Analysis

Blockchain update: Blockchain worth ’10 times more than the internet’ says Chinese pundit

Comment made during TV debate featuring well-known faces in the blockchain world

 

There’s a lot going on in the world of decentralised networking and not just the daily rollercoaster ride of the cryptocurrency markets. A decade after the mysterious Satoshi Nakamoto first unleashed Bitcoin on an unsuspecting world, the blockchain has grown and branched out and now a thousand flowers blossom, some of them rather peculiar blooms indeed.

Look around and you’ll see that blockchains are apparently the answer to every problem. From replacing the global banking system to guaranteeing the provenance of diamonds to paying your dentist – there’s a blockchain for that.

Overhyped they may be, but blockchains actually are a big deal and they will get bigger. Their potential for secure ‘trustless’ interchange is too great to ignore and once the silliness has died down inevitably some serious use cases will emerge.

Indeed that’s already starting to happen, hence this blog. We’ll be updating this page every few days to reflect the serious innovations bubbling up in this most interesting and volatile of spaces. (Also check out our rolling 5G coverage.)

04/06/18 Blockchain hype is not restricted to fintech startups and dubious cryptocurrency launches. The Chinese government and its supported tech companies now appear to be climbing on board the bandwagon too.

On Sunday, Chen Weihong a presenter on state broadcaster China Central Television (CCTV) – a channel widely seen as a mouthpiece of the government – claimed « the economic value of blockchain is 10 times more than that of the internet ».

His statement came during a discussion about blockchain technology that featured well-known figures in the field such as Canadian author Don Tapscott, who claimed that « we’re moving from an internet of data to an internet of value ».

« No for the first time ever people and organisations can do transactions peer-to-peer, » Tapscott said.

Also present were included Chen Lei, CEO of cloud network firm Xunlei, and Stanford University professor and investor Zhang Shoucheng.

As reported by Coindesk Zhang said: « While the real value of the internet is aggregating individual pieces of information into one place, which is exactly what Google and Facebook does, we are now entering an era where information is being decentralised so that individuals can own their individual data. And that’s the real value of blockchain that makes it exciting. »

Since programmes on CCTV generally reflect the views of the Chinese government the debate was unsurprisingly critical of many of the cryptocurrency ‘initial coin offerings’ (ICOs) that have come up from nowhere to net billions, sometimes on the strength of a single white paper. China implemented a nationwide cryptocurrency ban in February. However, there are plenty of signs that China plans to become a big player in the underlying blockchain technology.

On Saturday Baidu  – the ‘Chinese Google’  – announced a protocol called Super Chain designed to reduce the energy requirement for the blockchain mining process.

Last November the firm unveiled a service called Baidu Jinkuang which would allow users to take advantage of unused computer resources in a peer-to-peer fashion. Baidu is also in the process of creating a blockchain-based photo store that protects owners’ copyright and has ablockchain as a service platform in the offing.

25/05/18 Ayr-based MaidSafe (the inspiration, incidentally, for the ‘new Internet’ Pied Piper in the HBO series Silicon Valley) has come up with what it claims is the most efficient solution yet to the well-known Byzantine Generals problem: achieving consensus across a masterless distributed network in which no one node can be seen as the ultimate source of truth. It’s a system the firm says could replace blockchain consensus for trustless data storage.

MaidSafe has been working on its blockchainless peer-to-peer autonomous data network for more than a decade. Unlike traditional client-server networks, the SAFE Network has no central point of control. Instead, it is made up of users’ own machines which are used to randomly store encrypted chunks of the files uploaded to the network – a little like BitTorrent but without any central trackers and with everything encrypted. The idea is that it allows data storage (and eventually compute) with no single point of failure and in such a way that only the user has total control of his or her data. Only the user can grant access to people and applications that might want to share it. It also has its own integral cryptocurrency which is used to balance the give and take on the network.

Byzantine fault tolerance is a central issue for all decentralised distributed networks. In brief, how without a central point of authority can ‘truth’ be agreed upon? A particular node might be faulty or malicious but while another node nearby will see it as such a third node located in a far-flung part of the network might see it as perfectly fine because of the time taken for messages to traverse the infrastructure. Another way of looking at it is how can the network as a whole be sure of the order in which events happen on it?

