Analysis

Gender Confusion in the American Deep State

In recent airstrikes against the Syrian government ,the military brass urged the White House to exercise restraint. Meanwhile, various liberal academics who are committed to “global understanding” allege that the President is “soft on the Russians” and not confrontational enough. What is happening in the American deep state? Things seem completely out of whack.

The tension between the U.S. military and the  U.S. intelligence community has been longstanding. Disagreements on foreign policy can often be interpreted as these two powerful camps, within the federal structure, pushing for their own methods and opposing those of the other.

In recent years, it  has become clear that both the Pentagon and Langley are no longer occupying their traditional cold war roles. The military and the intelligence communities of the United States, the “bad cop” and “good cop” of US relations with the world, are in crises of identity. The “gender roles” of U.S. foreign relations are being reconfigured in a new context, defined by the changing ideological character of geopolitical tension.

The Male and Female Side of Empire

The modern “deep state” emerged in its current incarnation in the aftermath of the Second World War. The Pentagon was constructed in 1941, while the U.S. Central Intelligence Agency (CIA) was formed in 1947.  As the Cold War moved into full swing, these two very distinct headquarters struggled and collaborated in order to define U.S. foreign policy.

The United States Armed Forces has been associated with the crass use of force and displays of strength. They are also closely tied with the very profitable industry of weapons manufacturing. The Pentagon brass is unconcerned with whether or not the USA is popular around the world. As articulated in slogans like “Peace Through Strength” and “Shock and Awe” the Generals simply want opponents of U.S. power to be terrified and intimidated.

Mocking the Pentagon as a stronghold of “toxic masculinity” has been a favorite pastime of Hollywood liberals and peace activists. The Pentagon is seen as a group of rowdy aggressive boys who are excited to show off the size of their bombs and missiles, and looking for any opportunity to appear on TV and boast about their latest battlefield accomplishments.

The Pentagon was responsible for the massive bombing campaigns that killed millions in Vietnam and Korea, as well as the highly expensive escalation of the Cold War nuclear arms race. In the past, voices associated with the U.S. military were not subtle in criticizing presidents such as Kennedy and Carter, who seemed reluctant to provide the massive confrontations they seemed to have desired. Kennedy’s speeches about “those who make peaceful revolution impossible make violent revolution inevitable” and his refusal to send troops into Cuba, made him quite unpopular with the Pentagon brass. Jimmy Carter’s Strategic Arms Limitation Talks (SALT) were openly condemned by military voices, many of whom appeared to be solidly behind Ronald Reagan in the 1980 election.

Intelligence agencies seem to have a much opposite personality, and a different reputation, which places them closer to the feminine archetype. The CIA is led by graduates of Harvard and Yale who have spent years carefully studying the art of asserting U.S. power in deniable, and untraceable ways. Intelligence strategies involve “soft power” and methods that allow the USA to appear benevolent and completely unselfish as opponents are quietly liquidated and competitors are removed from the global stage.

The CIA wants the world to believe the USA is a kind, charitable country that just wants to “promote human rights” and eradicate poverty. The intelligence community strives to make sure that their role is as unknown and invisible as possible. Much of the CIA’s activities during the Cold War involved programs like the Congress for Cultural Freedom, funding art galleries and music concerts, and the manipulation of the media like in the  infamous “Project Mockingbird.” Intelligence agencies spent millions of dollars studying potential uses for hallucinogenic drugs and telepathy. The CIA invested millions of dollars into coordinating with anti-Communist left-wing figures like Sidney Hook and the creators of Partisan Review magazine.

American intelligence services certainly have carried out bloodthirsty coups, in which thousands died, but their roles have always been obscured; somebody else always did the dirty work, while they functioned quietly in the background. For example, in 1965, the CIA worked to arrange the overthrow of Indonesian President Sukarno and the rise of the military dictator known as Suharto. The CIA’s allies went beyond simply toppling the elected government and began conducting a mass genocide against ethnically Chinese communities. The mass killings left rivers near the Indonesian capital clogged with corpses.

However, as over 500,000 people were killed, American media presented the bloodbath as if the U.S.A. had no role. This was just a tragic episode of Indonesians killing each other. The specific details about the CIA arming, training, and directing the Indonesian military did not emerge until decades later. Interestingly, Barack Obama was living in Indonesia as a small child when these events occurred. His mother was married to a top Indonesian military officer.

