Analysis

Pentagon Says ‘No Verifiable Proof’ Russia Got Hold of Tomahawk Missiles

Pentagon Says ‘No Verifiable Proof’ Russia Got Hold of Tomahawk Missiles

https://sputniknews.com/military/201804251063908759-pentagon-tomahawk-russia-proof/

Publicités

Catégories :Analysis

19 réponses »

  1. Je voulais dire qui vous paye?Au début ,je subodorais que le mossad était derrière..Mais c’est faire trop d’honneur à un bavard qui croit dans son délire de psychotique influer sur les équilibres géostratégiques…
    Quant aux pieds nickelés ,vous le monsieur « je-sas-tout » et rat de la toile
    comment pouvez ne pas les connaitre:vous et vos mille pseudos!

    J'aime

    • Paiement ?
      S51 n’est pas monetisé malgré la pub envahissante. Et lorsque il le fut, quelqu’un d’autre en a reçu le bénéfice à notre insu.
      Le Mossad ? Personne au monde à commencer par ses propres membres ne l’apprécient. Ce service basé sur la tromperie de bas étage (chantage de moeurs, prostitution, racket, trafic de drogue, jeux de hasard, tueurs à gages) n’a jamais été connu pour sa finesse d’analyse ou pour son intellectualisme. Bien au contraire, le Mossad hait toute les formes d’intellectualisme et c’est sa culture maison.
      L’évoquer est equivalent à une injure…c’est un rabaissement insupportable.

      Bavard. Les Bavares sont un peuple de l’antiquité qui n’ont pas grand’ chose à voire avec les bataves.

      Délire psychotique. Je ne suis pas psychiatre.

      Je vous confirme mon ignorance de l’origine de l’expression « pieds nickelés ».

      Rat de la toile. Pas vraiment. Je fus un rat de bibliothèque jusqu’en 1989. Après cela les bibliotheques municipales n’acceptaient que les étudiants et j’en fus donc exclus.

      En 1994, je fus primé pour un travail sur une modification du réseau Darpanet en utilisan
      une connexion par satellite.

      J’ai raté internet pour une raison simple : j’étais en exil et la où j’étais même la couverture sat n’existait pas (à l’époque)

      Mille pseudonymes. J’en ai qu’un seul.

      Par contre, vous en avez quelques uns. Car de tous les membres du forum, il y en a que deux qui ont cette petite tendance à se démultiplier.

      Vous avez oser écrire que nous sommes un outil de désinformation américano-sioniste.

      Que dire de plus.

      J'aime

    • Je suis devenu tellement paranoïaque à l’espionnage électronique que quand j’ai vu votre pseudo RFISS j’ai d’abord cru à une sorte de nouveau RFID et là je vous avoue que j’ai cru à un assaut.
      Petite réflexion faite, ce pseudo pourrait être le nom d’un plat gastronomique fort nourrissant.
      Par contre je me rappelle plus de l’origine de l’expression « pieds nickelés »
      Un petit éclairage sur l’origine exacte de cette expression.
      De quoi vivons-nous? D’un mélange d’azote et d’oxygène avec un peu de dioxide de carbone, du souffre, du plomb et du mercure.
      Et par dessus tout l’adénosine triphosphate ATP…

      J'aime

  2. Ma dernière journée de travail m’ayant comme d’habitude déprimé et l’arrivée prochaine de la pleine lune m’ayant tenu éveillé la nuit passée, je vous livre les cogitations que cette obscure clarté m’a inspiré.

    S’il est des formules qui résument le spectacle de la drôle de guerre à laquelle sont conviés depuis dix ans les spectateurs du monde (en occident on les appelle encore avec ironie des citoyens), ce serait bien sûr celles de Karl Rove, l’ancien conseiller politique de Georges Bush. La plus célèbre est la suivante :

     » »Ce n’est plus de cette manière que le monde marche réellement. Nous sommes un empire et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité, judicieusement, comme vous le souhaitez, nous agissons à nouveau et nous créons d’autres réalités nouvelles, que vous pouvez étudier également, et c’est ainsi que les choses se passent. Nous sommes les acteurs de l’histoire. (…) Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons” . » » »

    Mais celle-ci est encore plus édifiante.