This long-standing issue was finally solved by Bitcoin inventor Satoshi Nakamoto via the proof-of-work (PoW) consensus mechanism. Miners compete to be the first to solve a complex mathematical problem for which they are awarded Bitcoin and their particular version of the truth is put forward. The other nodes then come together to accept or reject this version and ultimately the network converges on the one true agreed state that will be used going forward. A key application is to prevent the problem of double-spend, where one might otherwise spend a Bitcoin simultaneously in two places.

But while Bitcoin has been highly successful in this regard the limitations of the blockchain regarding carrying capacity, scalability and throughput have become apparent. Moreover, theenergy-intensive PoW consensus system has led to a high degree of centralisation since only large-scale professional miners with access to the latest ASICs and cheap electricity can now realistically earn Bitcoin in this way.

These issues make blockchains ill-suited as the basis for a data network – the equivalent of the internet or, looking further afield, the sort of heterogeous distributed networks represented by the IoT, the company says.

« The very design of blockchains means that their use case isn’t suited to a global internet that deals with vast amounts of data that needs to be both private and secure, » MaidSafe writes in ablog post.

The SAFE Network actually predates the Bitcoin blockchain by a couple of years but it is still at pre-release alpha stage. One of the key things that have held back progress is the difficulty in achieving a reliable consensus mechanism – the equivalent of PoW. However, this is a nut MaidSafe now claims to have cracked with PARSEC (Protocol for Asynchronous, Reliable, Secure and Efficient Consensus), a new algorithm based on a gossip protocol which the firm will open source under the GPL3 licence.

« It provides network consensus through maths and not through burning huge amounts of electricity, » said CEO David Irvine (pictured).

The blog goes into more detail: « The concept of Byzantine fault tolerance is a crucial one. It means that it is mathematically guaranteed that all parts of the network will come to the same agreement at a certain point in time. Exactly what PARSEC achieves. »

It continues: « With PARSEC, consensus is mathematically guaranteed as certain (as well as having a throughput that dwarfs blockchain tech). What’s more, PARSEC is highly asynchronous. This means that there is no trusted setup nor any synchronous steps involved. »

The company claims that PARSEC, a type of directed acyclic graph (DAG), offers significant advantages over other alternatives to PoW such as Proof of Stake. The nearest competitor would seem to be the Hashgraph DAG, but that has shortcomings when it comes to autonomous data network applications for the IoT, the firm says.

Got any breaking decentralised developments to tell us about? Let us know. (Mature projects with code published on GitHub or similar or a paper reproduced in an established journal please, rather than speculative stuff or coin news.)

https://www.computing.co.uk/ctg/news/3033006/blockchain-update-blockchain-worth-10-times-more-than-the-internet-says-chinese-state-tvhost

 

Publicités

Catégories :Analysis

24 réponses »

  1. Foxhound
    pourquoi les Russes et les Chinois construiraient-ils leurs propres circuits Internet, alors qu’il a été annoncé que les BRICS s’y mettaient aussi ?

    Aimé par 1 personne

    • @sergio
      « pourquoi les Russes et les Chinois construiraient-ils leurs propres circuits Internet, alors qu’… »
      Les Brics signifie en gros Russie+Chine, accessoirement l’Inde, le Brésil. Quand je parle de Russie et de Chine je fais implicitement réference aux Brics.
      Il peut sembler bizarre que le gouvernement chinois s’y mette dans le blockchain, en réalité c’est une démarche qui est parfaitement cohérente.
      L’idée qu’ils ont du blockchaine est double, si certes elle peut présenter un redoutable danger pour l’oligarchie chinoise qui tient tous les leviers du pouvoir à Pekin, cette techno présente néanmoins de gros avantages en termes de potentiel, economique comme financiers.
      Il s’avere que le talon d’achille du Blockchain tient justement de sa force. La clef d’encryption :
      « … to randomly store encrypted chunks of the files uploaded to the network…  »
      Ils vont permettre le Blockchaine mais en interdire certaines clefs d’encryption, d’où cette implication, à des fins d’évaluation. Etant donné que le gouvernement chinois est fortement impiqué dans le développement du calculateurs quantiques ils vont certainement trouver le moyen de casser l’encryption. Il est à ce moment plus que probable que les gouvernement occidentaux vont justement emboiter le pas à la Chine.
      En des temps pas si lointains en France -la bonne démocratie exemplaire dont les gouvernement se permettent toujours de donner des leçons de ‘liberté’ aux autres-, je crois jusqu’au millieu des années 2000, il était interdit de faire usage de certaines clefs d’encryption.

