Analysis

L’étau se resserre sur Trump

L’étau juridique se resserre sur la Maison-Blanche de Trump

Cohen plaide coupable, Manafort est reconnu coupable

Par Patrick Martin
23 août 2018

Dans une escalade du conflit de factions au sein de la classe dirigeante américaine, le président Donald Trump a reçu des coups terribles hier sur deux fronts. Dans un tribunal de New York, son ancien avocat et « dépanneur » dans ses scandales personnels, Michael Cohen, a plaidé coupable à huit chefs d’accusation. Et dans une salle d’audience à Alexandria, en Virginie, de l’autre côté du Potomac depuis la Maison-Blanche, son ancien directeur de campagne, Paul Manafort, a été reconnu coupable de huit autres chefs d’accusation.

Peut-être le plus grand dommage politique n’a pas été causé par les accusations, toutes liées à diverses formes de chicanerie financière, dont cinq affaires de fraude fiscale, pour Cohen et Manafort, mais par la déclaration publique de Cohen dans la salle du juge Kimba Wood. En confessant sa culpabilité aux huit chefs d’accusation, Cohen a déclaré que dans deux cas, violant les lois fédérales en utilisant des fonds personnels pour réprimer des déclarations politiquement incommodes de la mannequin Karen McDougal et de l’actrice américaine Stormy Daniels, il agissait en tant que « candidat à un poste fédéral ».

Bien que Cohen n’ait pas nommé le candidat, il faisait allusion à Trump, qui a cherché à éviter l’attention du public pendant l’élection présidentielle de 2016 aux affirmations des deux femmes selon lesquelles elles avaient eu des relations sexuelles avec lui. Le paiement à Daniels est intervenu une semaine avant les élections.

Cohen a payé 130 000 dollars à Daniels grâce à des fonds personnels et a ensuite été remboursée par Trump, bien que ce remboursement ait été déguisé en une facture de services juridiques par Cohen censément effectuée en 2017. Cohen a également organisé l’achat de l’histoire de McDougal par le magazine National Enquirer, dont l’éditeur est un ami de Trump qui a enterré l’histoire. Cohen a remboursé le magazine et a été à son tour remboursé par l’Organisation Trump.

Outre les violations du financement de la campagne, M. Cohen a plaidé coupable à cinq chefs d’évasion fiscale et à un chef de fraude bancaire, tous liés à ses activités lucratives à Manhattan, notamment l’immobilier et l’achat et la vente de travail de conseil pour l’Organisation Trump.

L’affaire contre Cohen a débuté dans le cadre de l’enquête menée par le conseiller spécial Robert Mueller sur des accusations selon lesquelles la campagne Trump était de connivence avec une ingérence présumée de la Russie dans la campagne présidentielle de 2016. Mueller a remis l’affaire Cohen au procureur des États-Unis pour le district de l’est de New York, au motif que les accusations potentielles contre Cohen n’avaient aucun lien direct avec l’enquête sur la Russie.

L’ampleur de l’enquête de Cohen a attiré l’attention du public le 9 avril dernier, avec des raids du FBI aux bureaux de Cohen et à sa résidence à Manhattan, une démonstration de force sans précédent contre un avocat dont le principal client était le président des États-Unis. Pendant plusieurs mois, les avocats de Cohen et de Trump se sont battus pour supprimer la plupart des documents recueillis lors du raid, en invoquant le secret professionnel. Cependant, un magistrat nommé par le juge Wood pour examiner les éléments saisis en a permis la majeure partie, y compris des enregistrements des conversations de Cohen avec Trump.

Lors d’une conférence de presse à l’issue du plaidoyer de Cohen, le procureur adjoint des États-Unis, Robert Khuzami, a déclaré que l’ancien avocat du président « cherchait à faire taire deux femmes qui avaient des informations préjudiciables à la campagne 2016 et au candidat » les paiements ont été effectués pour influencer l’issue de l’élection, ils ont constitué des contributions à la campagne dépassant la limite légale. Ils n’ont pas non plus été signalés comme l’exige la loi à la Commission électorale fédérale.

Cohen n’a pas officiellement accepté de coopérer, que ce soit pour le procureur des États-Unis à Manhattan ou pour l’enquête de Mueller, mais le 12 décembre, il a accepté de ne pas contester une peine de 46 à 63 mois, le mettant à la merci des procureurs s’il hésite à discuter de son travail pour l’Organisation Trump ou pour Trump personnellement.

Un de ses propres avocats, Lanny J. Davis, un ancien de la Maison-Blanche de Clinton, a bien résumé la logique de l’affaire Cohen lors de sa défense de Trump contre la mise en accusation. Si ce que Cohen a fait en ce qui concerne les gains de Stormy Daniels et de Karen McDougal était un crime, et s’il l’a fait pour le bénéfice du candidat Donald Trump, alors Trump est également coupable d’un crime. Le mois dernier, Davis a publié un enregistrement audio que Cohen avait fait dans lequel Trump admettait avoir connaissance du paiement effectué pour faire taire McDougal.