     » »Quand la politique vous condamne à mort, commencez à raconter des histoires -des histoires si fabuleuses, si captivantes, si envoûtantes que le roi (ou dans ce cas les citoyens américains qui, en théorie, gouvernent notre pays) en oubliera sa condamnation capitale » »

    Je trouve que le défaut des analystes -je parle de ceux des catacombes, pas des romanciers appointés par les médias officiels- est justement d’être trop confiants dans leur connaissance analytique du réel. Car la guerre telle que la rêvent et l’annoncent les mauvais scénaristes est aussi une réalité, et méconnaître cette réalité est se condamner à ne reprendre le fil du réel qu’après avoir subi les coups de l’adversaire.
    L’empire se fout du réel et de l’état des forces productives , et c’est d’abord cela qui fait sa force. Mais l’empire n’est même pas un bon romancier de gare et c’est cela qui devrait faire la force de l’analyste s’il se souvenait qu’il a lu lui aussi un jour Black et Mortimer.
    Un bon romancier de gare est celui dont l’imagination est tellement déconnectée du réel qu’il peut donner à son histoire les rebondissement les plus imprévus.
    L’empire ne peut se permettre ce genre de talent car il est obligé de tenir compte des effets tangibles que ses coups précédents ont portés. L’empreinte du réel se referme fatalement sur sa trace en la gravant dans la glaise, et il est alors condamné à agir dans la continuité.
    Il est donc possible d’anticiper les coups de l’adversaire à partir des éléments déjà donnés par le feuilleton -tous les mauvais romans policiers le font et seuls les chefs d’œuvre du genre y échappent (exemple Le Grand Sommeil de Chandler)- et ne pas le faire témoigne simplement d’un manque d’imagination.

