Analysis

La relance de l’arme biologique

Les programmes de recherches avancées sur de nouveaux types de vecteurs biologiques susceptibles d’être adaptés aux nouvelles formes de guerre hybride de basse et moyenne intensités ont déjà abouti à la modification et la mutation de certains virus très difficiles à cerner.
Passés sous silence depuis la fin de la guerre froide mais jamais interrompue, la course aux armements biologiques a repris depuis la seconde moitié des années 2000. Ces recherches étaient alors focalisées dans le cadre pharmaceutique sur de possibles mutations du virus de la grippe saisonnière ou certaines souches asiatiques avant de s’intéresser à des vecteurs pathogènes exotiques comme celui de la fièvre des marais puis celle d’Ebola avant d’explorer la possibilité de transformer des zoopathies non transmissibles à l’homme en pandémies affectant les populations humaines. La République démocratique du Congo, le Sierra Leone, la Chine furent les pays d’expérimentation les plus touchés par certains de ces vecteurs pathogènes.
Les manipulations génétiques du virus de la grippe rendirent certaines souches de plus en plus virulentes, incapacitantes et dans certains cas mortels. 
Au cours de la dernière décennie, des maladies comme la rougeole, la rubéole, le choléra et la fièvre jaune furent l’objet d’un intérêt croissant de la part des laboratoires de recherches en armes biologiques. 
L’autre segment de la guerre biologique concerne l’agriculture et la pharmacopée, deux domaines interessant au plus point les militaires. 
Ces vecteurs de l’enfer sont désormais au coeur de la nouvelle stratégie de guerre hybride 3.0.

Publicités

Catégories :Analysis

10 réponses »

  1. << La Russie a demandé des explications aux États-Unis et se prépare à saisir l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). >>
    quand on sait comment les USA traites les demandes d’explication venant de la Russie !
    quelle pourra être la réponse de la Russie ?
    je doute qu’elle passe ces attaques par perte et profit !
    et si elle répond selon le principe du œil POUR œil, dent pour dent . . .

    Aimé par 1 personne

  2. http://www.voltairenet.org/article203358.html

    …Les documents en cours d’étude pourraient également permettre d’établir un lien entre les expériences de Gilead Sciences et les tiques porteuses de la fièvre hémorragique Crimée-Congo qui se propagent actuellement au Sud de la Russie.

    Parmi les documents révélés par Igor Guiorgadze figure également un brevet pour un drone capable de disséminer des insectes infectés ; une découverte à rapprocher des travaux du Darpa sur l’infection des cultures [2].

    La Russie a demandé des explications aux États-Unis et se prépare à saisir l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

    J'aime

  3. Le seul « espoir » face à ces menées criminelles est qu’elles sont basées sur une théorie microbienne universellement répandue mais particulièrement fausse (cf. Pasteur vs Béchamp), ou pour le moins plus que très vastement incomplète. Étant donné le faramineux business établit sur cette théorie fausse (« Big Pharma »), on ne se pressera pas de la remettre en cause.
    Donc, qu’ils y aillent, qu’ils « balancent la sauce » s’ils le veulent ; la vraie vie pourra leur causer des surprises qu’ils n’attendent pas.

    J'aime

  4. La disparition d’homo sapiens sapiens serait une bonne nouvelle pour le reste des êtres vivants. La Terre-Mère a connu cinq extinctions majeures — la plus connue étant celle des dinosaures –, nous vivons présentement la sixième, commencée depuis fort longtemps et due exclusivement à ce bipède sanguinaire (Platon définissait l’Homme comme un bipède déplumé, on raconte que Diogène jeta sur les disciples de ce dernier un coq déplumé en criant : — Voilà l’homme de Platon !), de plus, l’accroissement exponentiel de cette espèce menace toute vie sur terre. Je sais qu’un proverbe dit que l’homme est un loup pour l’homme. Mais il est avéré que c’est l’homme qui a exterminé le loup ,de sorte qu’il serait plus véridique de dire : l’Homme est un Homme pour le Loup.

    Aimé par 1 personne

  5. La guerre bactériologique et biologique est très sale. Le Secrétaire US à la défense lors de la seconde guerre mondiale n’en voulait pas du tout et la considérait comme une lâcheté.
    Hitler aussi ne voulait pas en entendre parler.
    Eisenhower n’aimait pas les microbes mais savait qu’a la fin les microbes finissaient par gagner.

    Des gens comme vous et moi veulent transformer la grippe en bioarme et ila l’ont déjà fait. D’autres veulent pire: ressusciter des virus oubliés, fossiles, que la science ne connaît pas. L’apocalypse…

    Aimé par 2 personnes

  6. Le virus le plus mortifère qui se répand à grande vitesse et qui n’a pas de parade, est la déshumanisation galopante qui entraînera peut-être la fin du genre humain. Je suis tenté de dire TANT MIEUX.

    J'aime

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.