Forget Dr. Strangelove…

During the cold war, the ideology of the enemy was Marxism-Leninism. The military and the intelligence agencies constructed their seemingly masculine and feminine roles in relation to this clearly defined opponent. The Pentagon were fanatical anti-communists, who embraced the ideals of capitalism, the traditional family, and the Republican Party. They hated communism with every bone in their bodies and wanted to destroy anything that was “socialistic” or “left-wing,” resembling the enemy.

The CIA, on the other hand, had the task of figuring out why people around the world might be attracted to Communism, and how they could be carefully redirected or manipulated. The intelligence agencies had the task of maneuvering within dissident circles, manipulating ideological cracks within Marxism, and cultivating relationships with intellectuals and artists who might otherwise become Communists. The CIA often favored portrayals of the U.S.A. as  having a “liberal” and “sensitive” side, and not being the brutal capitalist-imperialist power the Marxists claimed.

Intelligence agencies often wanted the U.S. to be more liberal domestically. The CIA was fully aware that Jim Crow segregation and racism were publicized by the Soviet Union in order to demonize the United States. While the Pentagon rightists felt Martin Luther King Jr. was helping the Communists by stirring up unrest, often the CIA worked to highlight the Civil Rights Movement and various liberals reforms in order to counter the Soviet narrative, and help the image of the United States.

In the 21st century, these roles are being widely redefined. The Pentagon sees extremely conservative forces dubbed “radical islam” as a primary battlefield enemy. In light of this enemy, not surprisingly, the U.S. military now allows gays and lesbians to openly serve in its ranks. The U.S. military is now confronting its internal problems with sexual harassment and rape, and working to create a better atmosphere for women. The once masculine bastion of “peace through strength” is increasingly launching programs related to ecological sustainability, and promoting international cooperation.

Meanwhile, the “soft power” department of US foreign policy is becoming less “soft.” During the Bush years, the CIA conducted a torture program. Psychologists were hired in order to determine how to effectively subject people to physical pain and suffering in order to gain information. The newly appointed CIA director, Gina Haspel, has been widely linked to the controversial program.

In Afghanistan, CIA officers continue to die on the battlefield, where they are embedded with armed fighting groups, according to the New York Times. Unlike the Cold War days in Eastern Europe, the “soft power” allies of the United States utilized to topple independent governments are not the idealistic youth, who want Beatles music and freedom of speech, but rather, fanatical Wahabbi extremists who seek to establish a Sunni Caliphate. The “Free Syrian Army,” among the various religious extremists the CIA has worked with in Syria and Libya, are not liberals at all, but some of the most fanatically religious, conservative and bloodthirsty forces in the world today. Rumors persist that Obama’s CIA director, John Brennan, converted to Wahabbi Islam during his years working from Riyadh.

The deep state confusion seems to have come to the surface most visibly with April’s airstrikes against the Syrian Arab Republic. As it is widely reported in the U.S. media,  the Pentagon urged restraint from President Trump, not wanting to do anything that would result in a direct confrontation with Russian forces stationed in Syria to support the government. Anyone familiar with U.S. Cold War culture can tell you that the Pentagon urging restraint, in order to avoid fighting the Russians, just doesn’t fit standard procedure. What happened to Dr. Strangelove? Even more curiously, the loudest voice criticizing the U.S. attack and questioning regime change narratives was right-wing FOX News host, Tucker Carlson.

Meanwhile, the voices urging an escalation against Syria and Russia came from foreign policy think-tanks, liberal “activist” types; the voices more commonly aligned with the intelligence community. A barrage of articles in BBC, Vice News, the Guardian, the Intercept, and a variety of outlets not considered to be right-wing or hardline, urged the western public to ignore any questions about the reports about Douma as “conspiracy theories.” Linda Sarsour, the Arab American leader of the “Women’s March” and darling of New York City’s “socialists” has led demonstrations calling for more aggressive actions against Syria.

The Geopolitical Re-Alignment Behind the Confusion

Underlying all this confusion within the American deep state is a global realignment. The 1917 revolution in Russia put Communists into control of a significant amount of territory for the first time in world history. In 1928, Stalin launched his Five Year Plans, and Russia and the surrounding countries industrialized, creating a state-run, non-capitalist economy.

