Analysis

Le président syrien Bashar Al-Assad félicite ses troupes en plein milieu de la Ghouta orientale

Le président de la Republique Arabe de Syrie, Bashar Al-Assad a visité, dimanche 18 mars 2018, des unités des forces armées syriennes sur les lignes de front en plein milieu de la Ghouta orientale, dernier bastion terroriste près de Damas. 

Les troupes gouvernementales syriennes ont réussi à capturer plus de 84 %  de cette enclave où trois grandes organisations terroristes étaient retranchés après un assaut aérien et terrestre entamé le 18 février 2018 ayant grandement perturbé les calculs des puissances soutenant les terroristes en Syrie. 

 « Les habitants de Damas sont plus que reconnaissants et ils raconteront peut être à leurs enfants durant les décennies à venir de quelle belle manière vous avez sauvé la ville de Damas » a affirmé Al-Assad, décontracté et ne portant apparament aucun gilet pare-balle aux soldats d’une unité blindée de la Garde présidentielle positionnée sur la ligne de feu en plein Ghouta orientale.  

Des images que les médias dominants des pays hostiles à la Syrie auraient bien voulu censurer ou traiter de fausses mais les faits sont irréfutables. 

La rapidité avec laquelle les forces armées syriennes ont progressé dans la Ghouta orientale et le bilan assez peu élevé des pertes civiles en pareilles circonstances, au sein d’une enclave assiégée depuis le début de la guerre en Syrie, densément peuplée et réputée pour la complexité de ses défenses a surpris bon nombre d’observateurs.   

Des médias de pays arabes et occidentaux hostiles à la Syrie ont tenté de crier au massacre, voire au bain de sang mais la progression rapide des troupes syriennes et la fuite de civils vers les lignes loyalistes eurent un effet de douche froide sur la propagande adverse.  

Publicités

Catégories :Analysis

16 réponses »

  1. Une vidéo (sous-titrée en anglais) des habitants de la Ghouta orientale qui se sont enfuis vers le sanctuaire de « celui qui ne mérite pas d’être sur la terre » qui racontent leur vie de château sous administration de ceux qui « font du bon boulot en Syrie ». Je pense que tout spectateur impartial déduira qu’ils méritent quelque bombardement humanitaire.

    Aimé par 2 personnes

  2. Un homme, un vrai, un président, qui vient sur la ligne de front pour soutenir et remercier ces courageux patriotes de l’armée arabe syrienne, qui au coté de ses alliés russes iraniens et hezbolah ont su protéger, avec bravoure la souveraineté, et l’intégrité du peuple syrien .

    Aimé par 1 personne

    • Terriblement imprudent oui ! mais c’est l’une des choses à laquelle ses ennemis s’y attendent le moins . Qu’il se mette au volant de sa voiture, lunettes noires et qu’il se rende sur la ligne de front !

      Aimé par 2 personnes

      • Ouais, bah moi j’ai vu des tas de films d’Hollywood et je suis sûr, qu’à l’instar de Hitler, il doit avoir plein de sosies.
        Ah merde, volà que j’ai été contaminé par M. Cosworth357911 !!!

        Aimé par 1 personne

        • Le traitement est simple et a déjà sauvé beaucoup de malheureux : mettez-vous devant une glace et criez 12 fois « MERDRE », si alors vous y voyez Bachar partant d’un grand éclat de rire, vous êtes guéri et immunisé à vie, si en revanche Bachar vous apparaît en train de déguster des enfants, votre cas est désepéré et seul une cure à Gaza peut vous sauver.

          Aimé par 1 personne

    • Vidéo complète de l’escapade de l’ASEC (l’Anti-Salapiste en Chef,il faut faire attention à ce maudit S.A et à son soit-disant correcteur d’orthographe, il a corrigé le néologisme de mauvais goût en anti-papiste) dans la Ghouta orientale, ce qu’il y dit est très intéressant et mériterait d’être traduit).

      Aimé par 1 personne

  3. Extraits choisis : le Présiident syrien aux soldats : « Félicitations » et ceux-ci de répondre en coeur  » Nous sommes prêts au sacrifice de notre âme et de notre sang pour toi, oh Bachar  » ; ce dernier dit ensuite, s’adressant aux soldats  » (…) la bataille est aussi Mondiale, plus grande que la Syrie, vous menez une guerre mondiale dans un conflit international, chaque soldat qui tirait une balle pour tuer un terroriste, contribuait à changer le rapport des forces dans le Monde, chaque conducteur de char qui avançait d’un mètre en avant, changeait la carte politique du Monde. J’ai voulu être avec vous – la carte n’est pas le terrain réel -, pour fortifier mon moral auprès de vous, c’est ici le lieu de la dignité véritable ».

    Aimé par 2 personnes

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.