Analysis

Israel Kills Palestinians and Western Liberals Shrug. Their Humanitarianism Is a Sham

IF THE CONCEPT of intervention is driven by universal human rights, why is it — from the people who identify themselves as liberal interventionists — why do we never hear a peep, a word, about intervening to protect the Palestinians?”

That was the question I put to the French philosopher, author, and champion of liberal (or humanitarian) interventionism, Bernard-Henri Lévy, on my Al Jazeera English interview show “Head to Head” in 2013.

The usually silver-tongued Levy struggled to answer the question. The situation in Palestine is “not the same” as in Syria and “you have not all the good on one side and all the bad on the other side,” said Levy, who once remarked in reference to the Israeli Defense Forces, or IDF, that he had “never seen such a democratic army, which asks itself so many moral questions.”

I couldn’t help but be reminded of my exchange with the man known as “BHL” this past weekend, as I watched horrific images of unarmed Palestinian protesters at the Gaza border being shot in the back by the “democratic army” of Israel. How many “moral questions” did those Israeli snipers ask themselves, I wondered, before they gunned downGazan refugees for daring to demand a return to their homes inside the Green Line?

On Friday, the IDF shot an astonishing 773 people with live ammunition, killing 17 of them. Yet a spokesperson for the IDF bragged that Israeli troops “arrived prepared” and “everything was accurate. … We know where every bullet landed.” On Sunday, Israel’s hawkish defense minister, Avigdor Lieberman, roundly rejected calls from the European Union and the United Nations for an independent inquiry into the violence and insisted that “our soldiers deserve a commendation.”

To be clear, then: Israeli troops will continue to murder and maim Palestinians while the Israeli government guarantees that there will be no consequences for their actions.

So, where is the outcry from liberal interventionists across the West? Where is BHL, as Palestinians are being shot and wounded in the hundreds in 2018?

Where is the call from former U.K. Prime Minister Tony Blair, whose 1999 speech in Chicago defending the concept of a “just war” and a “doctrine of the international community” became a key text for liberal interventionists, for a “no-fly” zone over Gaza? Why does a guest speaker at Ariel Sharon’s funeral have nothing to say about the increasing number of Palestinian funerals?

Where is the moral outrage from former U.S. ambassador to the United Nations, Samantha Power, the famously pro-intervention, Pulitzer Prize-winning author of a “A Problem From Hell,” which lamented U.S. inaction in Rwanda, over the sheer number of unarmed Palestinians shot, killed, and injured in recent days? How does she have time to retweet a picture of an elephant and a lion cub, but not to make a statement about the violence in Gaza?

Where is the demand from Canadian academic-turned-politician Michael Ignatieff, who was once one of the loudest voices in favor of the so-called responsibility to protect doctrine, for peacekeeping troops to be deployed to the Occupied Territories?

Where are the righteously angry op-eds from Nicholas Kristof of the New York Times, or Richard Cohen of the Washington Post, or David Aaronovitch of The Times of London, demanding concrete action against the human rights abusers of the IDF?

And where is the appeal from former U.S. Secretary of State and arch-interventionist Madeleine Albright for economic and financial sanctions against the state of Israel? For an arms embargo? For travel bans on Prime Minister Benjamin Netanyahu, Defense Minister Lieberman, and IDF chief of staff Lt. Gen. Gadi Eizenkot?

Their silence is deafening — and telling. Palestinians, it seems, have been so dehumanized that they don’t deserve a humanitarian intervention; their blood is cheap, their plight is unimportant, and, perhaps above all else, their killers are our friends.

SHOULD WE REALLY be surprised, though? After all, this isn’t the first time that members of the liberal intervention brigade have shamelessly ignored the tragic deaths of innocent Palestinians.

In March 2001, towards the start of the “Second Intifada,” and with the Palestinian civilian death toll mounting, the U.N. Security Council proposed a resolution that would have “set up an appropriate mechanism to protect Palestinian civilians, including through the establishment of a United Nations observer force” on the ground in the Occupied Territories. The United States, however, in the form of the George W. Bush administration, vetoed that resolution. What was the response from U.S. liberals? They stayed mum.