In order to carry out these mass construction projects and bring Soviet society into order, Stalin broke with the social-liberalism that had previously defined the Marxist movement. Stalin outlawed abortion and homosexuality, and began to glorify “The Soviet family.” Soviet films began appealing to Russian heritage, and during the Second World War, often medieval Czars who engaged in conquest were invoked as national heroes.

After the Soviet Union’s victory over the Nazis, non-capitalist economies began to emerge throughout the world. In 1949, China began constructing a socialist economy. The Baathist Arab states emerged during the Cold War, and the Islamic Republic of Iran was created following the 1979 revolution. Gradually, and most especially following the fall of the Soviet Union, “socialism” i.e. economies that function according to central planning, not the chaos of the market, became almost completely disconnected from social liberalism and the cultural interpretation of Marxism.

Today, people in developing countries rally behind Communists, Bolivarians, Baathists, and Shia Muslims, not because they wanted to rebel against tradition, but rather in order to defend it against the chaos and insecurity associated with the western capitalist system. The Chinese Communist Party has repudiated the Cultural Revolution and the Gang of Four, and now promotes a revival of Maoist ideology alongside an upsurge of Confucianism. Iran’s state run economy calls itself “not capitalism, but Islam.” Even the Bolivarian countries of South America, while utilizing explicitly Marxist rhetoric, promote Roman Catholicism and maintain bans on abortion.

The Pentagon and the U.S. intelligence agencies no longer have the explicit task of destroying Marxism-Leninism. In fact, they are increasingly not even tied in with specific US interests. The intelligence community and the U.S. armed forces are tasked with defending the “open international system” of free markets and social liberalism. The enemy is not a specific ideology but “populist” regimes that would stand in the way of free trade and the globalist atomization of human society. While “populists” cling to a particular identity or people, the U.S. deep state is committed to one global community in which individualism triumphs over all else, and any concept of community or solidarity is shattered.

So, how do the sectors of the American deep state play the role of “good cop” or “bad cop” in this new geopolitical context? How can the hawkish Pentagon be “conservative” when wars are waged in the name of promoting a liberal social agenda? How can the soft-power CIA be “liberal” when its assigned task is perfecting methods of torture, and unleashing the most bloodthirsty and primitive minded forces of destruction, shattering societies and dissolving them into the “open international system?”

These are the questions that the American deep state cannot clearly answer. The confused and disorganized nature of recent foreign policy debates can be interpreted in this context.

Caleb Maupin

New Eastern Outlook Magazine

Direct Link here below:
https://journal-neo.org/2018/04/30/gender-confusion-in-the-american-deep-state/

Publicités

Catégories :Analysis

6 réponses »

  1. la bagarre n’est pas uniquement entre le Pentagon et Langley,
    mais aussi entre Langley et la NSA:

    d’une, Strategika vous nous avez fait part récemment d’une fusillade, type ‘règlement de compte à Langley-Corral’.
    (c’était au siège de la NSA?)

    de deux, le directeur de la cia de 2016, john brennan, était partie liée avec la PsyOp du Russiagate ;
    alors que le directeur de la NSA, l’amiral Mike Rogers, est allé informé le président-élu Donald Trump courant novembre 2016 que son équipe était sur écoute, par le GCHQ anglais, sur décision d’obama.

    https://theconservativetreehouse.com/2018/01/05/operation-condor-how-nsa-director-mike-rogers-saved-the-u-s-from-a-massive-constitutional-crisis/

    Aimé par 2 personnes

  2. https://www.veteranstoday.com/2018/05/01/hayden/

    à propos du général michael hayden, directeur nsa 1999-2005, directeur cia 2006-2009:

    ‘In a conversation with Veterans Today Editor Gordon Duff, who has hung around with high-level military and intelligence insiders, Kevin Barrett once asked: In the immediate aftermath of 9/11, why did the huge majority of top military and intel people go along with the official story, which (as you just admitted) they knew to be a lie? Gordon’s answer: the only alternative was civil war.’

    bon, au lieu de jouer aux Mujahideen dans les montagnes de l’Indou Kouch, qu’est-ce qu’ils attendent les jeunes de l’US Marines? personne ne leur a encore expliqué qu’ils vivent sous une dictature, depuis le coup d’État permanent avec l’activation de la procédure de Continuity of Government le 11 septembre 2001? (COG).

