est plus forte militairement en 2018 qu’en 2011, malgré les 100.000 Syriens tués pour défendre leur pays?

          le 1er janvier 2018, l’axe de Résistance Iran-Iraq-Syrie-Hezbollah est bien plus fort qu’au 1er janvier 2011, alors que l’objectif premier de la guerre contre la Syrie c’était justement de détruire la Syrie afin de briser la continuité territoriale de l’axe de Résistance.

          la différence majeure c’est peut être la naissance des Popular Mobilized Unites en Iraq qui ont sauvé le pays en 2014? un Iraq anti-impérialiste sera/serait un coup dur pour les nord-américains! (à condition que les dirigeants ne trahissent pas encore leur pays comme certains l’ont fait en 2014 à mossoul..)
          israel a toujours considéré l’Iraq comme un ennemi, se souvenir de l’audition de netanyahu devant le congrès nord-américain en 2002 ou 2003 qui assurait que tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si l’armée us détruisait l’Iraq..

          Aimé par 3 personnes

      • un renversement d’alliance entraine toujours un peu de méfiance au début c’est logique !
        que pourrait espérer Erdogan d’une alliance avec les US ?
        le chaos et un pseudo État mafieux kurde a ses frontières pour la Turquie et une balle pour lui même !
        il l’a sentie passer tout près lors du coup d ‘État car ils n’avait visiblement pas l’intention de lui offrir l’occasion de se défendre lors d’un procès !

        Aimé par 3 personnes

      • « Ça part dans tous les sens en effet »
        Justement pas. Je me rappelle un de tes articles recemment où tu disais que la Turquie est toujours dans l’axe américano-sionniste. J’étais trés dubitatif, étant donné la menace existentielle qu’il y a sur la Turquie. Quand tu regardes les politiques turques depuis 30 ans, tu t’aperçois qu’il y a cohérence. Ils veulent dans la mesure du possible profiter des uns contre les autres pour rétablir leur infame imperialisme ottoman. En 2003 Donald Rumsfeld était furax contre la Turquie, il avait meme dit à l’époque que l’insurrection irakienne était à cause des turcs. Traduisant par là meme l’exasperation US envers l’allié turc. Rappellez vous, la Turquie n’avait pas autorisé en 2003 des frappes US contre l’Irak depuis les bases US turques, ce qui avait rendu fou de rage une bonne partie de l’état major, et la classe politique US.

        Autre element, pour comprendre ce qui se passe, il faut se mettre à la place des turcs. Un état kurde fantoche, signe la fin de la Turquie. L’objectif de cet état kurde, c’est de faire exploser tous les états de la région, afin de favoiriser l’expansion des frontières d’Israèl biblique du Nil à l’Euphrate. En gros l’expansion d’Israèl ne peut se faire que sur le décombre de ses pays, donnt les populations du fait de la guerre et la misére, et l’horreur sont condamnées à l’éxil vers……> l’Europe du nord bien sur. Pas vers les Etats Unis, ni le UK. La menace d’un état kurde, c’est la meme menace qu’un état Catalogne en Espagne, où l’indépendance de la Bretagne. Ce qui signerait l’arret de mort de la France et de l’Espagne. Cependant si Israèl ne parvient pas à réaliser ce cruel projet de Kurdistan, alors l’entreprise en cours va ineluctablement se retourner contre eux. C’est l’état hébreux qui va disparaitre, et avec une bonne partie du lobby bancaire à Wall Street.
        En fait dans tout ça, il n’y a rien d’illogique, c’est une lutte à mort entre le gouvernement mondial, et les populations du monde entier.
        Vu la situation désespérée, les adeptes du NWO tirent desespérement leur dernières cartouches. Y a pas d’Orient compliqué dans tout ça.

        Aimé par 2 personnes

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.