    Si vous observez les péripéties de ce que l’on appelle « le terrorisme » depuis en gros 2013, vous constatez qu’il fait partie à l’évidence du Grand Feuilleton, car toute la résonance de la guerre en cours passe par lui pour en amplifier les effets.
    Quel était l’argument du feuilleton à cette date ? Et il convient ici de s’extirper du réel -cet entrelacs d’histoire de culture et d’économie réservés aux spécialistes- pour ne regarder que le grand écran de la narrative.
    Bachar, le tyran sanguinaire, a suscité LE terrorisme dans son propre pays (Daech Al Kaida peu importe) et Bachar doit partir pour que cesse le massacre de son peuple.
    A l’épisode suivant, et cela jusqu’à l’intervention russe, cet argument est devenu : Bachar, le tyran sanguinaire qui refuse obstinément de partir, a suscité LE terrorisme, qui va désormais jusqu’à frapper la France chez elle (Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice). Pour éradiquer LE terrorisme la condition première est que Bachar doit partir.
    Je note deux traits marquants de cet épisode.
    D’abord le caractère crescendo et centrifuge de l’acte terroriste même, propre à introduire un élément de suspense dans le récit. D’abord est frappé un groupe de journaliste au cœur de la France (Charlie Hebdo), puis toute la société (Bataclan), ensuite toute la France (Nice).
    C’est grâce à cette progression en crescendo que l’émotion du suspense va pouvoir être relancée régulièrement grâce à des attentats moins spectaculaires (Carcassonne et Trèbes pour les derniers en date) mais dont l’impact sera amplifié par le chœur des médias.
    Ensuite est posé ce que j’appelle une « balise de rebondissement », laquelle n’a en apparence rien à voir avec les attentats en France, puisqu’elle apparaît sur le théâtre même de la guerre en Syrie, mais qui va rajouter à l’émotion générale par sa connotation historique particulière. Cette balise est donc bien destinée à faire rebondir le scénario lors d’un épisode suivant.
    Il s’agit de la première « attaque au gaz » de la Ghouta, péripétie dont on peut se demander si l’échec des représailles auxquelles elle a donné lieu n’avait pas été lui aussi anticipé, l’essentiel étant de conditionner les foules à une trame d’horreur émotionnellement réprouvée (le gazage des soldats pendant la première guerre mondiale et celui, largement mythifié*, des juifs durant la deuxième) qui pourrait aussi se reproduire chez elles en plein cœur de leur époque.
    Justement, le succès de l’intervention russe à partir de 2015, lequel n’avait pas été prévu, va permettre de relancer avec componction dans le réel cette filière du scénario.
    L’argument du nouvel épisode va désormais être :
    Bachar, l’exterminateur au gaz, ne va pas partir car le régime de Poutine le soutient avec tous ses moyens militaires et lui a assuré en plus le renfort des mystérieux mercenaires du Hezbollah et de l’Iran.
    Poutine est le vrai responsable de l’extermination au gaz, il faut DONNER UNE LECON à Poutine (le faire reculer ? Lui livrer une guerre totale ? Cette péripétie n’est pas spécifiée dans le script) pour faire enfin partir Bachar et ses sbires sans oublier de détruire ses stocks de gaz cachés dont tout le monde connaît l’existence.
    Le point essentiel de cet épisode -et que personne n’a relevé- est l’escamotage progressif DU terrorisme tel qu’il existait dans les épisodes précédent.
    Daech et Al Kaida s’estompent sur la route poudreuse, emmené par leurs autobus (la caravane du spectacle ?) et deviennent insensiblement -comme Mister Hyde reprend la forme du Docteur Jekill- des  »combattants exfiltrés » voire carrément des RESCAPES du couple gazier Bachar / Poutine, ce dernier portant de plus en plus visiblement la culotte (l’aspect boulevardier du feuilleton).
    Entre alors en scène les protecteurs des rescapés, LES ALLIES, dont la présence en tant qu’acteurs n’avait été jusqu’alors que mentionnée sur le carton qui ouvrait le premier épisode du film.
    Tout le monde comprend que désormais les rescapés et les alliés ne forment plus que la même entité pour lutter contre Bachar, le second couteau du mal et ses propres alliés (et qui ne veut toujours pas partir, prêt à tout).
    C’est que dans l’autre acte et l’autre décor de l’épisode, en Europe, LE terrorisme a changé de nature et de visage. Avec l’affaire Skripal il est devenu l’énorme péril pour tous que représente l’attaque au gaz là où Poutine, le nouvel Hitler, le veut et quand il le veut.

    Où tout cela nous mène, si l’on s’en tient simplement à ce qui a déjà été plus ou moins bien écrit ?
    Ici, seule mon imagination travaille et je suppose simplement que, le réalisateur du film étant à l’hôpital pour cause d’une grave intoxication au fruits de mer (!), son assistant (moi-même) a pris sa place avec tous les moyens de la production mis à sa disposition.
    Pour des raisons liées à la mauvaise conjoncture économique, la prod me signale d’ailleurs avec inquiétude que nous avons déjà largement dépassé notre budget. Il est temps de conclure le film.
    A ce niveau du feuilleton je dois reprendre l’argument là où mon prédécesseur l’a laissé et tenir compte des annotations qu’il a laissé sur le script.
    J’ai donc Poutine, le nouvel Hitler, qui a impulsé une campagne terroriste au gaz en Europe alors que les alliés continue la lutte contre Bachar, le lieutenant de Poutine, et ses mercenaires libanais et iraniens.
    Justement, des notes en bas de page sur le script me rappelle que le Hezbollah et l’Iran traînent une vieille réputation d’entités de la terreur dans l’imaginaire occidental.
    Ces entités sont d’obédience musulmane et, vu l’importance des communautés musulmanes en Europe de l’ouest -notamment en France- et la perception sans nuance de l’islam par les populations, il sera facile par les moyens déjà éprouvés de déplacer le curseur DU terrorisme aussi sur leurs têtes.
    Je décide alors de lancer un coup de poker pour le dernier épisode, une offensive générale du trust du Bien contre le cartel du Mal, laquelle, si elle n’aboutit pas à un conflit apocalyptique général, permettra au moins de poser un cordon sanitaire infranchissable autour de Poutine et ses nervis (je vous rappelle ici, au cas où vous l’auriez oublié, que je suis ne suis qu’un assistant de seconde zone, écrivain raté et nul en sciences humaines, notamment en économie).
    Surtout, je pense par ce moyen au moins préserver nos têtes de pont au Moyen-Orient, quitte à régler par exemple le problème palestinien de manière brutale voire localement apocalyptique pour le coup. Le choc émotionnel subi par l’occident le permettra. J’en suis convaincu comme un âne bête qui sait écrire.
    Mais comment produire un tel choc en tenant compte de ce qui a été déjà fait et avant l’échéance majeure que constitue le mondial de foot en Russie ?
    En fait, je sais de quoi il s’agit, mais simplement l’évoquer me rappelle brutalement que tout ceci n’est pas qu’un mauvais film.
    Les notes du directeur en bas de page comportaient aussi l’adresse d’une notice de Wikipédia à consulter, sur un attentat fameux qui s’était produit il y a 23 ans exactement… au Japon…
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_au_gaz_sarin_dans_le_m%C3%A9tro_de_Tokyo
    Nous ne sommes pas tous des Karl Rove mais j’ai l’impression, hélas, que beaucoup le sont.
    THE END.

