Analysis

Crash d’un F-35 B de la Marine en Caroline du Sud

« A 2nd Marine Aircraft Wing F-35B belonging to Marine Fighter Attack Training Squadron 501 (VMFAT-501) stationed at Marine Corps Air Station Beaufort crashed in the vicinity of Beaufort, South Carolina at approximately 11:45 a.m. (EST), today, » 

Le pilote du F-35 B, un avion de combat furtif de cinquième génération a pu s’ejecter à temps et est sain et sauf. Il s’agit du premier crash de cet appareil hyper-sophistiqué et onéreux. 

Des appareils similaires (version destinée à l’aéonavale) viennent de mener leur première mission de combat en Afghanistan en décollant du vaisseau USS Essex (classe Wasp)

Un incident technique serait derrière ce crash. 

Jamais confirmé, des F-35 delivrés à Israël dans le plus grand secret auraient mené des missions de combat au Levant et notamment en Syrie ou deux exemplaires ont été endommagés. 

L’un des F-35 aurait été heurté par un volatile migrateur lors de sa phase d’atterrissage mais des informations non confirmées évoquent des feux de la DCA syrienne ou russe. 

Publicités

Catégories :Analysis

12 réponses »

  1. Les morts commandent aux vivants.
    (Ou le GQG est dans les cimetières ! Ou les marionnettes sans marionnettistes)
    Texte de Michel Dakar, chercheur en politique globale, autonome, Villequier province coloniale de l’ex-France, propriété de l’Empire israélo-US en voie de désagrégation rapide, le 30 septembre 2018.

    http://www.aredam.net/les-morts-commandent-aux-vivants.html

    Illustration :
    http://www.aredam.net/illustrations-les-morts-commandent-aux-vivants.html

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais lu il y a des années, qu’ils avaient délaissé le langage de programmation ADA, au profit du C++ pour concevoir le fameux F-35. Leur justification d’alors, c’était que les programmeurs en ADA se faisaient rare, et que le C++ était beaucoup plus populaire. Donc, économie en salaires. Sont-pas-t’y-débiles, eux-zautres? Mêmes plus foutus de créer des nouvelles sortes d’avions de chasse. Non mais, de qui j’me mêle! 😀

    Aimé par 1 personne

  3. Le dieu d’un esprit médiocre est un dieu médiocre. Un esprit peu profond ne peut devenir insondable en se parant de connaissances et de belles phrases, en citant les grands sages ou en se donnant des airs. Les ornements, les parures, intérieures ou extérieures, ne donnent pas de la profondeur à l’esprit ; et c’est cette profondeur insondable de l’esprit qui donne de la beauté, non les joyaux ou les vertus acquises. Pour que la beauté apparaisse, l’esprit doit prendre conscience lucidement et sans choix, de sa propre médiocrité ; il faut une lucidité silencieuse et vigilante d’où toutes les comparaisons ont été entièrement bannies.

    Jiddu Krishnamurti

    Aimé par 1 personne

  4. Voici quelques critères de base permettant à coup sûr de
    reconnaître l’ennemi :
    L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi, alors
    que c’est lui ! J’en ris encore !
     
    L’ennemi a des oreilles.
     
    L’ennemi n’est pas contagieux.
    D’accord, mais il est héréditaire.
     
    L’ennemi est sournois : quelques fois l’ennemi est dans
    l’escalier, pour faire croire que c’est la concierge qui revient de
    suite.
     
    L’ennemi devrait consulter son dentiste.
     
    L’ennemi s’appelle Reviens.
    Ah non, pardon, c’est ma gomme.
     
    L’ennemi se déguise parfois en géranium, mais on ne peut
    pas s’y tromper, car, tandis que le géranium est à nos
    fenêtres, l’ennemi est à nos portes.
     
    L’ennemi a un uniforme ridicule.

    L’ennemi ne sait pas se tenir dans le monde. Quand on
    invite l’ennemi à la campagne, il égorge nos filles et nos
    compagnes jusque dans nos bras

    Pierre Desproges

    Aimé par 2 personnes

  5. J’ai l’impression de vivre un des épisodes de la série bd « Buck Danny » de Hubinon et Charlier ( années 50 ) … surtout la fraction du trio magique dans ses aventures au Proche-Orient ( « les trafiquants de la Mer Rouge », « les pirates du désert », « les gangsters du pétrole » ) . Quel dommage que nos guerriers ne soient pas devenus des « seigneurs » dans les dunes des sables !… ( Hélas, des dizaines de bd n’auraient pas vu le jour !…) .