In the summer of 2014, the Israeli air force — for the the third time in six years — pounded the Gaza Strip, dropping bombs on schoolshospitals, and apartment buildings, and killingmore than 1,500 Palestinian civilians — including 500 children — in the process. What was the position of then-U.S. Secretary of State Hillary Clinton (who would later throw her support behind a “no-fly” zone over Syria)? “Hamas provoked another attack” while “Israel has a right to defend itself.” And what was the response from her fellow liberals? Most of them didn’t say a word.

Fast forward to 2018: This time round, 17 dead and 1,400 wounded. Videos going viral of Israeli soldiers — armed and funded by U.S. taxpayers — shooting fleeing Palestinians in their backs. Again, not a peep on Twitter, or elsewhere, from the leaders of the Democratic Party in Congress, such as Sen. Chuck Schumer and House Minority Leader Nancy Pelosi. For liberal Democrats, #resistance is supposed to be against the Trump administration and the so-called alt-right, not against the longest military occupation in the world.

This moral blindness that so many liberals and progressives in the United States have for the Palestinians has never ceased to amaze — or disgust — me. As the Israeli writer and economist Abraham Gutman notes, “This blind spot is so pronounced that it created a whole new type of progressive, the PEP, ‘Progressive-Except-on-Palestine.’” The PEP, he continues, “is horrified by the appointment of Jeff Sessions as Attorney General, but willing to argue that there is nuance and perhaps support the government of Israel, with [Ayelet] Shaked as the Minister of Justice, who posted on Facebook an article calling Palestinian children ‘little snakes.’

Indeed. The PEP will loudly condemn the bigotry and nativism of the Republican Party in the United States, and the ongoing segregation and racism in the Deep South, while averting their gaze from the brazen racism of the Israeli government and the ongoing apartheid in the Occupied Territories.

The PEP rails against Trump and his hawkish minions while standing to applaud Netanyahu or smiling in photos with Lieberman — this despite the fact that the similarities between the Trump and Netanyahu administrations have been welldocumented.

And the PEP who happens to be a proud supporter of liberal interventionism will back interventions almost everywhere except the Occupied Territories. Their heart bleeds for Syrians, Libyans, Afghans, Iraqis, Rwandans, Kosovars … but not for Palestinians.

This is not an exercise in whataboutism; it is about drawing attention to blatant double standards and moral hypocrisy. On Palestine, liberal interventionists who happen to be “progressive-except-on-Palestine” borrow from the Trump playbookwhen they cynically blame “both sides” for the violence. They claim that Palestinian deaths are the consequence of “clashes” and “confrontations.” Yet the reality is that one side is the occupier and the other is the occupied; one side has rockets and rifles and the other side has rocks and slingshots; one side is doing the killing and the other side is doing the dying.

There is no other conclusion: The ongoing and glaring refusal of liberal interventionists in the West to say even a word about the need to protect occupied Palestinians from state-sponsored violence is a reminder of just how morally bankrupt and cynically hypocritical the whole “liberal intervention” shtick is.

Mehdi Hasan

The Intercept

Direct link :  https://theintercept.com/2018/04/02/israel-killing-palestine-civilian-liberal-humanitarian/


Publicités

Catégories :Analysis

14 réponses »

  1. La seule solution viable et réaliste en Palestine :
    Un seul état démocratique pour les juifs et les arabes : un individu=une voix. Réconciliation et paix. Refus de la vengeance. Tous les résidents de Palestine seront les citoyens d’un Etat qui reconnait l’égalité de tous ses citoyens indépendamment de leur origine ethnique ou religieuse. J’espère que cela se réalisera.