    *J’ai dit « mythifié » et non « mythique » et encore moins « mystifié », car je suis procédurier et prudent (voyez ce que je veux dire).

    Aimé par 3 personnes

  3. « presque aucun officier n’est prêt à accepter d’aller guerroyer contre la Russie ou l’Iran? »

    S’ils pouvaient aussi s’abstenir pour la Syrie, ça éviterait quelques distributions de médailles en choco.

    Fini la Deutschland et la vilaine Albion.. notre Ministère de la Défense (depuis Kouschner) transformée en Ministère de l’Agression des Pays Pauvres (MAPP) « pour raisons humanitaires mon oeil ».. pour le compte des Zuesses.

    Aimé par 1 personne

  4. Dans le meilleur des mondes (Aldus Huxley ,1930), si mes souvenirs sont exacts, le soma est la petite pilule que l’on croque pour faire passer les sensations désagréables émanant du monde extérieur ou intérieur, plus rarement car chacun étant à sa place et programmer pour trouver que sa place est satisfaisante mis à part les mâles alpha tant qu’ils ne remettent pas en cause les dogmes fondamentaux. Lorsque la confrontation avec le monde extérieur devient trop désagréable, chacun sait qu’il lui faut avaler quelques somas et c’est comme prendre des congés. Mais la consommation régulière de soma diminue la durée de vie. Quelqu’un a-t-il des informations sur le niveau de consommation de soma dans le bloc où le soleil se meurt ?
    BSM

    Aimé par 3 personnes

  5. traduction :
    Le Pentagone affirme que «la preuve n’est pas vérifiable» La Russie a obtenu des missiles Tomahawk
    Renseignement militaire 23:24 25.04.2018
    WASHINGTON (Reuters) – Le département américain de la Défense n’a pas trouvé de preuves vérifiables à l’appui des affirmations russes selon lesquelles des missiles Tomahawk seraient en sa possession et auraient été capturés en Syrie, a déclaré mercredi le porte-parole du département, Eric Pahon.

    « Sur la revendication que les Russes ont un Tomahawk » intact « , nous n’avons vu aucune preuve vérifiable, autre que des déclarations faites aux médias publics russes », a déclaré Pahon. « Si une telle affirmation était vraie, nous aurions certainement vu la preuve
    Plus tôt mercredi, le chef de la direction générale des opérations de l’état-major russe, Sergey Rudskoy, a annoncé que des spécialistes russes examinaient les missiles de la coalition dirigée par les Etats-Unis capturés en Syrie, notamment les missiles de croisière Tomahawk.

    M. Pahon a indiqué que la Russie utilise une campagne de désinformation pour détourner l’attention d’une complicité morale en soutenant le gouvernement du président syrien Bashar Assad et « les atrocités du régime et le carnage civil en Syrie occidentale ».

