Analysis

Stratagème contre stratagème

Les émeutes secouant le sud irakien, provoqués en surface par les délestages électriques fréquents en pleine canicule (températures dépassant les 43 degrés Celsius en moyenne) visent essentiellement à embraser l’Iran voisin, le principal fournisseur en énergie électrique de l’Irak méridional.

La situation économique très difficile que subissent les populations iraniennes sont fort susceptibles d’engendrer de sérieux troubles politiques que les ennemis de la République islamique d’Iran s’empresseront d’exploiter à des fins stratégiques.

Le pouvoir iranien n’en est que trop conscient et pour atténuer la pression interne, marquée par une effroyable inflation et une baisse vertigineuse du pouvoir d’achat du citoyen iranien, Téhéran tente  de sceller un gigantesque partenariat stratégique avec la Fédération de Russie.

Le contexte s’y prête merveilleusement bien: les pays européens se retirent d’Iran et laisse le champ à Moscou et Pékin. On évoque des investissements russes à hauteur de 50 milliards de dollars US dans le domaine des hydrocarbures iraniens.

L’Iran subit les sanctions internationales et une sorte d’embargo non déclaré depuis des années. Son effort de guerre en Syrie a mis à rude épreuve une économie iranienne dynamique mais trop dépendante des fluctuation du prix du baril de brut- L’Iran étant un des principaux producteurs de pétrole dans le monde. Les tentatives de guerres économique et financière menées par l’Empire à l’encontre de l’Iran visaient en priorité l’effondrement monétaire et la ruine du pays. Le stratagème n’a pas marché mais les populations paient un lourd tribut en sacrifices en tous genres. La situation est tellement intenable dans certaines provinces que des analystes hostiles estiment qu’il serait possible d’y induire une sorte de révolution colorée. Le rêve déclaré des néoconservateurs atlantistes et des monarchies du Golfe.

Allumer un feu chez le voisin pour embraser l’autre rive est un vieux stratagème.

En réponse, les iraniens élaborent depuis des mois une stratégie alternative indirecte pour obtenir le départ des forces US du Nord-est syrien qui s’avère aussi originale qu’efficace, observent de près les sables très mouvants de la politique irakienne et suivent la résistance des Houthis sur le littoral occidental du Yémen.

Cela rappelle un peu la guerre des Parthes.

A stratagème, un stratagème et demi.

 

Publicités

Catégories :Analysis

12 réponses »

  1. Le gouvernement iranien doit impérativement et tout simplement informer régulièrement par le billet de tout les médias interposés intérieur que les occidentaux sont en train de manigancés une situation bis a celle de la Syrie de la Libye du Yémen de l’Irak de la Palestine de l’Afghanistan de la Tunisie de la Somalie etc…..etc…..
    La population iranienne est parfaitement mâture pour comprendre qu’ils leurs faudra serrés quelques temps la ceinture.
    Qu’il est préférable que de perdre absolument tout, êtres chers, sécurité, habitations, infrastructures, et surtout tout ce qui ressemblent à un semblant de vie décent .

    Aimé par 1 personne

    • Justement, la situation économique en République Islamique d’Iran est devenue plus qu’intenable et pour beaucoup de citoyens iraniens la vie quotidienne est devenue tout bonnement un véritable enfer sur terre. Le prix des commodités a atteint des records inégalés même pendant les pires moments de la guerre Iran-Irak.
      C’est un véritable dilemme : les classes moyennes ne parviennent plus à survivre et même les soutiens les plus loyalistes n’arrivent plus à se débrouiller.
      L’effort de guerre sur plusieurs fronts et les sanctions ont sont moins responsables que la corruption des proches de Rouhani et des libéraux, ennemis jurés de la faction d’Ahmadinejad.
      Le guide a son mot à dire, il est a la tête de deux Armées (Les Gardiens de la Révolution, classés corps d’élite, et les Bassidj, une milice paramilitaire populaire) mais la colère populaire gronde et c’est pas fortuit que les ennemis de Téhéran s’agitent en ce moment précis. C’est une fenêtre historique pour un soulèvement généralisé.
      On verra ce que feront les puissants ministeres du renseignement et de l’intérieur.

      J'aime

      • Ahmadinejad est il me semble en résidence surveillé et les Les Gardiens de la Révolution, classés corps d’élite, sont occupé en Syrie !
        les libéraux sont au commandes et savent que le status co n’est pas possible pour l’opposition si elle arrive au pouvoir .
        une révolution coloré pourrait donc leurs sembler la meilleur solution pour tenter de conserver leurs privilèges !