      Aujourd’hui avec la generalisation du trés haut débit, et avec l’arrivée de la 5G l’ultra haut débit et en plus mobile, ça sera un défit majeur pour l’ensemble de l’économie numérique capitaliste.
      Aprés tout ils ne sont pas gener pour interdire les echanges peer to peer, malgrés le fait que la mafia de l’industrie culturelle n’a jamais fait autant de benef. Ils ont pondu des lois Dadvsi, Lopsi, Hadopi, avec un sans blanc de couverture qu’ils appellent « démocratique » mais ils ont bien surprotéger les benefs des delinquants de l’industrie culturelle. Ca s’est passé en France certes, mais au UK c’était pareil, aux USA c’était le Millenium et autres rejouissances contre par exemple la fin de la neutralité du Web.
      A mon avis ils vont tout faire pour bloquer, tout au moins apprvoiser le Blockchaine.

      J'aime

      • Foxhound écrit :
        « … Ils vont permettre le Blockchaine mais en interdire certaines clefs d’encryption, d’où cette implication, à des fins d’évaluation. Etant donné que le gouvernement chinois est fortement impiqué dans le développement du calculateurs quantiques ils vont certainement trouver le moyen de casser l’encryption. … »

        alors là! c’est du pas croyable, de plus en plus fort les Chinois… c’est un bond en avant d’au moins un siècle!

        autre sujet :
        as-tu lu les déconvenues : ce gros titre paru dans PressTV
        « … L’US Air Force interdit le déploiement de ses bombardiers B-1,

        Pour des raisons de sécurité, l’US Air Force a temporairement interdit de vol tous ses bombardiers B-1B Lancer.
        L’US Air Force a cloué au sol tous les bombardiers à longue portée B-1B Lancer, une composante majeure de la flotte américaine, pour des raisons de sécurité, a annoncé vendredi l’armée de l’air américaine.
        « À la suite de l’atterrissage d’urgence d’un B-1B à Midland, au Texas, lors d’un test de sécurité, un problème avec le siège éjectable a été découvert », a déclaré le porte-parole de l’Air Force, William Russell.
        « Lorsque le problème sera résolu, les avions reprendront leurs vols », a-t-il indiqué.
        Deux officiels de l’US Air Force ont déclaré à CNN que bien que les B-1 soient actuellement déployés sur la base aérienne d’al-Udeid au Qatar, ils ne participent pas aux opérations en Irak, en Syrie et en Afghanistan.
        Le problème technique des B-1 a été signalé pour la première fois par le web site de Military.com. … »

        après le F-35, c’est la série qui continue ?

        Aimé par 2 personnes

        • @sergio
          « …de plus en plus fort les Chinois…  »
          Les dirigeants chinois sont surtout connus, et reconnus pour etre de gros truands.

          « ….as-tu lu les déconvenues : ce gros titre paru… »
          Ces problemes sont reccurents et touchent toutes les armées du monde, tous les matériel de guerre sans exception. Le TU-160 Blackjack -seul equivalent du B1 au monde- a eu aussi son lot de gros problèmes. Les avions russes connaissent eux aussi des avaries trés grave -meme si c’est pas crié sur les toits-, par exemple 40% de la flotte de SU-30 MKI indienne était un moment clouée au sol, du fait de gros problèmes de fiabilités sur les moteurs. Le Rafale a été aussi victime d’avarries, rappelle toi dans les années 80 et 90 ils étaient souvent critiqué. Le EAF Typhoon on en a parlé ici recemment. Le F-22, comme le J-20, et SU-57 souffrent de gros problèmes. Je sais que les avions russes et chinois, n’ont meme pas encore integrés les moteurs qui étaient initialement prévus. Le WS-15 se fait toujours attendre pour le J-20, de meme que le izdeliye 30 -pour l’avion russe- dont la production est retardée, suite aussi à de nombreux problèmes.