L’arrêt Manafort est moins directement lié à Trump, bien que Manafort ait joué un rôle beaucoup plus important et plus public dans la campagne Trump, servant d’abord comme principal responsable du vote pour le congrès, puis comme président général de la campagne. En août 2016, il a été expulsé après que la presse ait rapporté qu’il avait touché des dizaines de millions en honoraires du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, avant que le dirigeant pro-russe ne soit renversé en 2014 dans un coup d’État de la CIA.

Les accusations d’évasion fiscale et de fraude bancaire pour lesquelles Manafort a été poursuivi concernent également ces activités ukrainiennes. Les procureurs travaillant dans le cadre de l’enquête Mueller ont accusé Manafort de détourner jusqu’à 60 millions de dollars de revenus de Ianoukovitch et d’autres oligarques ukrainiens dans des comptes bancaires étrangers, puis il a menti sur ses revenus sur des demandes de prêts bancaires pour se soustraire à l’impôt fédéral aux États-Unis.

Le jury a déclaré Manafort coupable de huit chefs d’accusation, dont cinq affaires d’évasion fiscale, pour chaque année de 2012 à 2016, deux chefs pour avoir menti sur les demandes de prêts bancaires et un chef pour la non-divulgation de compte bancaire étranger. Le jury a bloqué dix accusations supplémentaires, y compris plusieurs chefs d’accusation pour ne pas avoir divulgué un compte bancaire étranger et plusieurs accusations de fraude bancaire. Le juge, T. S. Ellis, a déclaré un procès nul sur ces chefs d’accusation. Le jury n’a pas acquitté Manafort des 18 chefs d’accusation initialement portés contre lui.

Manafort est passible d’une peine d’emprisonnement de dix ans ou plus pour les différents chefs d’accusation sur lesquels il a été reconnu coupable et ses avocats ont déclaré qu’il ferait appel. Le mois prochain, il sera poursuivi à Washington DC dans le cadre de l’enquête Mueller, pour avoir omis de s’enregistrer en tant qu’agent étranger au cours des années où il fournissait des services de conseil politique et de gestion de campagne à Ianoukovitch.

Le président Trump a tweeté à plusieurs reprises contre le procès Manafort, qualifiant son ancien président de campagne d’« homme intègre », tout en prenant soin de souligner que Manafort n’était associé à la campagne que quelques mois, et que les accusations portées contre lui n’avaient rien à faire avec l’élection de 2016 ou des allégations d’ingérence russe et de collusion de la campagne Trump.

En fait, le procès de Manafort et le plaider coupable de Cohen ne font rien pour valider l’enquête sur la Russie, qui a été lancée par des sections de l’appareil de renseignement militaire, du Parti démocrate et des médias pour pousser l’Administration Trump vers une politique étrangère plus ouvertement hostile envers la Russie et plus favorable à une intervention militaire en Syrie.

Les résultats immédiats dans les deux cas – démontrant que les plus proches collaborateurs de Trump sont des criminels – ne peuvent surprendre quiconque connaît le milieu corrompu dont Trump lui-même est issu. Sa fortune repose sur les escroqueries dans l’immobilier et les casinos, et sur la manipulation des médias. Il évolue dans les cercles de l’oligarchie financière où tous les crimes sont permis, tant personnels que professionnels, à condition de payer les bonnes personnes.

Les deux factions dans le conflit acharné au sein de l’élite dirigeante sont profondément réactionnaires et antidémocratiques. Les ennemis de Trump utilisent les tribunaux et le procureur spécial, ainsi que le New York Times, le Washington Post et la plupart des chaînes de télévision dans une campagne intensifiée pour le faire sortir de la Maison-Blanche. Trump se conduit de plus en plus en autocrate. Il combine cela à un effort délibéré pour créer des éléments d’extrême droite et fascistes qui doivent être utilisés contre ceux, surtout parmi les jeunes et les travailleurs, qui s’opposent à sa politique de droite.

(Article paru d’abord en anglais le 22 août 2018)

https://www.wsws.org/fr/articles/2018/08/23/trum-a23.html

 

Publicités

Catégories :Analysis

2 réponses »

  1. Trump a évoqué dans un interview à Fox que les marchés s’effondreraient s’il était destitué. Cette hypothèse de destitution exprimée par Trump est une grande première et montre que même Trump considère qu’il ne s’agit pas d’une fake news. Avoir Mike Pence à la place ne constituerait pas forcément un cadeau ou un progrès.

    J'aime

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.