        Aimé par 1 personne

      • Mouais mouais mouais stratégika tu nous avais habitué a plus de subtilité, la soupe que tu nous sert sent le réchauffé, je préfère celle de VT elle a l’air plus « fraiche »… d’ailleurs l’allusion a kissinger traduit une certaine forme d’honnêteté

        Secret d’Helsinki: Un pacte anti-Iran a été écrit lors de l’entrevue Trump-Poutine

        VT Istanboul: Des sources confirmées du renseignement ont informé VT de la mise en place très prochaine d’un plan de déstabilisation de l’Iran, de la planification d’émeutes et d’assassinats en Iran et d’actions contre les alliés de l’Iran en dehors du pays. Nous nous attendons à ce que tout cela débute dans un mois.

        Nous savons également qu’une version de ce programme de déstabilisation fut décrite par le ministre des affaires étrangères américain Mike Pompeo (NdT: ex-patron de la CIA !!…) à des hauts-fonctionnaires russes pendant le sommet qui s’est tenu à Helsinki. La Russie est venue à la table de manière si motivée à soutenir Trump, qu’elle voit comme son gars en place à Washington à cause de la longue histoire de Trump avec la pègre russe, qu’elle a loupé la ”longue partie” du jeu qui se joue.

        Certaines actions sont déjà en train de se dérouler en Irak où les Etats-Unis, soutenus par le fric saoudien payant à Bagdad quiconque a la main tendu pour recevoir de la fraîche facile à gagner et à Bagdad, ceci représente grosso modo tout le monde et désirant aussi nettoyer l’Irak de toute influence iranienne.

        La Turquie

        Il n’y aura pas de place pour la vision de la Turquie d’Erdogan dans les plans fomentés. On doit s’attendre à de nouvelles actions des Gulanites, suiveurs de l’ecclésiastique radical retiré aux Etats-Unis et mis en place par la CIA pour garder la main en Turquie.

        Les actions turques pour sécuriser les systèmes russes de défense anti-aérienne (NdT: les S-400) est la reconnaissance avérée que se défendre contre les Etats-Unis et Israël est la clef de la survie.

        l’Irak

        L’action en Irak suivra un principe bien connu là-bas: l’Arabie Saoudite, les états du Golfe et Israël continuent leur alliance jusqu’ici secrète, mais cette fois-ci en se donnant publiquement la main pour dominer la région. Les leaders du monde des affaires sunnites d’Irak sont devenus de plus en plus liés à Tel Aviv au travers de leur relation avec Amman (Jordanie), un processus qui avait débuté en 2003 suite à l’invasion de l’Irak. Ce fut cette relation qui a finalement fleuri sous la forme de l’EIIL en 2014, une action de terrain sunnite financée par le Golfe pour contre-balancer le pouvoir chiite établi en Irak, ou du moins c’est ce qu’on croyait, projet qui fut secrètement soutenu par l’occident, Israël et l’Arabie Saoudite. L’EIIL fut “vendu” clef en main aux leaders sunnites irakiens à la fin de 2013 comme étant “leurs gars”.

        Un an plus tard, la plupart de ceux qui y ont cru n’étaient plus que des cadavres sans tête. Cela se produira de nouveau. Ce que l’EIIL n’a pas pu accomplir, seulement parce que l’Iran est intervenu contre eux, la trahison le fera de nouveau ; l’Irak est la base arrière d’opérations secrètes contre l’Iran comme ce fut toujours l’intention dès l’invasion de l’Irak en 2003 par la clique Bush/Blair.

        Des sources très proches de l’ancien chef d’état major des armées américain, le général Richard Myers, ont décrit des réunions primordiales qui planifièrent une série d’évènements qui devaient se produire dans la région à commencer avec le 11 septembre et culminant avec le renversement du gouvernement iranien à Téhéran.

        Ce fut le général Myers qui a disparu le matin du 11 septembre 2001 et le même Myers qui avait ordonné des plans de l’invasion de l’Irak et puis de l’Iran seulement quelques semaines avant les attentats. Ces plans ont refait surface.

        La réunion au sommet

        Alors qu’une vaste partie du monde pense que le président russe Vladimir Poutine manipule Donald Trump comme une marionnette, il y a un véritable dossier bien pire que celui qui a été divulgué. Pour cela, nous incluons une petite leçon d’histoire brève mais nécessaire fournie par le Washington Post:

        Comment cela va t’il se danser ?