    Aimé par 1 personne

  6. DKSCP, dedefensa.org, du lourd, du très lourd, ouais, ouais, ouais,
    sauf que le Belge, PhG, pompe comme un fou à droite et à gauche, et que l’original c’est toujours mieux! un peu dans le genre: « Conflits: histoire, géopolitique, relations internationales », dont un article signalé par l’un d’entre nous, et intitulé: « Le nouveau grand jeu. Bonus » un vieux truc de novembre 2014, que j’avais déjà lu et relu, prétentieux et sans grand intérêt… où l’auteur pompe allègrement dans des sources (qu’il a l’honnêteté de signaler quand même…, et encore heureux!) pour en faire la synthèse, synthèse soi-disant géopolitique, bof, bof, bof
    je préfère, et de loin, les intervenants de ce site intitulé « Chronique du grand jeu », dont Hamilcar Barca et Cie…

    J'aime

  7. je crois que c’est ce quidam, Hamilcar Barca, qui a baptisé le F-35 étasunien de « dinde volante », toujours la même source : site « chronique du grand jeu », et le même intervenant, qui n’est pas sans nous rappeler notre cher « camarade » Foxhound dans sa manière d’analyser le situation militaire sur le terrain (qui n’est pas forcément exacte d’ailleurs, mais…), pour initiés et démerdards… souvent les mêmes !
    il répond même à un autre quidam qui se présente sous le pseudo de Marc, qui lui posait des questions sur le sujet…
    Hamilcar Barca 27/09/2018 12:03
    Chers tous,
    Dans ce fil et le précédent il a été beaucoup question de missiles, d’ECM (contre-mesures électroniques), de tactiques d’assaut, etc. En résumé, de capacités offensives de l’Empire, ceci incluant Israël, face aux capacités défensives de la Russie et, maintenant, de la Chine.
    Il y a une quinzaine d’années, l’USAF avait diffusé une doctrine d’emploi de ses matériels, qui aurait pu s’intituler « Assaut sur la Russie ». Ce schéma tactique était d’une simplicité biblique, basé sur l’expérience de 1991 dans le Golfe, et sur la croyance que la furtivité était l’alpha et l’oméga des possibilités offensives aériennes.
    Brièvement, l’assaut devait être mené par les F-22 « Raptor » (mis en service en 2005) dont le rôle aurait été de nettoyer les cieux de tout appareil ennemi. Non aisément détectable par les radars terrestres ou aériens, la force de frappe du F-22 reposait sur 6 missiles AIM-120 AMRAAM moyenne portée (~120km max) dans sa soute principale. Deux missiles 2 AIM-9M Sidewinder en soutes secondaires, plus son canon, lui permettaient associés à sa manœuvrabilité de défaire les survivants en combat rapproché.
    Tout ceci passant, je le répète, à distance des batteries de SAM ou de canons AA.
    Derrière les Raptor se seraient engouffrés les F-35, toujours quasi-invisibles, dont le rôle aurait été :
    – de neutraliser les radars de tracking ou de conduite de tir, en utilisant des missiles anti-radar AGM-88 HARM (portée, 150 km)
    – de s’attaquer aux postes de commandement, nœuds de télécom, etc., avec une panoplie de missiles air-sol.
    Le Pentagone escomptait que 750 Raptor et ~2000 F-35 (l’Empire plus les carpettes) seraient disponibles, en vagues successives.
    Les B-2 « Spirit » (132 exemplaires) également furtifs, auraient été lancés dans la brèche, pilonnant encore plus loin les infrastructures militaires ennemies.
    Tout cela bien sûr appuyé par une « pluie » de cruise-missiles largués des bombardiers lourds B-52H et B-1A, placés en « stand off » (à >500 km) car non furtifs.
    Certains mettaient en doute la faisabilité d’un tel montage, eu égard à deux faits :
    – un avion furtif l’est de moins en moins au fur et à mesure qu’il se rapproche d’un radar ;
    – la Russie n’est pas l’Irak, même si celui-ci n’est pas un micro-état. Or, beaucoup de cibles sont situées très à l’Est de Moscou, ce qui veut dire que la défense AA russe a de la « profondeur ». Ce qui veut dire également que des radars de défense pourraient rester éteints pendant que la vague d’assaut progresserait, s »allumant » ensuite dans son dos.
    Tout ce bel édifice a commencé à s’éroder sous les coups de la dure réalité, tel un château de sable attaqué par la marée montante. *
    D’abord, le coût pharamineux du B-2 Spirit a fait que le Congrès a réduit progressivement le nombre de commandes, avant d’arrêter le programme à 21 exemplaires à la fin des années 90. Ennuyeux, certes mais pas au point d’attaquer les certitudes du « brass » washingtonien.
    Mais, en 2009, Robert Gates, MoD, a fait arrêter le programme du F-22 Raptor à 187 appareils, toujours pour un PB de coût unitaire délirant. La belle doctrine a essuyé alors un sérieux revers, car impossible de réaliser le schéma décrit ci-dessus avec une flotte aussi réduite.
    La suite n’a été qu’une succession de clous enfoncés dans le cercueil:
    – tout d’abord, la suite de déboires rencontrés par le programme F-35, qui a fait que l’USAF n’acquerrait certainement pas les 1750 et qq. appareils envisagés ;
    – les caractéristiques intrinsèques de la « dinde volante ». Pour rester « furtif », le volatile ne peut qu’emporter que de l’armement en soute, laquelle est rikiki: au mieux, 2 bombes de 454 kg et 2 missiles AIM-120 AMRAAM. Un peu juste pour le rôle qui lui était assigné! Vous noterez que ceux qui chantent les louanges du F-35, insistant sur sa capacité de « camion à bombes », « oublient » soigneusement ce détail.
