Analysis

US Congress Pushes Ballistic Missile Defense Program Based on Laser-Armed Drones

Publicités

Catégories :Analysis

3 réponses »

    • traduction :
      Le Congrès américain lance un programme de défense contre les missiles balistiques basé sur des drones armés au laser
      Renseignement militaire 00:22 31.07.2018
      Malgré un budget record de 11,5 milliards de dollars en 2018, l’Agence américaine de défense antimissile s’apprête à recevoir 50 millions de dollars supplémentaires en 2019 pour un programme de défense antimissile qu’elle n’a pas demandé au Congrès de financer: celui qui installerait des lasers sur des drones.

      Le Congrès devrait allouer 50 millions de dollars à la MDA afin de construire un intercepteur robuste capable de contrecarrer un missile lors de sa phase de « boost », le vol initial du missile, selon une version de la Defense Defense Authorization Act du 23 juillet ( ou NDAA, un projet de loi qui est adopté chaque année autorisant, mais ne s’appropriant pas, des fonds pour les programmes de défense).

      L’agence n’a pas demandé de financement pour étudier « la mise à l’échelle laser pour une capacité d’interception de phase d’amplification », selon Jen Judson, qui écrit pour Defence News. Le Sénat a réclamé 80 millions de dollars pour l’étude afin de mettre en place un intercepteur en phase de démarrage, mais la proposition de la Chambre d’investir 50 millions de dollars dans l’effort a été «gagnée» lors de la conférence. (La conférence fait référence au processus par lequel les membres du personnel du Sénat et de la Chambre se rencontrent et négocient leurs différends avant d’envoyer un projet de loi final au président.)

      Un résumé de l’ébauche de NDAA indique que le concept pour un intercepteur de phase de poussée est d’attacher un laser à un véhicule aérien sans pilote (UAV). La loi autorise MDA à développer la technologie en collaboration avec le Japon et la Corée du Sud; l’US Naval Institute a déclaré que la technologie d’interception en phase de boost pourrait améliorer les capacités américaines, « en particulier dans le contexte de la menace nord-coréenne ».

      Trois contrats seront distribués dans le cadre du programme pour étudier les algorithmes, les composants et les sous-systèmes; et d’examiner comment les technologies déjà matures peuvent être utilisées pour aider à réduire le risque technologique – la possibilité que la technologie échoue et perturbe les couches de défense antimissile balistique.

      Le programme semble chevaucher le programme F-35 du Congrès, qui reçoit des fonds incroyables malgré des problèmes de qualité constants et un entrepreneur de Lockheed Martin qui pourrait être « beaucoup, beaucoup plus coopératif et collaboratif », selon les mots d’un haut Pentagone officiel.

      Plus précisément, certains établissements de défense américains envisagent le F-35 rassemblant des données visuelles sur des missiles balistiques montant dans l’espace et transmettant une image en temps réel d’un missile balistique à des ressources militaires et maritimes américaines capables de lancer des intercepteurs. Cependant, le F-35 devrait être à proximité du missile lancé si ses capteurs doivent collecter des données visuelles sur le missile et ramener toutes ces données à un système de missiles Patriot ou THAAD ou à un destroyer de missiles de classe Arleigh Burke. .
      « Vous pouvez donner cette information à un tireur qui a maintenant des informations pour aller mettre ses informations au bon endroit, donc le radar n’a pas à chercher, il dit: » Je sais où est le missile; c’est juste là », a déclaré John Montgomery, de la division de ciblage de Northrop Grumman, aux journalistes en août.

      Le représentant Duncan Hunter (R-CA) a exprimé la conviction que le F-35 pourrait abattre des missiles balistiques à armement nucléaire dans des commentaires qu’il a faits l’année dernière. Cette idée ne s’est pas bien passée avec les autres membres de la communauté de la défense antimissile. Jeffrey Lewis, de l’Institut d’études internationales de Middlebury, a déclaré à Vice, l’année dernière, que l’idée du membre du Congrès était « cray cray » et ne marcherait jamais.

      J'aime

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.