    Aimé par 2 personnes

  3. Carter Ham est allé plus loin. Il a refusé de soutenir des « terroristes » (c’est sa description) qu’il a combattu en Af et en Iraq et a emis une longue série de recommandations remettant en cause la prévalence de « conneries » (Bullshit dans le rapport) élaborées par des civils dogmatistes et défendant une idéologie et bien qu’étant un professionnel de la guerre, il a conclu que la stratégie US devait revenir aux militaires sous peine d’un désastre d’une ampleur majeure.

    C’est convenu!

    Aimé par 2 personnes

  4. Strategika, vous nous avez expliqué, raconté récemment votre propre enquête sur l’assassinat du Commandant Massoud le 9 septembre 2001, alors est-ce que vous avez entendu parler de cette histoire-là?

    Comment les hommes d’Al-Qaida sont arrivés au pouvoir en Libye

    http://www.voltairenet.org/article171315.html

    L’article explique l’histoire d’alqaeda en Libye, c’est votre avis sur l’extrait suivant qui m’intéresse! 😉

    ‘Le général Carter Ham, commandant de l’Africom, chargé de coordonner l’opération alliée en Libye, exprime ses interrogations quant à la présence parmi les rebelles qu’on lui demande de défendre des jihadistes d’Al-Qaida qui ont tué des GI’s en Afghanistan et en Irak. Il est relevé de sa mission qui est transmise à l’OTAN.’

    bien entendu, si vous avez des correctifs à apporter aux faits racontés par Thierry Meyssan, ou d’autres informations non publiées par Meyssan, yé soui preneur.

    travail en groupe: on vous apporte des histoires, vous les améliorez!
    en attendant l’histoire de l’Antarctique. mais chez les conspiracy nuts, on est patients 🙂

    Aimé par 2 personnes

  5. ….  » le «système international ouvert»?  » ou la « Mondialisation » ?…. Les espions, les « guenillous » de Marx ( « lumpen prolétariat  » ) ont toujours figuré les « Gardiens du Temple » ( où ils n’entraient jamais ! ) , champions du conservatisme le plus verrouillé !… Marcus Wolf en a fait l’amère expérience, après la chute du Mur au lieu de prendre la tête d’un vaste mouvement de réforme, il dut assister au dépeçage et à l’annexion de la RDA et fut lui-même traité comme un criminel !… ( Se repasser « la Grève », le premier long-métrage ( et chef d’oeuvre ) d’Eisenstein en 1925 … )

    Aimé par 2 personnes

  6. traduction :
    Lors de récentes frappes aériennes contre le gouvernement syrien, les militaires ont exhorté la Maison Blanche à faire preuve de retenue. Pendant ce temps, divers universitaires libéraux qui se sont engagés à « la compréhension globale » allèguent que le président est « doux avec les Russes » et pas assez conflictuel. Que se passe-t-il dans l’état profond américain? Les choses semblent complètement déréglées.

    La tension entre l’armée américaine et la communauté américaine du renseignement existe depuis longtemps. Les désaccords sur la politique étrangère peuvent souvent être interprétés comme ces deux camps puissants, au sein de la structure fédérale, qui poussent pour leurs propres méthodes et s’opposent à ceux de l’autre.

    Ces dernières années, il est devenu clair que le Pentagone et Langley n’occupent plus leurs rôles traditionnels de guerre froide. Les communautés militaires et du renseignement des États-Unis, les «mauvais flics» et les «bons flics» des relations américaines avec le monde, sont en crise d’identité. Les «rôles de genre» des relations extérieures des États-Unis sont reconfigurés dans un nouveau contexte, défini par le caractère idéologique changeant de la tension géopolitique.

    Le côté masculin et féminin de l’Empire

    L ‘«état profond» moderne a émergé dans son incarnation actuelle au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le Pentagone a été construit en 1941, tandis que la CIA (Central Intelligence Agency) américaine a été créée en 1947. Alors que la guerre froide battait son plein, ces deux quartiers généraux très distincts se débattaient et collaboraient pour définir la politique étrangère américaine.

    Les forces armées des États-Unis ont été associées à l’utilisation grossière de la force et aux démonstrations de force. Ils sont également étroitement liés à l’industrie très rentable de la fabrication d’armes. Le bras du Pentagone ne se soucie pas de savoir si les Etats-Unis sont populaires dans le monde. Comme l’expriment des slogans comme « Peace Through Strength » et « Shock and Awe », ( « la paix par la force » et « Choc et effrois » ) les généraux veulent simplement que les opposants au pouvoir américain soient terrifiés et intimidés.

