Analysis

Une confirmation et des menaces 

Israël a confirmé ce que le monde entier savait au détail près :  un des innombrables raids aériens menés contre une cible la Syrie en septembre 2007, bien avant le déclenchement de la guerre hybride imposé à ce pays. 

Dans la nuit du 05 au 06 septembre 2007, des avions de combat israéliens soutenus par des Awacs US et les capacités de guerre électroniques des pays de la coalition en Irak et en Turquie, ont mené un raid sur un centre scientifique syrien sis à Al-Kibar dans la province orientale de Deir Ezzor.  

Le raid a été longuement commenté dans les médias de la région à l’époque. 

Pour Damas, il s’agissait d’une attaque inacceptable ayant visé un centre de recherches en agronomie relevant du ministère de la défense ;  pour les medias arabes pro-atlantistes il s’agissait d’un site de construction d’un réacteur nucléaire de conception nord-coréenne. 

Israël s’était officiellement abstenu de tout commentaire conformément à sa doctrine de l’ambiguïté stratégique et de la tromperie. Mais des médias pro-israéliens ont rapporté l’incident en focalisant sur la menace « existentielle » que la coopération nucléaire entre la Syrie et la Corée du Nord faisait peser sur Israël.

La télévision officielle syrienne avait diffusé au lendemain du raid des images d’un site industriel dévasté en soulignant que des coopérants étrangers avaient été blessés.

Un communiqué officiel syrien condamnait dans les termes les plus fort cette énième agression israélienne et des activistes s’interrogeaient sur l’état des défenses antiaériennes syriennes et comment des bombardiers ennemis avaient pu pénétrer aussi profondément à l’intérieur de la Syrie et frapper un site « sensible » sans qu’aucun missile Sol-Air ou batterie AA de la défense syrienne n’aient été activés. 

Plus amusante fut la réaction de certains médias d’Europe occidentale :  ils taxaient invariablement de « complotiste » tous les sites ayant rapporté ce fait.

Or, des années après et constatant l’échec patent de sa guerre contre la Syrie, Israël vient de confirmer cet incident en menaçant encore Damas et…l’Iran !     

Pourquoi Tel-Aviv a choisi ce moment précis ?  

Tout simplement parce que la Syrie est en train de se doter d’une industrie militaire avec l’aide de l’Iran et que Damas a choisi non seulement la stratégie du Hezbollah et de la Corée du Nord, essentiellement fondée sur une force balistique de saturation mais aurait opté pour la résurrection dans l’urgence d’un programme nucléaire à des fins civiles mais également militaires.  

Cette option arrange en fait Téhéran, lequel est tenu par un Accord international sur le nucléaire sur son sol mais pas en dehors de son territoire.

Pour Damas, la leçon nord-coréenne est édifiante à plus d’un titre. D’ailleurs les liens avec Pyongyang ont été particulièrement renforcés durant ces dernières années. 

Les militaires syriens ont découvert au cours des deux dernières années que les rebelles disposaient de fabriques d’armes légères et d’obus, de roquettes et de missiles, ainsi que des moyens limitée à élaborer des gaz incapacitants. Il devenait dès lors évident que pour survivre, il fallait rebâtir au plus vites la modeste industrie militaire d’avant-guerre et d’allouer toutes les ressources disponibles à la création d’une force balistique dissuasive. Un choix dicté par les succès relatifs de la résistance libanaise et l’exploit nord-coréen. 

C’est dans cette optique que s’inscrivent les menaces israéliennes.  

Israël demeure une puissance nucléaire, chimique et biologique mais s’inquiète au plus point des programmes nucléaire et balistique iraniens ainsi que la survie du pouvoir actuel en Syrie. 

Deux autres pays de la région cherchent à acquérir ou ont déjà les moyens d’avoir l’arme nucléaire :  l’Arabie Saoudite et la Turquie, deux alliés de Washington mais ses ambitions ne suscitent aucune inquiétude en Israël.       

  

Publicités

Catégories :Analysis

41 réponses »

  1. « arrange en fait Téhéran, lequel est tenu par un Accord international sur le nucléaire sur son sol mais pas en dehors de son territoire. »

    Il y a de l’idée 😉 😉

    J'aime

  2. La noosphère se juxtapose à la lithosphère (la masse inerte), à la biosphère (la masse vivante) et à la sociosphère (ensemble des relations humaines et/ou écologiques) et elle englobe l’ensemble de l’activité intellectuelle de la Terre : il s’agit d’une sorte de « conscience collective de l’humanité » qui regroupe toutes les activités cérébrales et mécaniques de mémorisation et de traitement de l’information12 .