          « …après le F-35, c’est la série qui continue ? »
          A la différence du B1-B qui lui est mature il date depuis le milieu des années 70, le F-35 c’est pas du tout la meme chose, parce que c’est une compilitation d’erreurs, en definitive c’est un gros problème de conception.

          J'aime

  2. Bitcoin est intenable à cause de la trop grande consommation électrique nécessaire à son avenir (consommation électrique actuelle équivalente à celle de la Hongrie, consommation électrique future intenable >>> écroulement du système), voir article dans l’un des derniers « Pour la Science » ou bien « La Recherche » (désolé, j’interviens à la va vite, de mémoire, sans sourcer précisément, c’est juste pour faire passer rapidement cette observation « de bon sens » presque complètement inaperçue, si intéressé chercher c’est assez facile).

    Aimé par 1 personne

    • Bitcoin est certes intenable à cause de sa consommation électrique actuelle il est aussi limité par le nombre de transaction par seconde (+ ou – 8 transaction par seconde ) mais il se met au point un système dit de seconde couche qui permettrait de solutionner ces problème .
      Bitcoin n’est donc pas encore mort !

      J'aime

      • Désolé cher roc, mais non seulement le bitcoin sera prochainement mort, mais la blockchain aussi. DLT is the futur of cryptocurency.

        Distributed ledger technology (DLT) is a digital system for recording the transaction of assets in which the transactions and their details are recorded in multiple places at the same time. Unlike traditional databases, distributed ledgers have no central data store or administration functionality.

        Blockchain is a DLT, but DLT IS NOT A BLOCKCHAIN, DLT is more powerfull and with more scalability.

        J'aime

        • << Distributed ledger technology (DLT) est un système numérique pour enregistrer la transaction d’actifs dans laquelle les transactions et leurs détails sont enregistrés à plusieurs endroits en même temps. Contrairement aux bases de données traditionnelles, les ledgers distribués ne disposent pas de base de données centrale ni de fonctionnalités d’administration.
          Blockchain est un DLT, mais DLT n’est pas un BLOCKCHAIN, DLT est plus puissant et avec plus d’évolutivité. >>
          humm pas sur d’avoir tout compris !

          J'aime

  3. @Foxhound
    la chine peut elle permettre le développement de la blockchaine !
    cela implique une telle décentralisation que le système du centralisme démocratique du partis communiste chinois risque de freiner des quatre fers !
    le partis communiste chinois pourrait se retrouver dans la situation de la dernière dynastie impériale de devoir choisir entre rester au pouvoir en abandonnant des part de souveraineté a des étranger ici les GAFA ou reformer le système et disparaitre .
    Mao avait dit il faut faire une révolution culturelle tout les 20 ans !

    Aimé par 1 personne

    • « …le système du centralisme démocratique du partis communiste chinois risque…  »
      Le régime chinois actuel est aussi communiste, que moi dans le costume d’un moine boudhiste tibétain.
      En Chine le parti communiste chinois a été evincé dés l’arrivée du groupe de canailles qui entouraient Deng Xiao Ping au début des années 70. En gros dés l’agonie de Mao. Ca avait commencé par le retentissant procés de la prétendue « bande des quatres », et notamment la veuve de Mao. A partir de ce moment là les aparatchiks embourgeoisés avaient pris le pouvoir et commencé à progressivement orienter la direction politique et economique du pays vers ce qu’il est devenu aujourd’hui. Une oligarchie parmi les plus implacable, les plus cupides au monde.

      Aimé par 1 personne

    • Les horreurs de cette dite révolution culturelle sont dignes du génocide commis contre les vendéens par les révolutionnaires français. Lire par exemple, les habits neufs du président Mao par Simon Leys, ou bien Ombres chinoises, du même, ou encore Révo.Cul.dans la chine pop. (Anthologie de la presse des gardes rouges), ou même ce Chinois, si vous saviez.