    Se moquer du Pentagone en tant que bastion de la «masculinité toxique» a été un passe-temps favori des libéraux et des activistes de la paix d’Hollywood. Le Pentagone est considéré comme un groupe de garçons agressifs et turbulents qui sont excités de montrer la taille de leurs bombes et de leurs missiles, et qui cherchent des occasions de se produire à la télévision et de se vanter de leurs dernières réalisations sur le champ de bataille.

    Le Pentagone était responsable des campagnes de bombardements massives qui ont tué des millions de personnes au Vietnam et en Corée, ainsi que de l’escalade très coûteuse de la course aux armements nucléaires de la guerre froide. Dans le passé, les voix associées à l’armée américaine n’étaient pas subtiles pour critiquer des présidents tels que Kennedy et Carter, qui semblaient réticents à fournir les confrontations massives qu’ils semblaient avoir souhaitées. Les discours de Kennedy sur «ceux qui rendent la révolution pacifique impossible rendent la révolution violente inévitable» et son refus d’envoyer des troupes à Cuba le rendait très impopulaire auprès des cuivres du Pentagone. Les discussions sur la limitation des armements stratégiques de Jimmy Carter (SALT) ont été ouvertement condamnées par des voix militaires, dont beaucoup semblaient être solidement derrière Ronald Reagan aux élections de 1980.

    Les agences de renseignement semblent avoir une personnalité opposée et une réputation différente, ce qui les rapproche de l’archétype féminin. La CIA est dirigée par les diplômés de Harvard et de Yale qui ont passé des années à étudier soigneusement l’art d’affirmer le pouvoir des États-Unis de manière dénonciatrice et non traçable. Les stratégies de renseignement impliquent un «soft power» et des méthodes qui permettent aux États-Unis de paraître bienveillants et complètement altruistes, les opposants étant discrètement liquidés et les concurrents retirés de la scène mondiale.

    La CIA veut que le monde croie que les États-Unis sont un pays charitable et gentil qui veut juste « promouvoir les droits de l’homme » et éradiquer la pauvreté. La communauté du renseignement s’efforce de s’assurer que son rôle est aussi inconnu et invisible que possible. Une grande partie des activités de la CIA pendant la guerre froide comprenait des programmes comme le Congrès pour la liberté culturelle, le financement de galeries d’art et de concerts, et la manipulation des médias comme dans le fameux « Project Mockingbird ». drogues hallucinogènes et télépathie. La CIA a investi des millions de dollars dans la coordination avec des personnalités de gauche anticommunistes comme Sidney Hook et les créateurs du magazine Partisan Review.

    Les services de renseignement américains ont certainement effectué des coups d’État sanglants, au cours desquels des milliers de personnes sont mortes, mais leurs rôles ont toujours été obscurcis; quelqu’un d’autre a toujours fait le sale boulot, alors qu’ils fonctionnaient tranquillement en arrière-plan. Par exemple, en 1965, la CIA a travaillé pour organiser le renversement du président indonésien Sukarno et la montée du dictateur militaire connu sous le nom de Suharto. Les alliés de la CIA sont allés au-delà de simplement renverser le gouvernement élu et ont commencé à mener un génocide de masse contre les communautés ethniques chinoises. Les massacres de masse ont laissé des rivières près de la capitale indonésienne encombrées de cadavres.

    Cependant, alors que plus de 500 000 personnes ont été tuées, les médias américains ont présenté le bain de sang comme si les États-Unis n’avaient aucun rôle à jouer. C’était juste un épisode tragique d’Indonésiens qui s’entretuaient. Les détails spécifiques sur l’armement, la formation et la direction de l’armée indonésienne par la CIA ne sont apparus que des décennies plus tard. Fait intéressant, Barack Obama vivait en Indonésie comme un petit enfant lorsque ces événements se sont produits. Sa mère était mariée à un officier supérieur indonésien.

    Oubliez le Dr Strangelove …

    Pendant la guerre froide, l’idéologie de l’ennemi était le marxisme-léninisme. L’armée et les agences de renseignement ont construit leurs rôles apparemment masculins et féminins par rapport à cet adversaire clairement défini. Le Pentagone était un anti-communiste fanatique, qui embrassait les idéaux du capitalisme, de la famille traditionnelle et du Parti républicain. Ils détestaient le communisme avec tous les os de leurs corps et voulaient détruire tout ce qui était «socialiste» ou «de gauche», ressemblant à l’ennemi.

