Analysis

71 Out of 103 Destroyed: Here’s How Syria’s Air Defense Repelled West’s Missiles

Epic !  

71 Out of 103 Destroyed: Here’s How Syria’s Air Defense Repelled West’s Missiles

https://sputniknews.com/military/201804141063558487-syria-air-defense-forces-analysis/

Publicités

Catégories :Analysis

7 réponses »

  1. la vaillante petite armée syrienne (en comparaison du mastodonte étasunien, les anglais et les français n’ont pas de poids en comparaison de ce mastodonte, et d’ailleurs, ces deux armées sont tout juste capable d’aller détruire un pays qu’ils se sont évertués par rouerie à totalement neutraliser, c-à-d, à désarmer pour le rendre totalement vulnérable – alors qu’ils s’étaient évertués à leur fournir toutes sortes d’armes (toujours par rouerie), comme ce fut le cas de la pauvre Libye, par exemple… mais pas que), la vaillante petite armée syrienne (l’AAS), donc, a descendu 71 missiles sur 103 en tout, tirés par « la coalition internationale » (pas vraiment « internationale » puisque il s’agissait d’une minuscule coalition (les USA, la France et l’Angleterre), aussi minuscule que le président français, par exemple… )
    « … En outre, bien que l’armée syrienne dispose de moyens de défense modernes, notamment le missile sol-air (SAM) et le système d’artillerie antiaérienne combinés Pantsir-S1, l’attaque au missile de croisière a été repoussée principalement par des améliorations de 30 Le S-200, un système de défense antimissile autopropulsé de type S-125 et un S-200 vieillissant mais éprouvé, introduit dans l’armée soviétique à la fin des années 1960. … » ils ont descendu 71 de la centaine de missiles (dont certains, soi-disant « intelligents ») avec un matériel ancien (du temps de l’URSS) pour certains, ou améliorés par l’AAS elle-même. On comprend mieux pourquoi ce grand peuple, si vaillant, les Syriens, dansait de joie dans les rue de Damas… Vive la Résistance !

    J'aime

  2. TRADUCTION

    71 sur 103 détruit: Voici comment la défense aérienne syrienne a repoussé les missiles de l’Ouest

    En tout cas, l’attaque a déjà incité Moscou à envisager de fournir à Damas son système SAM à longue portée S-300.

    La nouvelle la plus surprenante des attaques américaines, britanniques et françaises contre la Syrie samedi matin a été le rapport selon lequel la Force de défense aérienne du pays a réussi à abattre à peine 70% des missiles de croisière occidentaux lancés. Spoutnik regarde comment les Syriens ont réussi à le faire.

    L’attaque occidentale, exécutée ce matin à 4h00 du matin le 14 avril, a vu des navires de guerre de l’US Navy bombarder depuis la mer Rouge et des B1-B , ainsi que par des avions F-15 et F-16, des missiles de croisière sur la capitale syrienne de Damas, une base aérienne à l’extérieur de la ville, une installation de stockage d’armes chimiques près de Homs ???, et une installation de stockage d’équipement et un poste de commandement, également près de Homs. Les B1-B sont généralement armés de missiles de croisière JASSM, qui ont une charge militaire de 450 kg et une portée de 370 km. Les navires de guerre de l’US Navy ont lancé des Tomahawks, qui ont des ogives de 450 kg et une portée opérationnelle comprise entre 1 300 et 2 500 km.

    Ce que nous savons à ce jour sur la frappe de missiles sur la Syrie a été lancé avant que l’on ne se lançât dans Douma « Chemical Attack »
    Le continent britannique de l’armée de l’air britannique était composé de quatre avions d’attaque au sol Tornado GR4 armés du missile air-sol à longue portée Storm Shadow, que le ministère britannique de la Défense a déclaré cibler les «sites d’armes chimiques» à Homs. Ces armes ont une portée de 400 km.

    Enfin, la France a envoyé sa frégate Aquitaine, armée de missiles de croisière SCALP (SCALP), ainsi que plusieurs chasseurs Dassault Rafale, également armés de missiles de croisière SCALP ou Apache.

    Selon le ministère russe de la Défense, les B-1B ont également tiré des bombes aériennes guidées GBU-38.