      J'aime

    • La chine, premier exportateur mondial, peut-il se passer des crypto monnaies et de la technologie du « ledger » dans le futur ? Non. Peux-tu imaginer alibaba rester en dehors de cette révolution ? Non.
      Cette technologie a des application infinies comme le négoce des matières premières, assurances,……en fait, toute forme de contrats.

      J'aime

        • « ….mais si cette technologie est ‘craquable’….  »
          Toute technologie humaine est craquable, toute sans exception. Cependant tout dépend du prix pour craquer. En France par exemple jusqu’au millieu des années 2000 certaines clefs d’encryption étaient interdites au grand public, parce que les gouvernements français ne pouvaient pas materiellement casser la protection. Je pense que dans l’absolu ils pouvaient neutraliser ces clefs, cependant les prix étaient exorbitants donc prohibitifs. Alors dans la ‘patrie des droits de l’homme’ les gouvernements avaient preferé en interdire l’usage, dans le but de garantir les profits du cartel l’industrie culturelles, au depens de la population.

          J'aime

  4. La censure devient de plus en plus insuportable dans l’hémisphère occidentale. A tel point que toute critique contre l’état d’Israèl devient non seuluement un blaspheme, mais dans les années qui vont suivre va devenir un délit. Il est raisonable de penser que prochainement ce genre propos pourraient mener à de la prison. Si les critiques contre l’état d’Israèl vont devenir des delits, il en ira de meme pour toute critique contre Samsung, Mercedes, Apple, Yahoo, Google, Sony etc…

    Face à cette derive le monde entier s’organise, et va passer outre cette interdiction. Déja Chine et Russie avec sans doute l’Inde sont sur le point mettre en service une alternative à l’ICANN. Autre element à prendre au serieux c’est l’avenement du blockchain. A la base l’Internet avait été pensé en tant que service peer to peer, c’est à dire de pair à pair, et donc de pc à pc. Chaque pc est le serveur d’un autre pc.
    Le système marchand a tout fait pour faire de l’Internet du client serveur, car …plus facileement controlable, et surtout plus rentable economiquement. Normalement si les choses avaient evolué correctement on aurait tous nos propres serveur mail, forums, blogs etc…Or tout a été fait, et meme optimisé pour que Google soit l’un des noeuds essentiels de nos communications. C’esst abject!
    L’Internet Blockchain est une alternative interssante qui pourrait peut etre percer dans les années qui viennent.

    Aimé par 4 personnes

    • arrete de mentir comme l’autre trou de cul tu t’inventes une vie limite d’agent secret épié et constamment en danger!ils vous calculent meme pas bande d’escrocs amateurs!!!

      J'aime

      • Ferme ta gueule de sale youtre de kalb ben kalb
        Va sucer le con de ta mère à Tataouine
        Va te faire enculer par les phacochéres sale bicot
        caille-rat de wesch-wesch du neuf cube
        Va te branler les méninges sur fdesouche et viens pas nous emmerder toi et ta clique de trous de bal qui se prennent pour des guerriers alors qu’ils ne sont des poufiases de danseuse

        J'aime

    • traduction :
      Blockchain mise à jour: Blockchain vaut «10 fois plus que l’Internet», dit le pandit chinois
      6 juin 2018 Foxhound 3 commentaires
      Commentaire fait lors d’un débat télévisé mettant en vedette des visages connus dans le monde blockchain

      Il se passe beaucoup de choses dans le monde du réseautage décentralisé, et pas seulement les montagnes russes quotidiennes des marchés de la cryptomonnaie. Une décennie après que le mystérieux Satoshi Nakamoto ait déclenché Bitcoin pour la première fois dans un monde sans méfiance, la blockchain a grandi et s’est diversifiée et maintenant mille fleurs s’épanouissent, certaines d’entre elles étant en effet plutôt étranges.

      Regardez autour de vous et vous verrez que les blockchains sont apparemment la réponse à tous les problèmes. Du remplacement du système bancaire mondial à la garantie de la provenance des diamants pour payer votre dentiste – il y a une blockchain pour cela.

      Overhyped ils peuvent l’être, mais blockchains sont en fait un gros problème et ils vont grossir. Leur potentiel pour un échange sûr et sans confiance est trop important pour être ignoré et une fois que la stupidité s’est inévitablement dissipée, certains cas sérieux d’utilisation apparaîtront.