    – le coup de tonnerre de l’annonce faite par les Russes de la capacité de leurs radars multi-bandes à détecter les avions « furtifs »;
    – enfin, les missiles air-air russes du type R-37 (le dernier étant le R-37M développé pour le Su-57) ont, de l’aveu US, une portée bien supérieure aux AIM-120 américains. Si vous y ajoutez les Novator KS-172 (missiles lourds anti-AWACS), équivalents aux Phœnix US qui ont été déclassés, la balance penche nettement du côté de la cuirasse.
    https://preview.tinyurl.com/y9qeavop
    Un haut gradé US a avoué il y a ~ un an que l’Empire avait environ 10 à 15 métros de retard dans ce domaine des missiles air-air à longue portée, et qu’on ne voyait pas comment combler rapidement cet écart. Rien que ça.
    Par ailleurs, les ennuis volant en escadrille, l’USAF affronte une « crise des pilotes » d’avions multi-rôles. En 2017, elle avait un déficit de 1005 pilotes, soit 27% de l’effectif théorique.
    https://preview.tinyurl.com/yb7bnaw5
    Déficit qui, à l’inverse des précédentes crises et pour de multiples raisons, semble être difficile à résorber.
    Le Pentagone a donc du réviser sa doctrine d’emploi des matériels aériens. Tout en ne perdant pas de vue que le complexe militaro-industriel, tel Moloch, demande en permanence à voir ses appétits assouvis.
    Tout d’abord, bien que la furtivité ait sacrément du plomb dans l’aile, le programme du B-21 « Raider » est maintenu et renforcé (voir plus bas). Des fois qu’un Géotrouvetout découvre, dans un garage californien, le moyen de rendre les objets invisibles….
    Ensuite, la grande idée à la mode est de miser un maximum sur les appareils sans pilotes (UAV). Attention! Pas les drones +/- lourds que vous connaissez. Non, de véritables multi-rôles ou bombardiers, piloté depuis le fond de l’Arkansas. Comme tout est à faire dans ce domaine, on se frotte les mains chez Boeing, Lockheed-Martin ou Northrop-Grumman, pour ne citer que les majors.
    Adoncques, à l’horizon 2030 et pour l’USAF, exeunt F-22, F-35 et B-2, les acteurs sur le champ de bataille appartiendront à deux groupes:
    – « stand-in elements » catégorisant les appareils qui devront pénétrer et survivre dans la profondeur du territoire ennemi.
    Ce seront des ailes volantes, design le moins détectable par les radars ennemis. Ces « ailes volantes » assureront les missions de supériorité aérienne, de neutralisation éventuelle de points de défense, mais SURTOUT de renseignement électronique. Les données recueillies seront transmises aux « stand-off elements », qui eux voleront dans un espace amical.
    Ces matériels seraient un futur UAV (PCA, ou « penetrating combat aircraft ») dont le design n’est pas fixé, pour tout ce qui touche à la supériorité aérienne, et le B-21 « Raider » (piloté) pour le reste, qui ressemble fortement à des missions-suicide.
    – « stand-off elements ».
    Ils n’auront pas besoin d’être furtifs, mais de pouvoir se défendre contre des attaquants ennemis. Ils comprendront des chasseurs de 6ème génération, armés de missiles air-air à très longue portée (ben, tiens…), ainsi que des « camions à missiles » (les B-52H voleront toujours en 2030 …) emportant jusqu’à 30 AGM-158 JASSM.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/AGM-158_JASSM
    L’USAF admet que cette organisation ne tient que par la résistance des communications au brouillage ce qui, à l’heure actuelle et considérant les capacités russes, n’est pas acquis.
    (source: « Defence Today », mars 2018, pour tout ce qui concerne l »horizon 2030″)
    * il m’arrive d’être lyrique 🙂
    Bien cordialement
    HB
    Hamilcar Barca 27/09/2018 17:11
    @Marc
    Mon cher Marc,
    Je crois qu’il est évident que la défense de la « Rodina » (Mère-patrie) est l’objectif premier des forces armées russes. Encore plus à l’heure actuelle qu’à l’époque soviétique, où le messianisme communiste leur avait fait acquérir des velléités de projection, surtout sur mer avec l’amiral Gorchkov
    https://preview.tinyurl.com/yc8oc586
    Cette volonté défensive explique en grande partie la verticalité du commandement soviétique puis russe dont vous parlez.
    Bien cordialement
    HB
    Marc 27/09/2018 16:49
    Bonjour Hamilcar,
    Merci pour ce commentaire très détaillé…
    Lors d’une de ses conférences à Toulon, le colonel Régis Chamagne nous avait parlé de l’armée soviétique, la présentant essentiellement comme une armée de défense dotée d’une organisation verticale, comme l’armée chinoise, contrairement aux armées française ou américaine, plus tournées vers la projection, laissant davantage de libre-arbitre aux commandements de terrain et aux pilotes…
    Il nous disait qu’au temps de la guerre froide, recevoir l’ordre d’attaquer l’URSS était une véritable hantise pour les pilotes français (dont il faisait partie) car ils étaient absolument certains que, quand bien même ils auraient réussi à atteindre leurs objectifs à l’aller – ce qui n’était déjà pas gagné d’avance – ils n’auraient que peu de chance de ne pas être abattus au retour… Il parlait de mission-suicide…
    Avec les moyens actuels de l’armée russe…
    Hamilcar Barca 27/09/2018 16:55
    @well