    Incontestablement fatigués de la perspective de voir leur avion abattu après qu’Israël ait perdu un de ses F-16 sur la Syrie en février, les puissances occidentales ont vraisemblablement lancé leurs armes bien en dehors de la gamme des défenses aériennes syriennes, avec toutes les cibles situées juste 70-90 km de la mer Méditerranée, et d’abord à traverser le Liban.

    Attaque émoussée

    Cependant, en dépit de la puissante collection d’armes qui leur est destinée, l’armée syrienne semble avoir réussi, pour la plupart, à atténuer l’attaque.

    Plusieurs heures après les frappes, le ministère russe de la Défense a rapporté que la majorité des missiles lancés avaient été interceptés par la Force de défense aérienne syrienne, qui a abattu 71 des 103 missiles de croisière détectés. Cela comprenait l’interception des 12 missiles lancés sur la base aérienne d’Al-Dumyar au nord-est de Damas. Les médias syriens, quant à eux, ont rapporté que l’armée avait détruit 20 missiles sur Damas seulement.

    En outre, bien que l’armée syrienne dispose de moyens de défense modernes, notamment le missile sol-air (SAM) et le système d’artillerie antiaérienne combinés Pantsir-S1, l’attaque au missile de croisière a été repoussée principalement par des améliorations de S-200, un système de défense antimissile autopropulsé de type S-125 et un S-200 vieillissant mais éprouvé, introduit dans l’armée soviétique à la fin des années 1960.

    Solde des forces

    À la fin de 2016, les analystes de la défense russe ont dressé un portrait détaillé de l’état de l’armée syrienne. Leurs recherches ont conclu que les défenses aériennes de la Syrie restaient formidables, même après une demi-décennie de guerre contre le terrorisme.

    Selon les estimations, l’inventaire de la Force de défense aérienne comprend 36 Pantsir-S1, livrés par la Russie entre 2008 et 2013, 3-6 bataillons de systèmes SAM à moyen terme Buk-M1 et Buk-M2 (Moscou a livré huit Buk-M2 entre 2010 et 2013), cinq régiments (soit 25 batteries) de systèmes de missiles sol-air à moyenne portée suivis par Kvadrat (Kvadrat étant la version d’exportation du système de défense aérienne Kub) et 8 régiments du missile à longue portée S-200VE système.

    La Syrie a jusqu’à 53 régiments de la variante Dvina et Volga du S-75, l’ancien système soviétique de défense aérienne à haute altitude utilisé pour abattre les U-2 américains sur l’URSS et Cuba au début des années 1960. Le pays dispose également de 4 000 canons antiaériens de différents calibres, bien que ceux-ci soient progressivement retirés.

    Les forces terrestres sont également équipées des systèmes SAM OSA, Strela-1 et Strela-10 mobiles à basse altitude (les Syriens en ont respectivement 61, 100 et 60).

    Le réseau radar de la Syrie se compose de radar P-40 3D UHF alerte précoce / cible, P-12 3D VHF radar de contrôle au sol, P-15 2D UHF surveillance / radar d’acquisition de cible, P-30, P-35 et P -80 Radar de contrôle au sol de la bande 2D E / bande F, et radar altimétrique PRV-13 et PRV-16.

    À l’exception du PRV-16 et du P-80, qui ont été introduits dans l’armée soviétique au début des années 1970, le reste de ces systèmes a été mis en service à la fin des années 1950 et au milieu des années 1960 et a surtout été retiré en Russie. La Russie et la Biélorussie ont fourni à la Syrie des pièces et un soutien technique pour ces systèmes.

    Plus fort que prévu

    La formation des défenses aériennes plus ou moins modernes de la Syrie a ses racines au début des années 1980, et provient de la défaite humiliante de la Force aérienne de défense aux mains de la puissance aérienne israélienne pendant la guerre du Liban de 1982 à Bekka Valley. Un an plus tard, en 1983, l’Union Soviétique a transféré son système de défense antiaérienne à longue portée S-200VE, avec le personnel technique pour les équiper et former leurs homologues syriens. Le déploiement du S-200 était inhabituel, la Syrie obtenant les systèmes avant même les alliés du Pacte de Varsovie de l’URSS.

    Depuis lors, grâce en partie à la Force aérienne de défense israélienne, qui est technologiquement supérieure à sa frontière, la Syrie a continué de moderniser son réseau de défense aérienne. En fait, malgré son âge comparé aux puissances occidentales, ou la Russie, les défenses aériennes du pays sont considérablement plus modernes que celles de la Yougoslavie, de l’Irak et de la Libye avant que ces pays ne subissent les bombardements américains et de l’OTAN en 1999, 2003 et 2011.