      En effet, cela commence déjà à se produire , d’où ce blog. Nous mettrons à jour cette page tous les quelques jours pour refléter les innovations sérieuses qui bouillonnent dans cet espace des plus intéressants et volatiles. (Consultez également notre couverture 5G roulant .)

      04/06/18 Blockchain hype n’est pas limité aux startups fintech et lancements de crypto-monnaie douteuse. Le gouvernement chinois et ses entreprises de technologie soutenues semblent maintenant monter à bord du train en marche aussi.

      Dimanche, Chen Weihong, présentatrice de la chaîne de télévision publique China Central Television (CCTV), une chaîne largement considérée comme un porte-parole du gouvernement, a affirmé que «la valeur économique de la blockchain est 10 fois supérieure à celle de l’internet».

      Sa déclaration a été faite lors d’une discussion sur la technologie blockchain qui mettait en vedette des personnalités bien connues dans le domaine, comme l’auteur canadien Don Tapscott, qui affirmait que «nous passons d’un Internet de données à un Internet de valeur».

      «Non, pour la première fois, les gens et les organisations peuvent effectuer des transactions de pair à pair», a déclaré M. Tapscott.

      Chen Lei, PDG de la société Xunlei, spécialiste du réseau cloud, et Zhang Shoucheng, professeur et investisseur à l’Université de Stanford, étaient également présents.

      Comme l’a déclaré Coindesk Zhang: «Alors que la valeur réelle d’Internet est d’agréger des informations individuelles en un seul endroit, ce que font exactement Google et Facebook, nous entrons maintenant dans une ère où l’information est décentralisée pour que les individus puissent posséder leurs données individuelles. Et c’est la vraie valeur de blockchain qui le rend excitant. »

      Comme les programmes de vidéosurveillance reflètent généralement les vues du gouvernement chinois, le débat a été sans surprise critique sur la plupart des «offranChine des initiales» de crypto-monnaie qui sont venues de nulle part pour atteindre des milliards, parfois sur la base d’un seul livre blanc. La chine a mis en place une interdiction de la crypto-monnaie à l’échelle nationale en février. Cependant, il y a beaucoup de signes que la Chine envisage de devenir un grand acteur de la technologie blockchain sous-jacente.

      Samedi, Baidu – le «Google chinois» – a annoncé un protocole appelé Super Chain, conçu pour réduire les besoins en énergie pour le processus d’extraction en blockchain.

      En novembre dernier, l’entreprise a dévoilé un service appelé Baidu Jinkuang, qui permettrait aux utilisateurs de profiter des ressources informatiques inutilisées d’une manière pair à pair. Baidu est également en train de créer un magasin de photos basé sur blockchain qui protège les droits d’auteur des propriétaires et dispose d’une blockchain en tant que plate-forme de services .

      25/05/18 MaidSafe basé à Ayr (l’inspiration, d’ailleurs, pour le ‘nouvel Internet’ Pied Piper dans la série HBO Silicon Valley ) a trouvé ce qu’il prétend être la solution la plus efficace encore aux Byzantins généraux bien connus problème: atteindre un consensus à travers un réseau distribué sans maître dans lequel aucun nœud ne peut être considéré comme la source ultime de la vérité. Selon la firme, ce système pourrait remplacer le consensus blockchain pour un stockage de données sans faille.

      MaidSafe travaille sur son réseau de données autonome peer-to-peer blockchainless depuis plus d’une décennie. Contrairement aux réseaux client-serveur traditionnels, le réseau SAFE n’a pas de point central de contrôle. Au lieu de cela, il est constitué de machines propres aux utilisateurs qui sont utilisées pour stocker aléatoirement des morceaux cryptés des fichiers téléchargés sur le réseau – un peu comme BitTorrent mais sans trackers centraux et avec tout crypté. L’idée est qu’elle permet le stockage de données (et éventuellement le calcul) sans point de défaillance unique et de telle sorte que seul l’utilisateur ait le contrôle total de ses données. Seul l’utilisateur peut accorder l’accès aux personnes et aux applications susceptibles de vouloir le partager. Il a également sa propre crypto-monnaie intégrale qui est utilisée pour équilibrer les concessions sur le réseau.