    Aimé par 1 personne

  2. Huits terroristes neutralisés et 1070 autres blessés par balles aujourd’hui à Gaza lors de la grande marche du retour – soit-disant pacifique – par les courageux snipers de Tsahal. Ces dangereux criminels gazaouis ont brûlé je ne sais combien de pneus pour que la fumée qui se dégage de ces feux les rende invisibles aux snipers moraux qui s’appliquaient à les canarder comme des lapins dans une foire. Ces mauvais sujets ont eu en outre la mauvaise idée de brûler des photos du roi d’Arabie Saoudite et de son prince héritier, quelle violence ! quelle brutalité i Et ils appellent ça des manifestations pacifiques !

    Aimé par 2 personnes

    • Vidéo illustrant mon post ci-dessus. Israel vient sagement d’interdir l’entrée de pneus à Gaza sous blocus par terre, mer et ciel (ie prison à ciel ouvert , mais gérée par ses propres prisonniers, admirez la magnanimité d’Israel qui applique ici le principe d’autogestion généralisée), car quoiqu’un couteau est un outil très utile, il peut néanmoins servir à commettre un assassinat, donc il est sage de le remplacer par couteau de Lichtenberg c’est à dire par un  » couteau sans lame auquel manque seulement le manche « .

      Aimé par 1 personne

      • Traduction des cartons de la vidéo :
        1) Les palestiniens célèbrent le vendredi du caoutchouc dans des marches populaires qui affirment le droit au retour.
        2) Les palestiniens brûlent des pneus près du grillage de séparation par que la fumée empêche les soldats israéliens de les voir.
        3) Les snipersisraéliens ont tiré sur les manifestants ce qui produit un certain nombre de martyrs (y compris un journaliste, ndt) et un grand nombre de blessés.
        5) Le caoutchouc(les pneus) est un moyen inventé par palestiniens pour lutter contre les soldats de l’occupation.
        6) Ils ont de même utilisé des miroirs qui réfléchissent la lumière du soleil en direction des snipers israéliens pour égarer leur vision.
        7) Dans le cadre de cette marche, certains jeunes hommes ont brûléé des photos du roi de l’Arabie saoudite et de son prince héritier, exprimant ainsi leur refus des déclarations de Mohammed Ben Salman relatives au droit du  » peuple juif  » d’obtenir une terre.
        8) La Grande Marche du Retour, qui a commencé à l’occasion du Jour de la Terre, se poursuivre jusqu’à l’anniversaire de la Nakba (la Grande Catastrophe) , soit le 15/5/2018, veut signifier au monde entier que la liquidation de la question palestinienne n’aura pas lieu.

        Aimé par 1 personne

  3. On pourrait faire le même constat, avec les pilonnages incessants à coups de missiles et d’obus en touts genres des nazis de Kief et qui n’en finissent plus de tomber sur la tête des enfants de la mère Russie à Louhansk et Donetsk, sur les résidences, les réseaux électriques, les stations d’épuration de l’eau, les usines, les centres d’achats, les écoles, les hôpitaux, sur des civils désarmés et démunis du Donbass: une véritable folie, un véritable génocide orchestré par les « humanistes et démocrates occidentaux »! Motus et bouches cousues! Mêmes choses! Ce n’est pas la même chose, qu’ils disent! Risible et éclairant!
    Mais jusqu’à quand ce carnage pourra-t-il perdurer?

    Aimé par 2 personnes

  4. TRADUCTION

    « Si la notion d’intervention est guidée par les droits de l’homme universels, pourquoi est-ce – de la part des gens qui s’identifient comme des interventionnistes libéraux – pourquoi n’entendons-nous jamais un mot, une intervention pour protéger les Palestiniens? »

    Telle était la question que je posais au philosophe, auteur et défenseur de l’interventionnisme libéral (ou humanitaire) français , Bernard-Henri Lévy, lors de mon interview en anglais d’Al Jazeera « Head to Head » en 2013.

    Lévy, habituellement à l’argent, se débattait pour répondre à la question. La situation en Palestine n’est « pas la même » qu’en Syrie et « vous n’avez pas tout le bien d’un côté et tout le mal de l’autre côté », a déclaré Levy, qui a un jour fait allusion aux forces de défense israéliennes, et qu’il n’avait «jamais vu une armée aussi démocratique, qui se pose tant de questions morales».