        La Russie a ouvert la porte en offrant Poutine les fesses en avant pour Netanyahou afin d’isoler le Hezbollah et les conseillers iraniens durant les dernières étapes de la guerre en Syrie. Avec la grande bataille d’Idlib qui arrive et les Etats-Unis occupant les meilleures parties agricoles et les provinces pétrolières de Syrie, Poutine a sérieusement déconné sur ce coup là.

        Les Américains, Français et Britanniques, soutenus par Israël et l’Arabie Saoudite ont re-entraîné des milliers des combattants de l’EIIL/Daesh et en ont recruté des milliers d’autres, ceux-ci sont en train d’être ré-étiquetés comme les nouveaux “Talibans” pour remplacer l’EIIL. Le théâtre de l’EIIL au script hollywoodien, les bûchers, les décapitations, furent quelque chose qui incita beaucoup à ne pas adhérer, tout en ayant une publicité désavantageuse pour Israël qui a dû devenir l’armée de l’air de soutien de cet EIIL avec des Américains les armant voire même les commandant sur le terrain.

        C’est beaucoup plus simple de corrompre, de payer des pots-de-vin ou d’assassiner ; un nouveau califat n’est pas nécessaire. Les tactiques anciennes marchent le mieux ; mais l’électron libre était la Russie, sa relation avec la Turquie et l’Iran, ainsi que le bloc très puissant qu’ils formèrent dans leur coopération en Syrie.

        On devait montrer à la Russie qu’il était de son meilleur intérêt de vendre ses alliés, la Syrie pour sûr, l’Irak, l’Iran, la Turquie et d’abandonner tout pouvoir dans la région.

        Note de R71: Là est le hic… On a quand même du mal à imaginer que la Russie laisse tout ça filer au nom d’une “détente”, qu’elle doit savoir depuis le temps n’être qu’un leurre et un “gagne temps” pour les Yanks afin de mieux trahir par la suite comme c’est TOUJOURS le cas avec eux… Demandez aux nations autochtones et aux Kurdes pour ne citer qu’eux…
        A moins que Poutine ne fasse qu’écouter ce que lui souffle son pote Kissinger dans l’oreillette et qu’il fasse partie du plan depuis le départ ou presque… Allez savoir…

        Le blocus économique exercé sur l’Iran a été fait pour démontrer à Poutine que l’Amérique peut marcher sur l’Europe, violer les traités et écraser économiquement quelque ennemi que ce soit. Durant tout ce temps, Poutine a “investi” sur Trump une confiance de dupe. Tous deux, bien entendu, vivent dans un environnement où les oligarques gangsters évoluent en toute impunité et leurs désirs sont le plus souvent exprimés en profond parallèle avec les éléments les plus extrêmes du régime likoudiste d’Israël.

        ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

        url de l’article original:

        https://www.veteranstoday.com/2018/07/17/secret-helsinki-pact-against-iran-penned-at-trump-putin-confab/
        https://resistance71.wordpress.com/2018/07/18/geopolitique-trahison-et-nouvel-ordre-mondial-les-sales-dessous-de-la-reunion-trump-poutine-dhelsinki/ https://resistance71.wordpress.com/2018/07/18/geopolitique-trahison-et-nouvel-ordre-mondial-les-sales-dessous-de-la-reunion-trump-poutine-dhelsinki/

        Aimé par 1 personne

        • << On a quand même du mal à imaginer que la Russie laisse tout ça filer au nom d’une “détente” >>
          Poutine n’est pas le tsar autocratique que nous décrive les journaux !
          la Russie est dirigée collégialement et il ne vont pas affaiblir leur flanc sud ( l’Iran ) pour plaire a Trump !
          les USA peuvent faire tout les plans sur la comète qu’ils veulent il sont affaiblis et le pire c’est que cela devient manifeste !

          Aimé par 1 personne

  2. C’est vrai que les énergies sont le premier levier de la géostratégie.
    Hier, j’apprend (tv) que les pétroleux fournissent l’Afrique du mauvais pétrole 2, 3000 fois plus de soufre, cancérigène. Le mec interviouvé conclus qu’on ne pourra l’éviter tant que les rois Nègres ne se feront pas bâtir des châteaux en béton.
    Les pipes iraniens, russes ne plaisent pas à Donald, quoi d’étonnant ?
    L’Iran est un pays débordant de jeunes.. l’interdiction de l’enrichissement ne visait pas une hypothétique BOMBE mais seulement e,rayer l’énergie pas cher : médecine, universités .. bien être. L’électricité, c’est une révolution softe, sans révolution. Ces révolutions (« printemps ») au contraire, c’est ce que les USraël souhaitent pour déstabiliser du Lavant à a Perse.

    Aimé par 1 personne

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.