    Mon cher well,
    Terrifiant, n’est-ce pas ? Cela montre bien que les « généraux en chambre » du Pentagone (à l’inverse de ceux qui se sont retrouvés sur le terrain) se fichent pas mal de la réalité stratégique. En ne prenant pas en compte :
    – que leurs réalisations grandioses (B-2, F-35) sont une suite de flops techniques retentissants ;
    – que la « maison d’en face » ne reste pas les deux pieds dans le même sabot et que, de fait, elle leur inflige à intervalles réguliers de belles nasardes (annihilation de la furtivité, etc., voir mon post, et encore je n’ai pas tout passé). Et ce, avec un budget infiniment moindre ;
    – qu’ils admettent benoîtement qu’ils ne sont pas capables de contrôler l’épine dorsale de leur édifice, à savoir l’intégrité des communications;
    – qu’ils sont train de dégoûter ceux de la jeunesse américaine attirés par le métier des armes de servir dans un corps, l’USAF, censé être d’élite mais en fait dirigé par des cinglés.
    Finalement, on a le sentiment – qui aussi est le vôtre apparemment – que tout ce schprountz n’a qu’un but : procurer au CMI de méga-programmes juteux, dont bien entendu les bénéfs ne se retrouveront pas exclusivement dans les poches des cadres et des actionnaires desdites entreprises. On est loin de la défense de la Nation, et même des buts hégémoniques de l’Empire !
    Vous avez dit « tigre de papier » ? Oui, effectivement, je pense aussi cela. Attention ! La Navy et l’US Marines Corps, ça n’est pas la même musique …. mais pas non plus le même emploi.

    PS : ce quidam, Hamilcar Barca, n’est évidemment pas le seul à présenter un certain intérêt dans son domaine, il y en a d’autres, pas très nombreux il est vrai (2 à 3 seulement) dans d’autres domaines, et il y en un qui prétend que les sionistes se seraient exercés sur les S-300 livré à la Grèce (encore eux !) par nos amis Russes, et qu’ils auraient même livré les secrets des S-300 à l’Otan (mais ce quidam à déclarer, que les *Grecs auraient transmis aux Russes les résultats de ces exercices ?! ouais, ouais, ouais…)
    *il s’agit bien évidemment des seuls dirigeants grecs, de « droite » comme de « gauche », du pareil au même bien entendu !, et pas du tout de ce brave peuple grec…

    J'aime

  8.  
    L’ennemi : pour quoi faire ?
    À la guerre, l’ennemi est très important, pour ne pas dire
    irremplaçable. C’est même l’élément le plus totalement
    irremplaçable de la guerre.
    En cas de pénurie de tromblons, on pourra
    avantageusement s’entretuer au glaive, au bazooka, à l’énergie
    nucléaire, voire à coups de microbes pathogènes. Car les
    armes, Dieu merci.
    — Y a pas de quoi !
    — Mais si, mais si. Car les armes sont remplaçables. Mais
    pas l’ennemi.
    Sans l’ennemi la guerre est ridicule.

    Pierre Desproges

    Aimé par 1 personne

    • C’est sur le programme JSF que http://www.dedefensa.org/ a sorti le plus d’analyses.

      Termes de la recherche : JSF
      Recherche dans toutes les sections
      736 articles

      C’est du lourd, du très lourd. C’est à partir de ça que PhG a vu l’hybris du machin.
      Enaurme. Des épisodes à faire pâlir les scénaristes d’Hollywood.

      Aimé par 2 personnes

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.