    Assad: L’attaque menée par les États-Unis arrive alors que l’Occident réalise qu’il a perdu le contrôle du conflit syrien

    La Force de défense aérienne compte entre 20 000 et 36 000 personnes. Le terrain syrien, incluant de nombreuses chaînes de montagnes compliquant les options des assaillants, a abouti à une doctrine opérationnelle visant à préserver les capacités de défense aérienne même en cas de frappes ennemies massives, tout comme la stratégie des forces aériennes yougoslaves pendant la guerre contre l’OTAN.

    Selon les observateurs militaires russes, les systèmes de défense aérienne les plus redoutables de la Syrie sont ses Pantsirs et BuK-M1-2 et Buk M-2Es, qui peuvent abattre des F-15 à 45 km et simultanément traquer et détruire jusqu’à deux douzaines de cibles ennemies. De plus, le S-125 Pechora reste un problème pour l’OTAN, malgré son âge. En mars 2015, la Syrie a abattu un drone américain Predator à Lattaquié en utilisant le système. Enfin, bien sûr, il y a ces S-200 qui ont une portée opérationnelle de 300 km. C’est l’un d’entre eux qui a abattu l’intrus israélien F-16 en février 2018.

    Procuration future

    Il n’est pas clair à ce stade si les États-Unis et leurs alliés vont limiter leurs frappes à l’attaque de samedi, ou lancer d’autres attaques à l’avenir. En tout cas, l’attaque a déjà incité Moscou à envisager de fournir à Damas son système SAM à longue portée S-300. « Compte tenu de ce qui s’est passé, nous considérons qu’il est possible de revenir sur cette question », a déclaré l’ état-major général russe dans un communiqué.

    Quoi qu’il en soit, la Russie a déjà fourni à la Syrie une aide substantielle pour restaurer ses capacités de défense aérienne, en particulier depuis un an et demi. Le résultat final de cette assistance a été vu peu après 4 heures le samedi matin.

    Aimé par 2 personnes

  3. tant du pentagone que de notre coté (Gal Lecointre) il y a confirmation du succès des frappes et de la quasi inexistence de la défense anti-aérienne syrienne. Les chiffres d’interception annoncés par Russie et Syrie risquent de se dégonfler aussi vite que ceux de la dernière fois.

    Toutes les vidéos ne montrent que des départs de missiles A/A

    voir theavionist avec les traces radar (publiques) de l’attaque

    Aimé par 1 personne

    • Je connais The Aviationist qui m’a bloqué.
      Le type de la peninsula (il n’aime pas ça car dans sa tete c’est un brit) veut se faire le chouchou absolu de l’OTAN et de l’entité mais pas au point de tuer père et mère…
      On a eu une discussion assez houleuse au sujet de la phase 1 de la guerre en Libye.
      Il a bloqué l’accès de son site à S51.
      J’ai rien contre mais je connais ses sponsors. Dommage pour un ex-passionné.

      Aimé par 1 personne

      • certes, cependant mon point porte sur les relevés radars publics qui montrent « l’armada » FUKUS en action et surtout celle en réserve (au cas où les Russes … ?) — vous ne pouvez pas non plus contester l’effondrement du décompte par les russes des interceptions réussies lors de la 1ère attaque en avril 2017.

        PS : j’aime beaucoup l’acronyme FUKUS pour F/UK/US en ce qu’il s’applique aux con-tribuables/-citoyens des ces pays.

        Aimé par 1 personne

        • Très peu de temps après l’attaque un avion de transport de la compagnie privée syrienne Cham airlines a décollé de l’aéroport international de Damas vers Téhéran.
          Au moment de l’attaque des avions de combat syriens etaient dans les airs au dessus de la province de Lattaquié.
          Deux autres, supposés être des Mig-23 et je dis supposés car d’autres sources avancent un autre type, étaient près de Deir Ezzor et on a supposé que c’étaient des aéronefs suicide cherchant les deux B1B

          Bonus : les syriens ont transféré leur meilleurs appareils en lieu sûr.
          Un avion cargo iranien etait dans les airs au dessus de la Syrie toutes balises éteintes au moment de l’agression.

          J'aime

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.