      La tolérance aux fautes byzantines est une question centrale pour tous les réseaux distribués décentralisés. En bref, comment, sans un point d’autorité central, la «vérité» peut-elle être acceptée? Un nœud particulier peut être défectueux ou malveillant, mais un autre nœud situé à proximité le verra comme un troisième nœud situé dans une partie éloignée du réseau pourrait le voir parfaitement bien en raison du temps nécessaire pour que les messages traversent l’infrastructure. Une autre façon de voir est comment le réseau dans son ensemble peut-il être sûr de l’ordre dans lequel les événements se produisent?

      Ce problème de longue date a finalement été résolu par l’inventeur de Bitcoin, Satoshi Nakamoto, via le mécanisme de consensus de preuve de travail (PoW). Les mineurs rivalisent pour être les premiers à résoudre un problème mathématique complexe pour lequel Bitcoin leur est décerné et leur version particulière de la vérité est mise en avant. Les autres nœuds se réunissent alors pour accepter ou rejeter cette version et finalement le réseau converge vers le seul vrai état convenu qui sera utilisé à l’avenir. Une application clé est d’éviter le problème de double-dépense, où l’on pourrait autrement passer un Bitcoin simultanément à deux endroits.

      Mais même si Bitcoin a connu un grand succès à cet égard, les limites de la chaîne de blocs concernant la capacité de charge, l’évolutivité et le débit sont devenues évidentes. De plus, le système de consensus PoW, qui consomme beaucoup d’énergie, a conduit à un degré élevé de centralisation puisque seuls les mineurs professionnels de grande taille ayant accès aux derniers ASIC et à l’électricité bon marché peuvent maintenant gagner Bitcoin de manière réaliste.

      Ces problèmes rendent les chaînes de blocs inadaptées comme base pour un réseau de données – l’équivalent d’Internet ou, plus loin, le type de réseaux distribués hétérogènes représentés par l’IoT, dit la compagnie.

      «La conception même de blockchains signifie que leur cas d’utilisation n’est pas adapté à un Internet global qui traite de grandes quantités de données qui doivent être à la fois privées et sécurisées», écrit MaidSafe dans un billet de blog .

      Le réseau SAFE est en fait antérieur à la blockchain Bitcoin de quelques années, mais il est toujours au stade alpha pré-version. L’un des facteurs clés qui ont freiné les progrès est la difficulté de parvenir à un mécanisme de consensus fiable – l’équivalent du programme de travail. Cependant, c’est un écrou que MaidSafe prétend maintenant avoir craqué avec PARSEC (protocole pour Asynchronous, Reliable, Secure et Efficient Consensus), un nouvel algorithme basé sur un protocole potins que la firme ouvrira sous la licence GPL3.

      «Cela permet d’obtenir un consensus sur le réseau par le biais des mathématiques et non pas en brûlant d’énormes quantités d’électricité», a déclaré le PDG David Irvine ( photo ).

      Le blog revient plus en détail: «Le concept de tolérance aux fautes byzantines est crucial. Cela signifie qu’il est mathématiquement garanti que toutes les parties du réseau arriveront au même accord à un certain moment. Exactement ce que PARSEC réalise. »

      Il poursuit: «Avec PARSEC, le consensus est mathématiquement garanti comme certain (tout en ayant un débit qui éclipse la technologie blockchain). De plus, PARSEC est hautement asynchrone. Cela signifie qu’il n’y a aucune configuration de confiance ni aucune étape synchrone impliquée. »

      La société affirme que PARSEC, un type de graphique acyclique dirigé (DAG), offre des avantages significatifs par rapport à d’autres alternatives à PoW telles que Proof of Stake. Le concurrent le plus proche semble être le DAG Hashgraph, mais cela présente des lacunes en ce qui concerne les applications de réseau de données autonomes pour l’IoT, indique l’entreprise.

      Vous avez des développements décentralisés de rupture à nous dire? Laissez nous savoir. (Projets matures avec code publié sur GitHub ou similaire ou un papier reproduit dans un journal établi s’il vous plaît, plutôt que des choses spéculatives ou des nouvelles de pièces.)

      Aimé par 2 personnes

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.