    Le porte-parole a réitéré que si les affirmations de la Russie étaient vraies, « nous aurions certainement vu des preuves maintenant, cohérentes avec le mode opératoire normal de la machine de propagande russe ».

    Pahon a également déclaré que la Russie avait perdu son temps en analysant les frappes des Etats-Unis et de ses alliés à la mi-avril, et a exhorté Moscou à concentrer ses efforts sur les livraisons d’aide humanitaire et à pousser Assad à résoudre pacifiquement le problème. conflit en Syrie.

    Le 14 avril, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené des attaques contre la Syrie après des informations faisant état d’une attaque chimique dans la ville de Douma, qu’ils ont reprochée au gouvernement syrien.

    Le gouvernement syrien et la Russie ont réfuté les allégations, affirmant que l’attaque avait été organisée par le groupe terroriste Jaish al-Islam pour justifier une intervention étrangère en Syrie, et ont condamné les frappes occidentales comme étant menées en violation du droit international.

    Aimé par 1 personne

  6. de l’autre côté, les nord-américains commencent à faire prendre conscience à leur population qu’ils ne sont plus tous seuls sur la shiny hill! 🙂

    http://www.thedrive.com/the-war-zone/20404/american-general-says-adversaries-are-jamming-ac-130-gunships-in-syria

    qui connait ce site internet? (aperçu sur fil twitter)

    et toujours la monstrueuse inversion de la réalité:

    ‘Russia, which already appears to be waging a hybrid conflict against the United States in the country (Syria), is very likely behind these attacks.’

    les mauvais joueurs..

    Aimé par 3 personnes

    • C’est une problématique très importante. L’obssession des références dans les travaux scientifiques ou académiques et des sources dans le traitement ou l’analyse de l’ information.
      Un cadre étriqué entravant la pensée ou la réflexion que l’on doit à la scolastique stérile du Moyen-âge, elle-même issue du référencement des clercs musulmans de la décadence (compilateurs compulsifs et impulsifs rejettant toute nouveauté comme une hérésie)…
      Je me rappelle avoir très mal toléré le cadre fort étriqué du monde universitaire.
      Ce n’est pas parce que personne n’a decouvert une cité celtique en Numidie ou en Zeugitane qu’elle n’existe pas (il en existe une au demeurant: Celtianis) ou parce que les fragments ou traductions altérés de Platon ou Aristote sont pleines de réification que l’on ne ressens pas une idée sous-jacente qu’aucun expert n’ose évoquer.
      Je reviens à mes sources.
      Je tiens un blog. Je ne suis pas journaliste.
      Aucune idéologie, aucune appartenance (sauf une minorité non pro de parachutés)…l’esprit de caste prédomine toute sorte d’allégeance.
      Des gens appartenant à des camps rivaux voire ennemis échangent entre eux un tas d’infos officieusement et se foutent ouvertement des politiques suivies par les cons au pouvoir.
      Je vais être plus précis: en 2005 des analystes US échangeaient officieusement et c’était interdit par leur reglementation leur opinion et états d’âme sur des blogs privés (accès restreint)…c’était des experts qui maudissaient leurs élites corrompues.



      Je saute.
      En France les 300 imbéciles heureux qui ont signé une pétition psyop sur un nouvel antisémitisme savent-ils ce que pensent réellement les officiers supérieurs des armées françaises sur leur compte?
      Savent-ils que presque aucun officier n’est prêt à accepter d’aller guerroyer contre la Russie ou l’Iran?
      Que les 3/4 considèrent la France comme un pays sous occupation depuis Sarko? Qu’ils méprisent au plus haut point les 300 signataires?
      Non.
      Ils n’en savent rien.
      Le nouvel antisionisme au sein de l’Armée française est bien plus répandu que la memoria nazie au sein de la Bundeswehr.
      Les médias formatent.
      Nous ici on débat de choses que personne ne veut évoquer.

      Les AC-130 gunship sont une cible prioritaire des forces russes en Syrie.
      Leur rôle dans l’incident Wagner leur confère désormais le statut de cible légitime.

      Aimé par 1 personne

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.