    La CIA, en revanche, avait pour tâche de comprendre pourquoi les gens du monde entier pourraient être attirés par le communisme, et comment ils pourraient être soigneusement redirigés ou manipulés. Les agences de renseignement avaient la tâche de manœuvrer au sein de cercles dissidents, de manipuler les fissures idéologiques dans le marxisme et de cultiver des relations avec des intellectuels et des artistes qui pourraient autrement devenir communistes. La CIA a souvent favorisé les représentations des États-Unis comme ayant un côté «libéral» et «sensible», et n’étant pas le pouvoir brutal capitaliste-impérialiste que les marxistes revendiquaient.

    Les agences de renseignement voulaient souvent que les États-Unis soient plus libéraux au pays. La CIA était pleinement consciente que la ségrégation de Jim Crow et le racisme étaient annoncés par l’Union Soviétique afin de diaboliser les États-Unis. Alors que les partisans du Pentagone estimaient que Martin Luther King Jr. aidait les communistes en suscitant des troubles, la CIA cherchait souvent à mettre en évidence le mouvement des droits civiques et diverses réformes libérales pour contrer le récit soviétique et aider l’image des États-Unis.

    Au 21ème siècle, ces rôles sont largement redéfinis. Le Pentagone voit des forces extrêmement conservatrices surnommées «islam radical» en tant que principal ennemi du champ de bataille. À la lumière de cet ennemi, il n’est pas surprenant que l’armée américaine permette maintenant aux homosexuels et aux lesbiennes de servir ouvertement dans ses rangs. L’armée américaine est maintenant confrontée à ses problèmes internes de harcèlement sexuel et de viol, et travaille à créer un meilleur climat pour les femmes. Le bastion jadis masculin de «la paix par la force» lance de plus en plus des programmes liés à la durabilité écologique et à la promotion de la coopération internationale.

    Pendant ce temps, le département «soft power» de la politique étrangère américaine devient de moins en moins «souple». Pendant les années Bush, la CIA a mené un programme de torture . Des psychologues ont été embauchés afin de déterminer comment soumettre efficacement les gens à la douleur et à la souffrance physiques afin d’obtenir de l’information. Le nouveau directeur de la CIA, Gina Haspel, a été largement lié au programme controversé.

    En Afghanistan, les officiers de la CIA continuent de mourir sur le champ de bataille, où ils sont intégrés à des groupes de combat armés , selon le New York Times. Contrairement aux jours de la guerre froide en Europe de l’Est, les alliés «soft power» des États-Unis pour renverser les gouvernements indépendants ne sont pas les jeunes idéalistes qui veulent la musique et la liberté d’expression des Beatles, mais plutôt des extrémistes fanatiques wahhabites Califat sunnite L ‘«Armée syrienne libre», parmi les divers extrémistes religieux avec lesquels la CIA a travaillé en Syrie et en Libye, n’est pas du tout libérale, mais certaines des forces les plus fanatiques, conservatrices et sanguinaires du monde aujourd’hui. Les rumeurs persistent que le directeur de la CIA d’Obama, John Brennan, s’est converti à Wahabbi Islam pendant ses années de travail à Riyadh.

    La confusion profonde de l’État semble avoir été la plus visible avec les frappes aériennes d’avril contre la République arabe syrienne. Comme il est largement rapporté dans les médias américains, le Pentagone a exhorté le président Trump à faire preuve de retenue, ne voulant rien faire qui conduirait à une confrontation directe avec les forces russes stationnées en Syrie pour soutenir le gouvernement. Quiconque connaît la culture de la Guerre Froide des États-Unis peut vous dire que le Pentagone exhortant à la retenue, afin d’éviter de se battre contre les Russes, ne correspond tout simplement pas à la procédure standard. Qu’est-il arrivé au Dr Strangelove? Encore plus curieusement, la voix la plus forte critiquant l’attaque américaine et remettant en question les récits de changement de régime était Tucker Carlson, un animateur de FOX News.