    Je n’ai pas pu m’empêcher de me souvenir de mon échange avec l’homme connu sous le nom de  » BHL  » le week-end dernier, alors que je regardais des images horribles de manifestants palestiniens non armés à la frontière de Gaza tirés dans le dos par « l’armée démocratique » d’Israël. Combien de «questions morales» ces tireurs d’élite israéliens se sont-ils posés, je me le demandais, avant qu’ils aient abattu les réfugiés de Gaza pour avoir osé demander le retour dans leurs maisons à l’intérieur de la Ligne verte?

    Vendredi, les FDI ont tiré sur un nombre impressionnant de 773 personnes avec des munitions réelles, tuant 17 d’entre elles . Pourtant, un porte-parole de Tsahal s’est vanté que les troupes israéliennes étaient «arrivées préparées» et que «tout était exact. Dimanche, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a rejeté les appels de l’Union européenne et des Nations Unies pour une enquête indépendante sur la violence et a insisté sur le fait que « nos soldats méritent une mention élogieuse ».

    Pour être clair, alors: les troupes israéliennes continueront à assassiner et à mutiler les Palestiniens alors que le gouvernement israélien garantit qu’il n’y aura pas de conséquences pour leurs actions.

    Alors, où est le tollé des interventionnistes libéraux à travers l’Occident? Où est BHL, alors que les Palestiniens sont abattus et blessés par centaines en 2018?

    Où est l’appel de l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, dont le discours de 1999 à Chicago défendant le concept d’une « guerre juste » et d’une « doctrine de la communauté internationale » est devenu un texte clé pour les interventionnistes libéraux, pour une « no-fly » zone sur Gaza? Pourquoi un orateur invité à l’enterrement d’Ariel Sharon n’a-t-il rien à dire sur le nombre croissant de funérailles palestiniennes?

    Où est l’indignation morale de l’ancienne ambassadrice américaine aux Nations Unies, Samantha Power, célèbre auteur pro-intervention , lauréate du prix Pulitzer d’un « A Problem From Hell », qui déplore l’inaction des États-Unis au Rwanda, par rapport au nombre de non-armés. Des Palestiniens ont été tués, tués et blessés ces derniers jours? Comment a-t-elle le temps de retweeter une photo d’un éléphant et d’un lionceau, mais de ne pas faire une déclaration sur la violence à Gaza?

    Où est la demande de l’universitaire canadien devenu politicien Michael Ignatieff, qui était autrefois l’une des voix les plus fortes en faveur de la soi-disant doctrine de la responsabilité de protéger, pour que les troupes de maintien de la paix soient déployées dans les territoires occupés?

    Où sont les éditoriaux justement en colère de Nicholas Kristof du New York Times, ou de Richard Cohen du Washington Post, ou de David Aaronovitch du Times de Londres, exigeant des actions concrètes contre les auteurs de violations des droits de l’ Homme de Tsahal?

    Et où est l’appel de l’ex-secrétaire d’État et de l’interventionniste américaine Madeleine Albright pour des sanctions économiques et financières contre l’État d’Israël? Pour un embargo sur les armes? Pour des interdictions de voyager à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu, du ministre de la Défense Lieberman et du chef d’état-major des FDI, le lieutenant-général Gadi Eizenkot?

    Leur silence est assourdissant – et révélateur. Les Palestiniens, semble-t-il, ont été tellement déshumanisés qu’ils ne méritent pas une intervention humanitaire; leur sang est bon marché, leur situation est sans importance et, peut-être par-dessus tout, leurs tueurs sont nos amis.

    Aimé par 2 personnes

    • Pieuses questions, mais on connait la réponse !
      Au fait, Sharon avait-il les médailles se Sabra et Chatila lors de son enterrement ? Les anglo-sionistes sont des chiens…

      Aimé par 2 personnes

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.