Analysis

Final French Navy SSBN ‘Le Temeraire’ Upgraded for M51 SLBM

August 2018 Naval News

POSTED ON 

The French Navy (Marine Nationale) announced that its nuclear-powered ballistic missile submarine (SSBN) Le Téméraire, left a dry dock at Brest naval base on July 20th following 19 months of complex overhaul (called unavailability for maintenance and repairs or IPER). The main objectives of this overhaul was to adapt the submarine to the new generation M51 submarine launched ballistic missile (SLBM) as well as refuel its nuclear reactor.

Le Téméraire is the fourth and final Triomphant-class submarine and the last one upgraded to the M51 standard. The in-depth maintenance operation that is coming to an end will give it greater availability for a decade. Its combat and navigation systems were also upgraded to the latest standards during the overhaul. This regular, incremental modernization of SSBNs and their missiles keeps the French Strategic Oceanic Force (FOS) credible and capable.

Le Téméraire still needs to be replenished with nuclear fuel. This will take place at its base in Ile Longue for the last stage of its complex overhaul. The SSBN will then conduct trials at sea and finally receive its new strategic weapons before returning to the operational cycle.

French Navy SSBNs complex overhauls are conducted under joint project management of the DGA (defense procurement agency) and the navy fleet support service. Naval Group acts as prime contractor and whole warship architect. Other entities involved include TechnicAtom (for the nuclear reactor), Airbus Safran Launchers (for the strategic missile), CEA DAM (for the nuclear warheads and simulation).

Le Triomphant-class SSBN
The four Triomphant class ballistic missile submarines of the French Navy entered service in 1997, 1999, 2004, and 2010. These four supersede the older Redoutable class, and they provide the ocean-based component (strategic oceanic force (FOST) Force océanique stratégique) of France’s nuclear deterrent strike force.

Le Terrible, last ship of the class which was commissioned in 2010, was fitted with M51 capability from its construction. The other three SSBNs originally deployed M45 missiles and were upgraded for the new M51 missile by DCNS (now Naval Group).

SNLE 3G / FMOD Futur Moyen Oceanique de Dissuasion
As the life of a nuclear submarine is 40 years, the question of the replacement of the Triomphant class is about to arise, for a replacement of the class in the 2030ies. To this end, the French Procurement Agency (DGA) budgeted in 2012 the first studies for the so-called « SNLE 3G » program, the 3rd generation of French SSBNs. These submarines will feature a number of new technologies, inlcuding next generation sonar systems.

M51 SLBM
The M51 is the new generation intercontinental SLBM gradually replacing the M45 since 2010. Each missile carries six to ten independently targetable (MIRV or Multiple Independently targeted Reentry Vehicle) TN 75 thermonuclear warheads. TN 75 are being replaced with the new Tête nucléaire océanique (TNO or oceanic nuclear warhead) warheads since 2015. These new warheads are reported to be maneuverable (MARV or Maneuverable Re-entry Vehicle) in order to avoid potential ballistic defenses. The TNO has a yield that is estimated to be greater than or equal to the yield of the TN 75 warhead, 150 kilotons of TNT (kt) with a CEP (circular error probability) of 150 meters. The warhead’s design and functionality were validated through simulation, particularly with DAM’s Tera 100 supercomputer, Megajoule laser, and radiographic equipment.

The three-stage engine of the M51 is directly derived from the solid propellant boosters of the Ariane 5 space rocket. Open source data indicates an M51 weight of 52,000 kg, a length of 12.0 m and a diameter of 2.3 m. M51 operational range is reported to be 8,000 to 10,000 km with a speed of Mach 25.

The first test launch of an M51 ballistic missile was successfully carried out at Centre d’essais de lancement de missiles (CELM) in Biscarosse, France, on November 9, 2006. The sixth missile test carried out on May 5, 2013, ended in failure. The latest M51 tests in September 2015, and July 2016 were both successful.

FOST
The French Navy deploys the oceanic deterrence component, referred to as the FOST (Force Océanique STratégique) using SSBNs and transmission centres. It also maintains the nuclear aeronaval force embarked on the Charles de Gaulle aircraft carrier (called FANU), while the French Air Force is responsible for the strategic air forces.

Today, the fleet of 4 SSBNs ensures that 3 can be maintained in the operational cycle and continuously guarantee there is at least one SSBN at sea during peacetime.

https://www.navyrecognition.com/index.php/news/defence-news/2018/august-2018-navy-naval-defense-news/6434-final-french-navy-ssbn-le-temeraire-upgraded-for-m51-slbm.html

 

Publicités

Catégories :Analysis

4 réponses »

  1. L’échec de 2013 était dans le cadre d’un essai complet de la procédure. En clair Hollande a apputé sur le bouton. Le M51 s’est autodétruit en vol car quelque chose avait merdé dans le missile, de mémoire un fil électrique qu’il n’est pas possible de poser ailleurs avait été posé dans une gouttière insuffisamment fixée qui a vibré, les vibrations ayant généré une alerte ayant conduit à l’autodestruction. Il me semble que l’audit qui a été mené par la suite a coûté cher pour la carrière professionnelle de certains responsables chez Airbus Défense.