    À partir du milieu du xxe siècle, les géographes commencent à considérer les éléments culturels et immatériels en plus des réalités matérielles. Pierre Deffontaines écrit ainsi que « le plus grand événement dans l’histoire géographique de la Terre, ce n’est pas tel plissement de montagne, tel déplacement de mer, telle modification de climat, c’est l’apparition avec l’homme d’une sorte de sphère spéciale, plus extraordinaire que la pyrosphère, l’hydrosphère, l’atmosphère ou même la biosphère ; ce qu’on pourrait appeler la sphère pensante, que le R. P. Teilhard de Chardin a appelé la « noosphère », enveloppe immatérielle sans doute, qui cependant s’inscrit matériellement dans le paysage13 »

    Les vulgarisateurs scientifiques Jack Cohen et Ian Stewart s’approchent de ce concept avec un nom plus médiatique d’extelligence. Le cerveau des hommes fait partie de l’extelligence, mais aussi toutes les infrastructures créées par lui qui participent au traitement comme au stockage de l’information : villes, bibliothèques, infrastructure politique, culture, réseaux de communication.

    En revanche, la noosphère est née grâce à la montée de conscience des individus au fur et à mesure de leur maturation, depuis l’apparition du vivant jusqu’à nos jours. Sa manifestation la plus probante est la naissance d’organisations « humanisantes » telles que les lois, les notions d’éthique, la politique, la culture, les organisations humanitaires, et aussi comme le dit Werber, la multiplication dans l’histoire, d’inventions faites aux mêmes moments, mais à différents endroits

    J'aime

    • Cher Horizon, je ne sais pourquoi vous me posez cette question, mais je crois bien avoir parlé une fois du malheureux Yemen (et de son nom antique : l’Arabie Heureuse) et de l’affreuse et inhumaine campagne d’extermination qu’il subit depuis trois longues années dans le silence général. Mais enfin, la vidéo que vous postez est une excellente nouvelle.

      Aimé par 1 personne

      • Mon cher Ami Bartleby
        Je n’ai pas eu l’occasion de lire vos commentaires sur ce sujet.
        Desolé.
        Disont que votre plume pour parler de certains sujet n’ont pas la même connotation dans mes oreilles.
        Il n’y a pas d’ambiguïté à comprendre ce que vous dite.
        Pour d’autres il m’arrive de m’y reprend en deux où trois fois pour tout assimilés .
        A l’égal des autres vos analyses sont souvent pertinent.

        Aimé par 1 personne

    • Bonjour Roc,
      as tu des détails sur les tenants et les aboutissants de l’affaire? Cela semble un peu trop facile nan? Comme rien n’est jamais gratuit, quels sont les contreparties, que gagnent t’il? Et que gagne t’on?

      Aimé par 1 personne

    • Albert Einstein a plagié Henri Poincaré pour sa théorie de la relativité restreinte, et ensuite David Hilbert pour la théorie de la relativité générale. Voilà une réalité irréfutable que tous les vrais physiciens du monde connaîssent. Celui dont vous déplorez la disparition n’a jamais dénoncé cette usurpation. Sa disparition me laisse donc froid, malgré le fait que j’éprouve certaine sympathie pour lui. Misère.

      Aimé par 2 personnes

        • Oui, c’est la raison pourquoi j’ai parlé de certaine sympathie pour lui, mais vous avez raison de le rappeler, c’est tout à son honneur et merci pour le lien. Mais enfin, je parlais de l’aspect strictement scientifique, tout physicien sait que le mot même de relativité a été d’abord employé par Poincaré et que ce dernier a publié les transformations dites de lorenz bien avant notre savant spectaculaire, idem pour les équations de la relativité générale mises au point par Hilbert et qu’il s’est effrontément appropriées, on en revient toujours à cette fameuse chutzpah. Bref, je voulais juste dire que l’on est loin par exemple des figures admirables telles Giogori Perlman et autres Grothendieck.

          Aimé par 2 personnes

      • Si on commençait à parler de tous les scientifiques et savants qui ont une fausse notoriété pour des découvertes qu’ils n’ont jamais découvert, on en finira jamais…
        L’hustoire des sciences est une convention commode ayant peu de choses à voir avec la réalité. Jamais oublier cela.