    Pendant ce temps, les voix qui réclamaient une escalade contre la Syrie et la Russie provenaient de groupes de réflexion sur la politique étrangère, de types «activistes» libéraux; les voix plus communément alignées avec la communauté du renseignement . Un flot d’articles dans BBC, Vice News, le Guardian, l’Intercept, et une variété de points de vente ne sont pas considérés comme droite ou « ligne dure », a exhorté le public occidental à ignorer toutes les questions sur les rapports sur Douma comme « théories du complot ». Linda Sarsour, la dirigeante arabo-américaine de la « marche des femmes » et chérie des « socialistes » de New York, a mené des manifestations appelant à des actions plus agressives contre la Syrie.

    Le réalignement géopolitique derrière la confusion

    Derrière toute cette confusion dans l’état profond américain se cache un réalignement global. La révolution de 1917 en Russie a mis les communistes en contrôle d’une quantité significative de territoire pour la première fois dans l’histoire du monde. En 1928, Staline a lancé ses plans quinquennaux, et la Russie et les pays environnants se sont industrialisés, créant une économie non capitaliste gérée par l’État.

    Pour mener à bien ces projets de construction de masse et mettre de l’ordre dans la société soviétique, Staline rompit avec le social-libéralisme qui avait auparavant défini le mouvement marxiste. Staline a proscrit l’avortement et l’homosexualité, et a commencé à glorifier « La famille soviétique ». Les films soviétiques ont commencé à faire appel au patrimoine russe, et pendant la Seconde Guerre mondiale, souvent les tsars médiévaux engagés dans la conquête ont été invoqués comme héros nationaux.

    Après la victoire de l’Union soviétique sur les nazis, les économies non capitalistes ont commencé à émerger dans le monde entier. En 1949, la Chine a commencé à construire une économie socialiste. Les États arabes baathistes ont émergé pendant la guerre froide et la République islamique d’Iran a été créée à la suite de la révolution de 1979. Graduellement, et surtout après la chute de l’Union Soviétique, le «socialisme», c’est-à-dire les économies fonctionnant selon la planification centrale et non le chaos du marché, est presque complètement déconnecté du libéralisme social et de l’interprétation culturelle du marxisme.

    Aujourd’hui, les peuples des pays en développement se rallient aux communistes, aux bolivariens, aux baathistes et aux musulmans chiites, non parce qu’ils veulent se rebeller contre la tradition, mais pour la défendre contre le chaos et l’insécurité associés au système capitaliste occidental. Le Parti communiste chinois a répudié la Révolution culturelle et le Gang des Quatre et promeut maintenant une renaissance de l’idéologie maoïste à côté d’une recrudescence du confucianisme. L’économie gérée par l’État iranien s’appelle «non le capitalisme, mais l’islam». Même les pays bolivariens d’Amérique du Sud, tout en utilisant explicitement la rhétorique marxiste, promeuvent le catholicisme romain et maintiennent l’interdiction de l’avortement.

    Le Pentagone et les agences de renseignement américaines n’ont plus la tâche explicite de détruire le marxisme-léninisme. En fait, ils ne sont même plus liés à des intérêts américains spécifiques. La communauté du renseignement et les forces armées américaines sont chargées de défendre le «système international ouvert» des marchés libres et du libéralisme social. L’ennemi n’est pas une idéologie spécifique mais des régimes «populistes» qui s’opposeraient au libre-échange et à l’atomisation mondialiste de la société humaine. Alors que les «populistes» se cramponnent à une identité ou à un peuple particuliers, l’État profond des États-Unis est engagé dans une communauté mondiale dans laquelle l’individualisme triomphe de tout, et tout concept de communauté ou de solidarité est brisé.

    Alors, comment les secteurs de l’État profond américain jouent-ils le rôle de «bon flic» ou de «mauvais flic» dans ce nouveau contexte géopolitique? Comment le Pentagone belliciste peut-il être «conservateur» lorsque les guerres sont menées au nom de la promotion d’un programme social libéral? Comment la CIA soft-power peut-elle être «libérale» quand sa tâche assignée perfectionne des méthodes de torture et libère les forces de destruction les plus sanguinaires et primitives, détruisant les sociétés et les dissolvant dans le «système international ouvert»?

    Ce sont les questions auxquelles l’état profond américain ne peut répondre clairement. La nature confuse et désorganisée des récents débats sur la politique étrangère peut être interprétée dans ce contexte.

    Aimé par 3 personnes

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.