    J'aime

  2. traduction :
    La Marine nationale a annoncé que son sous-marin nucléaire à missiles balistiques (SNLE), Le Téméraire, avait quitté une cale sèche à la base navale de Brest le 20 juillet après 19 mois de révision complexe (indisponibilité pour maintenance et réparations ou IPER). Les principaux objectifs de cette remise en état étaient d’adapter le sous-marin au missile balistique à lancement sous-marin M51 (nouvelle génération) et de ravitailler son réacteur nucléaire.

    Le Téméraire est le quatrième et dernier sous-marin de la classe Triomphant et le dernier sous-marin M51. L’opération de maintenance en profondeur qui s’achève lui donnera une plus grande disponibilité pendant une décennie. Ses systèmes de combat et de navigation ont également été mis à niveau selon les normes les plus récentes lors de la révision. Cette modernisation progressive et progressive des SNLE et de leurs missiles maintient la crédibilité et la capacité de la force stratégique océanique française (FOS).

    Le Téméraire doit encore être alimenté en combustible nucléaire. Celle-ci se déroulera à la base de l’Ile Longue pour la dernière étape de sa refonte complexe. Le SNLE mènera ensuite des essais en mer et recevra finalement ses nouvelles armes stratégiques avant de revenir au cycle opérationnel..

    Des révisions complexes des SSBN de la Marine nationale sont menées dans le cadre d’une gestion de projet conjointe de la DGA (agence d’approvisionnement pour la défense) et du service d’assistance de la flotte de la marine. Le groupe naval agit en tant que maître d’œuvre et architecte de navires de guerre. Parmi les autres entités impliquées, citons TechnicAtom (pour le réacteur nucléaire), Airbus Safran Launchers (pour le missile stratégique), le CEA DAM (pour les têtes nucléaires et la simulation).

    Le Triomphant-class SSBN
    Les quatre sous-marins de missiles balistiques de la classe Triomphant de la Marine nationale sont entrés en service en 1997, 1999, 2004 et 2010. Ils remplacent l’ancienne classe Redoutable et fournissent la composante océanique (Force océanique stratégique (FOST)). de la force de frappe de dissuasion nucléaire de la France.

    Le Terrible, dernier navire de la classe qui a été mis en service en 2010, était équipé de la capacité M51 de sa construction. Les trois autres SSBN ont à l’origine déployé des missiles M45 et ont été améliorés pour le nouveau missile M51 par DCNS (aujourd’hui le groupe naval)..

    SNLE 3G / FMOD Futur Moyen Oceanique de Dissuasion
    La durée de vie d’un sous-marin nucléaire étant de 40 ans, la question du remplacement de la classe Triomphant est sur le point de se poser pour un remplacement de la classe dans les années 2030. Pour ce faire, l’Agence française d’approvisionnement (DGA) a budgétisé en 2012 les premières études du programme dit «SNLE 3G», 3ème génération de SNLE français. Ces sous-marins comporteront un certain nombre de nouvelles technologies, inlcuding next generation sonar systems.

    M51 SLBM
    Le M51 est la nouvelle génération de SLBM intercontinentaux qui remplace progressivement le M45 depuis 2010. Chaque missile transporte six à dix ogives thermonucléaires TN 75 pouvant être ciblées de manière indépendante (MIRV ou Multiple Indentently Targeted Reentry Vehicle). La TN 75 est remplacée depuis 2015 par les nouvelles ogives Tête nucléaire océanique. Ces nouvelles têtes seraient manœuvrables (MARV ou véhicule de rentrée manœuvrable) afin d’éviter des défenses balistiques potentielles. Le TNO a un rendement estimé supérieur ou égal au rendement de l’ogive TN 75, 150 kilotonnes de TNT (kt) avec un CEP (probabilité d’erreur circulaire) de 150 mètres. La conception et la fonctionnalité de l’ogive ont été validées par simulation, notamment avec le supercalculateur Tera 100, le laser Megajoule et l’équipement radiographique de DAM.

    Le moteur à trois étages du M51 est directement dérivé des propulseurs à propergol solide de la fusée Ariane 5. Les données open source indiquent un poids de 52 000 kg pour M51, une longueur de 12,0 m et un diamètre de 2,3 m. La portée opérationnelle du M51 serait de 8 000 à 10 000 km avec une vitesse de Mach 25.

    Le premier test d’essai d’un missile balistique M51 a été effectué avec succès au Centre d’essais de lancement de missiles (CELM) à Biscarosse, le 9 novembre 2006. Le sixième essai de missile effectué le 5 mai 2013 s’est achevé à échec. Les derniers tests M51 en septembre 2015 et juillet 2016 ont été tous deux couronnés de succès.

    FOST
    La marine française déploie la composante de dissuasion océanique, dénommée FOST (Force Océanique STratégique), utilisant des SNLE et des centres de transmission. Elle maintient également la force aéronavale nucléaire embarquée sur le porte-avions Charles de Gaulle (dénommé FANU), tandis que l’armée de l’air française est responsable des forces aériennes stratégiques.

    Aujourd’hui, le parc de 4 SSBN assure que 3 peuvent être maintenus dans le cycle opérationnel et garantissent en permanence qu’il y a au moins un SNLE en mer en temps de paix..

    J'aime

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.