        Aimé par 3 personnes

        • La science, l’histoire, c’est un joli storytelling… Comment croire les hommes alors qu’ils passent leur temps à raconter des histoires… Comme nous sommes crédules de croire à ce qu’on pense… 🙂

          Aimé par 2 personnes

        • @ Strategika51
          Ca me convient parfaitement que Bartleby et toi même vous l’évoquez ici.
          Car il y a très longtemps que je sais que de très nombreux inventeurs ce sont fait spoliés plagié leurs découvertes et pas des moindres.
          Comme la souligné Bartleby avec point Henri Poincaré entre autres qui sont très nombreux.
          Les inventeurs français au niveau mondial sont sur les marches des podiums et pas seulement depuis d’hier.
          Nombreux ce sont fait plagié volé leurs invention par des tour de passe passe puis ont étés attribuer a des escrocs opportunistes.
          Moi je voulais tout simplement pointés le côté humain que Stephen hawking avait pour LA CAUSE PALESTINIENNE .
          Il a utilisé sa notoriété mondiale pour attirer l’intention du monde envers la souffrance du peuple palestinien .
          Un peuples oublier comme d’autres par la communauté internationale.
          Je suis entièrement d’accord sur vôtres juste remarque.

          Aimé par 1 personne

      • artleby. À 1338
        Entièrement d’accord.
        Hélas , mais c’est la réalité.
        Et il y aurait tellement à dire sur ce sujet tellement vaste touchant plusieurs domaines.

        Aimé par 1 personne

          • il y a des histoires comme quoi quasiment tous les grands savants reconnus aujourd’hui sont des maçons, dans l’Antiquité comme depuis Newton et compagnie.
            c’est Babylone qui a inventé la doctrine maçonnique, non?

            quel est le véritable symbole des hébreux? je parle des véritables hébreux! le chandelier à 7 branches ou l’étoile à six branches?

            oups, c’est encore Babylone! on est loin dans les délires de conspiracy nuts, arrêtons nous là! 🙂

            Aimé par 1 personne

        • Ne pas oublier la notion de noosphère permettant sinon d’expliquer, de donner une piste qui expliquerait que des inventions quasi similaires apparaissent en même temps en des lieux différents de la Terre à partir de peuples ayant des cultures et des problématiques différentes. Je ne suis pas du tout mathématicien de haut niveau mais j’ai laissé mon esprit divaguer à une méthode de cryptologie, pour arriver à l’idée que les fractales seraient une piste intéressante, puis m’apercevoir que j’étais loin d’être le premier à avoir eu cette idée. Donc plagiat, copie, etc… peut s’avérer involontaire.

          Aimé par 1 personne

  3. Bonjour à tous les amis.
    Retour au bercail parmi les siens.

    Personnellement
    Les menaces proférées contre les uns et les autres est une période révolu.
    Dorénavant je pense que la réalité est celle ci .
    Avec effet de surprise des technologies russes ont pointée leurs nez et du coup changer les données.
    À pas de géant les russes ce sont dorénavant imposés modestement comme les maître incontestés et incontestable du globe.
    Les alliances ce sont dessinés par des accords stratégiques qui ce sont actés par des signatures et des démonstrations étroites sur le terrain entre nation oppressées .
    Les camps d’en face , allusion à la coalition atlantique n’ont qu’à bien se tenir.
    Rien ne sera plus comme avant maintenant.

    Aimé par 1 personne

  4. Au moyen de cette « révélation » pour le moins tardive, Israël prévient TOUS les acteurs du Moyen Orient : PAS DE BOMBE OU ON VOUS BOMBARDE !
    Pour ce qui est de l’Arabie Saoudite et surtout de la Turquie, je ne pense pas qu’il en faudrait beaucoup pour que la sanction tombe pour eux aussi. LA bombe est chasse gardée pour Israël !

    Aimé par 1 personne

      • Opéra visait directement le territoire irakien en profondeur, l’opération dont il est question ici concernait la Syrie. De toute façon Israël frappera n’importe où au Moyen Orient si il s’agit de sa survie, la ligne rouge n’est pas encore prête d’être franchie…

        Aimé par 1 personne

        • Pour Opéra, les avions israéliens avaient décollé d’Eilat, longé la frontière jordano-saoudienne, puis foncé direction Osirak au sud-est de Bagdad. Pour le réacteur syrien, le trajet pouvait être partiellement le même jusqu’à la zone de ravitaillement de l’opération Opéra, puis foncer vers le nord, la frontière jordano-syrienne étant moins surveillée par les radars, ce qui est susceptible de répondre aux interrogations concernant l’absence de repérage et de tir de missile de DCA, les avions israéliens n’ayant pas passé au-dessus du erritoire syrien autant de teps que s’ils étaient passés directement depuis la zone du Golan.

          Aimé par 1 personne

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.